Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1989 1 Slowly We Rot
1990 1 Cause Of Death
1992 The End Complete
1994 1 World Demise
1997 Back From The Dead
2005 1 Frozen In Time
2007 1 Xecutioner's Return
2009 Darkest Day
2014 Inked In Blood
2017 Obituary

ALBUMS LIVE

1998 Dead

VHS/DVD/BLURAYS

2006 Frozen Alive
 

- Style : Illdisposed, Cancer
- Membre : James Murphy, Millenium, Gorgoroth, Denial Fiend, Death, Sebastian Bach , Andrew W.k., Hellfest Open Air Edition, Hellwitch, Testament, Toxik
- Style + Membre : Deicide, Disincarnate, Nocturnus Ad [after Death], Six Feet Under, Massacre
 

 Site Officiel (1413)
 Page Myspace Officielle (790)

OBITUARY - Darkest Day (2009)
Par DEADCOM le 29 Août 2009          Consultée 6517 fois

- Tiens donc, OBITUARY sort un nouvel album ?
Oui, mais d'abord, rendons hommage au combo. Depuis deux décennies, OBITUARY est devenu une référence dans le headbanging. Il développe à chaque instant un groove dantesque à l'efficacité jamais démentie. Comme tous ceux qui ont trempé leurs t-shirt dans la fosse (un coup à droite, histoire de ne pas se manger les godasses), ce groupe m'a toujours fait tripper et représente beaucoup plus à mes yeux. L'intensité et le charme du débat émettent en moi une attirance inexplicable et "Darkest Day" sera apprécié car on est fan avant tout, ou pas.

- Alors comme ça OBITUARY n'intéresse plus personne ?
Oui et vous avez bien raison les enfants. Les pisse-froid du Deathcore, les apprentis bouchers du Death de tata sont là pour prendre le relais. On dit que la chance sourit aux audacieux, alors souriez messieurs ! Bon, soyons sérieux : le Death Metal a vu naître OBITUARY et "Slowly We Rot", qui sont devenus au fil du temps, des piliers du Metal Mortuaire. Personnellement j'ai toujours choisi l'efficacité à la palabre (qui m'emmerde au plus haut point). Avec OBITUARY, c'est le plaisir de se prendre une grosse mandale, sans dire un mot. "Darkest Day" est un disque plus que convaincant, sauf pour les blasés, les incultes et les mouches à merde ! Le ton est donné.

- Vous voulez que je vous vende le bousin ?
C'est très simple. Il s'agit du huitième album d'OBITUARY. Cet opus est comme les autres et s'adresse uniquement aux fans (avec live et interview dans l'édition spéciale). De la sueur, du sang et de la disto plongée dans les abîmes (où "l'Xecutioner" de Marschall s'en va pourfendre de vils dragons par une dimanche de merde). Un cri, un rugissement, l'amplitude des basses fréquences résonne comme des coups de cannons. L'abonné Mark Prator insuffle la rondeur et la puissance nécessaires. La brume de 2007 fait place à une vive lumière. Celle qui illumine une frappe très précise et des passages instrumentaux où les riffs permutent naturellement ("Lost Inside" et son ainé "Outside My Head") et servent une expression des plus solides, répartie en 13 pistes (dont deux du EP de 2008) et approchant les 53 minutes. Un charisme énorme, une écriture qui tape au bon endroit (sur le coin de la gueule donc), une disco qui ce situe entre ténèbres et sauvageries... Pour tout ça, OBITUARY devrait être respecté et non pointé du doigt !

- Quels progrès a fait le groupe depuis ces longues années ?
Aucun, juste une formule classique qui fonctionne impeccablement car son effet a été prouvé en studio et beaucoup sur scène. L'oppressant "Your Darkest Day" tisse un voile angoissant, renforcé par l'éternelle rage cadavérique de John. Certains diront que c'est Doom, moi je dis que c'est bien et c'est même très bien. Quelques speederies de bon aloi, une en ouverture ("List Of Dead") qui assure la jouissance correctement, ainsi que "Violent Dreams" qui arrive un peu plus tard et qui fait mouche en deux minutes (merci Donald). Quelques titres particulièrement savoureux : "Blood To Give" assure un max de cacahuètes, son penchant pour le sinueux et l'énergie tribale est ravissant (jolis soli), un brin plus aéré et moderne. "Payback", en voilà du titre qui déboîte ! Assez similaire au "Threatening Skies" de 97, à l'amorce très « don't care » d'ailleurs. Du tout bon.

- Sinon, y'a-t-il des défauts ou une couille dans le potage ?
Bon, OBITUARY fait une musique cyclique et hypnotique, un brin linéaire, donc oui, il y a bien des défauts. Cependant, quand on est habitué à la musique des Floridiens, "Darkest Day" n'aura pas de mal à passer. Ce groove à la cadence modérée donne autant dans la surcharge pondérale et que dans la saleté. Un délice pour les accrocs. Ce Death Metal ombrageux vous mènera 17 ans auparavant, dont le "Rotting Ways" de 92 vient en tête ("Fields Of Pain").

- Une conclusion ?
Oui. "Darkest Day" est un bon disque et donne espoir pour suite car même si ces mecs n'ont plus rien à prouver, le duo "Truth Behold"/"Forces Realign" m'affiche un joli rictus. Merci les gars, à la prochaine.

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION
2 (2003)
Histoires sans paroles 2 : le retour !




DEATH ARTISTS VARIOUS
Masters Of Brutality (1992)
Un grand moment


Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
  N/A



- John Tardy (chant)
- Trevor Peres (guitare)
- Ralph Santolla (guitare)
- Frank Watkins (basse)
- Donald Tardy (batterie)


1. List Of Dead
2. Blood To Give
3. Lost Inside
4. Outside My Head
5. Payback
6. Your Darkest Day
7. This Life
8. See Me Now
9. Fields Of Pain
10. Violent Dreams
11. Truth Be Told
12. Forces Realign
13. Left To Die



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod