Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  LIVE

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Illdisposed
- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Site Officiel (549)
 Page Myspace Officielle (379)

OBITUARY - Dead (1998)
Par POSSOPO le 18 Novembre 2006          Consultée 4292 fois

Tout le monde y passe un jour ou l’autre, IRON MAIDEN y passe tous les six mois. Je veux bien sûr parler de l’album live. Et à moins d’être fan absolu d’un groupe, il n’y a généralement rien à dire sur un album live. Quelques mots sur le son, deux phrases sur la prestation. Avec un peu de chance, il y a un morceau surprise, une intervention amusante, quelques pains sympathiques. On peut ainsi compter les enregistrements en public qui ont véritablement marqué l’histoire sur les doigts d’une ou deux mains selon notre tempérament laxiste ou extrêmement critique.

Alors imaginez un live d’OBITUARY, une des formations les moins surprenantes de l’histoire du hard rock. Tout se ressemble depuis aujourd’hui bientôt vingt ans. C’est donc parti pour le son. Plutôt bon, voire très audible, notons l’intensité de la voix de John Tardy, l’atout maître d’une carrière qui n’a jamais misé quasiment que là-dessus. Le personnage existe donc bel et bien, son organe vocal inhumain inonde la galette comme il se doit. Ses interventions devant le public nous rassurent, l’homme sait parler, bien qu’il ne soit pas toujours évident de le comprendre. Maintenant, la prestation. Le groupe est en place, le contraire serait malheureux après une carrière aussi longue et aussi peu de changement de personnel. La machine est parfaitement rôdée. Pour ce qui est du morceau surprise, on repassera (et si possible pas au même endroit, vu que les chances de voir OBITUARY nous gratifier de petits cadeaux inattendus avoisinent le zéro absolu). Circle of the tyrants, la reprise culte de CELTIC FROST, ne figure même pas sur la setlist et cela constitue un vrai mauvais point. J’ai déjà dit tout ce que je pouvais des interventions de John Tardy entre les morceaux, elles ne méritent aucunement qu’on s’y attarde. Côté pains, ce n’est pas non plus la folie, je vous ai parlé il y a cinq phrases de cela d’une machine parfaitement rôdée.
Qu’y a-t-il d’autre? Le public est plutôt sous mixé, on le sent vibrer sur Cause of death, un des tubes, si l’on peut s’exprimer ainsi à propos d’OBITUARY, de l’artiste. Enfin, la setlist se veut remarquablement équilibrée entre les cinq albums studios, le mythique Cause Of Death bénéficiant d’une très légère faveur. Pas de chance pour l’homme de bon goût qui sait que le meilleur et seul disque véritablement essentiel de l’orchestre est Slowly We Rot, malgré un gabarit plus frustre que son premier successeur. Slowly We Rot dont le morceau éponyme figure tout de même en ultime rappel, c’est un moindre mal.

Comme je n’ai plus rien à dire, je vais maintenant vous raconter l’histoire de Clitopoule, le chien-platane qui faisait des rondades un peu trop raides. Il était une fois Clitopoule, chien-platane de son état, qui avait la fâcheuse habitude d’effectuer ses rondades avec un manque évident de souplesse. Cela était fort inopportun car le championnat intercommunal de rondades approchait à grands pas. Clitopoule angoissait à l’idée de mal figurer à une compétition qui pourrait bien représenter l’aboutissement de toute une vie. Alors, comme la pression était trop grande et que Clitopoule manquait franchement de courage, trait de caractère typique des chiens-platanes, il décida bêtement de ne pas s’inscrire aux qualifications. Il est con, ce Clitopoule.

Ah, j’avais oublié la conclusion de ma chronique. Je reviens donc à Dead. Contrairement à MORBID ANGEL dont le live clinique fut une incroyablement déception, OBITUARY sait ici faire partager son feeling et un certain groove, certes relatif. Le problème se pose de la valeur des morceaux, tout aussi relative. Peu importe, il s’agit là, de toute manière, d’un objet destiné au fan et à lui seul.

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


DEATH
Human (1991)
Death metal

(+ 3 kros-express)



OBITUARY
Slowly We Rot (1989)
Death metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- John Tardy (voix)
- Allen West (guitare solo)
- Trevor Peres (guitare rythmique)
- Frank Watkins (basse)
- Donald Tardy (batterie)


1. Download
2. Chopped In Half
3. Turned Inside Out
4. Threatening Skies
5. By The Light
6. Dying
7. Cause Of Death
8. I'm In Pain
9. Rewind
10. 'til Death
11. Kill For Me
12. Don't Care
13. Platonic Disease
14. Back From The Dead
15. Final Thoughts
16. Slowly We Rot



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod