Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Melted Space
- Membre : Gorefest, The 11th Hour , Hail Of Bullets, Demiurg, Guilt Machine, Ambeon, Vengeance, Anthony, Stream Of Passion, Bodine
- Style + Membre : Arjen Anthony Lucassen , The Gentle Storm , Arjen Anthony Lucassen's Star One
 

 Site Officiel (1135)
 Myspace (179)
 Chaîne Youtube D'arjen Lucassen (156)

AYREON - The Final Experiment (1995)
Par METAL le 3 Janvier 2007          Consultée 8453 fois

Les temps sont durs pour Arjen Lucassen… l'aventure VENGEANCE s'achève en eau de boudin, son nouveau projet PLANET NINE ne dépassera pas le stade d'embryon et son album solo ANTHONY "Pools Of Sorrow – Waves Of Joy" fut un terrible bide (même si le disque était vraiment poilant).
Nous sommes à présent en 1995 et le nouveau projet d'Arjen, ressemble fortement à l'œuvre de la dernière chance. En cas d'échec, le géant Hollandais se dirigerait vers une reconversion forcée dans une activité moins clinquante que celle de la musique. C'est donc avec un esprit conquérant mais également le trouillomètre à zéro qu'Arjen Lucassen nous présente sa nouvelle création, de loin la plus ambitieuse mais également la plus casse-gueule : AYREON.

Avant toute chose, AYREON est un voyage à travers le temps, une aventure où la diversité musicale et la qualité de son histoire font de The Final Experiment, un album dont on ne pioche pas quelques éléments à droite et à gauche mais bien un tout indissociable qui ne demande qu'à être découvert d'une traite pour mieux en apprécier la complexité et la subtilité.
Voici l'histoire telle qu'elle nous est contée : Nous sommes en 2084, l'humanité s'est autodétruite par le biais de sa technologie dévastatrice. Quelques savants ont survécu au carnage et ont mis au point la "Télépathie Temporelle". Cette expérience a pour but d'envoyer un message dans le passé et de prévenir les hommes de ce qui les attendent s'ils ne changent pas le cours de leur histoire. Le message est reçu au VI ème siècle par un ménestrel aveugle nommé AYREON…

A cry in the silence…
Passé le monologue du narrateur ainsi que l' "ouverture" reprenant comme dans tout bon opéra qui se respecte, les thèmes principaux de l'œuvre à suivre, The Final Experiment débute par la voix douce et chaude d'Edward Reekers. L'ancien chanteur de KAYAK est d'abord accompagné à la guitare acoustique ainsi que d'une fine couche de claviers aériens. Le morceau est mélodieux au possible et s'écoule lentement tout en s'agrémentant de synthés plus électroniques… la plénitude est totale quand surgit tout à coup une batterie énergique et une basse vibrante qui transporte le titre dans une toute autre dimension. Gardant son thème de départ, "The Awareness /B Dreamtime" nous dévoile ainsi le style AYREON : des mélodies imparables, des envolées de claviers incessantes et surtout une guitare à l'esprit plutôt "Hard Rock old school" distillant des riffs puissants en contraste avec la mélancolie provenant de guitares sèches ou bien de violons - violoncelles (reproduits ici par ordinateur et agrémenté sur les albums suivants par des instruments folkloriques).

De par son action se déroulant à l'époque du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde, The Final Experiment comporte une ambiance globalement médiévale (avec ses trompettes à foison, ses airs de flûte et ses clavecins raisonnants). Le titre le plus marquant dans cette veine moyenâgeuse est incontestablement "Sail Away To Avalon" qui reprend tous les clichés du genre (y compris le coté kitch) mais les agrémentent d'une rythmique de 6 cordes musclées et surtout d'un refrain imparable, interprété par l'excellent Barry Hay (GOLDEN EARRING).
Car AYREON, en tant qu'opéra, dispose non pas d'un mais de treize chanteurs (sans compter les chœurs). De personnalités et styles différents, ces nombreux vocalistes forment la pierre angulaire du projet et donnent une grandeur supplémentaire à cette œuvre en y incluant jusqu'à sept interprètes différents sur le même titre (Ayreon's Fate) sans pour autant y perdre en cohérence.
A noter une différence majeure sur cet album, comparé aux suivants : Plusieurs chanteurs interprètent ici le même personnage (pouvant provoquer une légère confusion), là où les œuvres à venir n'en comportent qu'un seul par personne.

Mais synthétisons un peu l'affaire : Nous avons des compositions riches, basculant sans peine d'une atmosphère glauque (The Banishment E/ Oblivion) à une chansonnette mélancolique (Ye Courtyard Minstrel Boy). Une forte présence de claviers (en lead ou en accompagnement) et un concept album complexe… Pas de doute, Arjen Lucassen nous dévoile enfin sa passion pour des groupes tel que YES ou RUSH après 10 ans de services dans le Hard Rock et Hard FM (BODINE puis VENGEANCE). Il nous amène ainsi dans un univers teinté de Rock Progressif et saupoudré de relents Métalliques pour un album tout de même assez difficile à digérer pour une oreille peu attentive… Vous savez, ce genre d'album qu'on écoute 2-3 fois distraitement et qui sans crier gare, vous met littéralement à terre et ne vous quitte plus de la semaine.
Et puis vous ferez peut-être comme moi, vous le mettrez de coté en vous disant que vous l'avez sans doute surestimé, que les suivants sont bien meilleurs et qu'au final ce n'était encore qu'une œuvre immature et imparfaite… Ne vous y fiez pas, The Final Experiment est un petit bijou auquel il ne manquait qu'une chose pour être encore meilleur : Des moyens (certains sons font encore un peu "maison" et les claviers "pwet pwet" peuvent en rebuter quelques-uns... tant pis pour eux!)

Pour la petite histoire, "AYREON" n'était censé être que le nom du personnage principal de The Final Experiment. Mais le succès aidant, Arjen Lucassen fut invité à produire une nouvelle œuvre sous ce nom et le petit Ménestrel aveugle devint alors le patronyme d'une des valeurs sûres du Rock-Métal Progressif de ces dernières années.
Alors si la "Télépathie Temporelle" fut un échec et si l'humanité à bien pris fin en 2084 (on l'apprendra 5 ans plus tard dans l'album "The Dream Sequencer") The Final Experiment est quant à lui une vraie réussite… et bien plus important encore, le début de la grande aventure AYREON.

Alors qu'est-ce que vous faites là... Vous n'êtes pas encore partis l'écouter ?
.
.
.
Bon... Restez, y en a encore !

- REEDITION 2005 -

En rattrapage pour les retardataires ou bien en cadeaux pour les fans, Inside Out a ressorti en 2005 les cinq premiers albums du groupe, agrémenté pour The Final Experiment d'un CD bonus bien sympatoche.

Celui-ci risque d'ailleurs de faire quelques aller-retours dans votre platine tant la qualité est au rendez-vous : Au menu nous avons droit à 8 titres de The Final Experiment en version semi-acoustique et interprétés pour certains par de "vieilles" connaissances de la Famille AYREON (Astrid Van Der Veen - Marcela Bovio - Irene Jansen) et également par des nouveaux venus (Esther Ladiges - John Jaycee Cuijpers) ayant titillé la curiosité d'Arjen quand celui-ci recherchait des talents inconnus pour son album The Human Equation (Note: Au final c'est Marcela Bovio qui rafla la mise)

Je ne m'étendrai pas plus sur ce disque mais sachez juste une chose importante : si vous possédez déjà la version originale de The Final Experiment, l'achat de cette réédition s'avère tout de même très intéressante de par la qualité du Disque Bonus mais aussi pour le livret plus soigné, agrémenté de nouvelles photos et également pour le petit clin d'œil que l'on trouve derrière l'emplacement des CDs : plusieurs messages de maisons de disques ayant refusé de produire l'album en 1995 (et qui doivent le regretter amèrement...)
C'est assez savoureux à lire quand on connaît la suite de l'histoire.

A lire aussi en METAL PROG par METAL :


SUPERIOR
Behind (1996)
Metal prog




ABYDOS
Abydos (2004)
Quand le théâtre se marie avec le prog : grandiose


Marquez et partagez




 
   METAL

 
  N/A



- Arjen Lucassen (chant - guitare - basse - clav)
- Barry Hay (chant - alto-flute)
- Edward Reekers (chant)
- Lenny Wolf (chant)
- Robert Soeterboek (chant)
- Jan-chris De Koeijer (chant)
- Ian Parry (chant)
- Jan Van Feggelen (chant)
- Leon Goewie (chant)
- Ruud Houweling (chant - chœurs)
- Lucie Hillen (chant - chœurs)
- Mirjam Van Doorn (chant - chœurs)
- Debby Shreuder (chant - chœurs)
- Rene Merkelbach (chœurs)
- Jolanda Verduijn (basse - chœurs)
- Peter Vink (basse)
- Jan Bijlsma (basse)
- Cleem Determeijer (claviers)
- Ernst Van Ee (batterie)
- R E E D I T I O N 2005 - C D B O N U S
- Arjen Lucassen (guitare - basse - batterie)
- Astrid Van Der Veen (chant)
- Ruud Houweling (chant)
- Rodney Blaze (chant)
- Esther Ladiges (chant)
- John Jaycee Cuijpers (chant)
- Peter Daltrey (chant)
- Marcela Bovio (chant)
- Irene Jansen (chant)
- Valentine (chant - piano)
- Peter Vink (basse acoustique)
- Jeroen Goossens (divers instruments à vents)
- Lori Linstruth (guitare)
- Davy Mickers (batterie)
- Ewa Albering (flute)
- Marieke Van Der Heyden (violoncelle)
- Dewi Kerstens (violoncelle)


- prologue
1. Prologue
- act I : The Dawning
2. The Awareness
3. Eyes Of Time
4. The Banishment
- act Ii : King Arthur's Court
5. Ye Courtyard Minstrel Boy
6. Sail Away To Avalon
7. Nature's Dance
- act Iii : Visual Echoes
8. Computer-reign
9. Waracle
10. Listen To The Waves
11. Magic Ride
- act Iv : Merlin's Will & Ayreon's Fate
12. Merlin Will
13. The Charm Of The Seer
14. Swan Song
15. Ayreon's Fate

- reedition 2005 - Cd Bonus
1. Dreamtime
2. Eyes Of Time
3. The Accusation
4. Ye Courtyard Minstrel Boy
5. Sail Away To Avalon
6. Nature's Dance
7. Waracle
8. Merlin's Will
9. The Charm Of The Seer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod