Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 The Final Experiment
1996 Actual Fantasy
1998 Into The Electric Cas...
2000 Universal Migrator (v...
2013 The Theory Of Everyth...
2016 The Theatre Equation
2017 The Source
 

- Style : The Chronicles Project, Melted Space
- Membre : Vuur, Gorefest, The 11th Hour , Hail Of Bullets, Demiurg, Guilt Machine, Ambeon, Vengeance, Anthony, Stream Of Passion, Bodine
- Style + Membre : Arjen Anthony Lucassen , The Gentle Storm , Arjen Anthony Lucassen's Star One
 

 Site Officiel (1314)
 Myspace (331)
 Chaîne Youtube D'arjen Lucassen (324)

AYREON - The Final Experiment (1995)
Par JEFF KANJI le 29 Septembre 2018          Consultée 268 fois

À bien des égards il peut être déroutant de plonger dans les débuts de la seconde carrière d'Arjen Anthony Lucassen, ce géant de deux mètres, guitariste émérite obsédé par ses albums de référence, son amour de la SF et ses goûts éclectiques. AYREON est aujourd'hui presque une marque, un label qualité dont la fiabilité s'est avérée à toute épreuve depuis plus de quinze ans maintenant. Mais il n'en a pas toujours été le cas. Je fais partie des très nombreux fans qui ont découvert le projet à travers le chef d'œuvre "Into The Electric Castle", sa pléiade d'invités tous plus excellents les uns que les autres, son instrumentation soignée et nuancée et son concept admirablement ficelé. Ce disque a établi une bonne partie des recettes de l'écriture à la AYREON, qui ont certes montré leurs limites en termes de renouvellement, mais qui continuent de faire leurs preuves après six albums supplémentaires sous la bannière d'un projet encore une fois, qui a démarré en 1994 sur une idée farfelue de son géniteur, qui lassé d'être une pièce des rouages d'un Rock business qui ne lui apporte que désillusions, se décide à enfin s'écouter et écrire ce qu'il souhaite sans s'imposer de contraintes stylistiques.

Ayreon est le nom du barde aveugle, héros malheureux, chargé de communiquer à un monde en pleine expansion des dangers qui le guettera en la fatidique année 2084, quand l'humanité aura couru à sa perte. Ayreon se confronte aux croyances de son époque et aux réalités d'un monde qui le considère d'abord comme un original, avant de s'en débarrasser quand ses discours prennent de l'ampleur et reviennent mettre en cause les règles d'un monde où même un Merlin préfèrera voir disparaître un prophète un peu trop gênant, alors même qu'il sait lui aussi des choses. Cette histoire en quatre actes grossièrement découpés donne la possibilité à Arjen d'explorer les différentes facettes de son écriture, en particulier sur toute la partie se déroulant à la cour d'Arthur, avec ces ritournelles mi-Folk mi-Renaissance plutôt anachroniques.

L'autre particularité de ce premier AYREON est qu'Arjen a des idées de dingue mais dispose concrètement d'un champ d'action limité. Ainsi il a recours à des programmations de batterie tout au long de ce premier album qui est connu à la postérité sur le titre "The Final Experiment", et à un nombre de vocalistes limité. On trouve ainsi parfois le même chanteur en train d'interpréter plusieurs rôles, voire plusieurs interpréter le même, c'est flagrant pour le cas d'Ayreon interprété aussi bien par Edward Reekers sur "The Awareness" que par Arjen lui-même sur "Nature's Dance". Au vu des interactions entre personnages, différents selon les actes, il aurait fallu à Arjen le quadruple de vocalistes pour que chacun interprète bien un seul rôle. On retrouve quelques têtes relativement connues comme Ian Parry, qui a accompagné Arjen dans ses dernières pérégrinations avec VENGEANCE, et qui sort son premier album avec ELEGY la même année que ce AYREON, le vocaliste emblématique de son ex formation Leon Geowie, et le talentueux multi-instrumentiste s'offre même Barry Hay de GOLDEN EARRING sur un "Sail Away To Avalon", sorti plus tôt en single, et qui fait partie des quelques titres tirant carrément leur épingle du jeu. On ne passera pas non plus soys silence les prestations de Lenny Wolf, auquel Arjen trouvera bientôt une alternative encore plus satisfaisante avec Damian Wilson.

Et c'est ici que la différence majeure avec les opus ultérieurs est la plus marquée : Arjen met tout ce qu'il a, quitte à parfois nous perdre sous une luxuriance pas toujours à propos ("The Banishment"), empilant les couches de guitare, cherchant une couleur avec les claviers, mêlant encore maladroitement orgue Hammond, mellotron et programmations plus Electro ("Magic Ride" est encore assez loin d'un "Waking Dreams" par exemple ou même d'un "My House On Mars"). En revanche, il structure son album comme un Opera Rock, utilisant leitmotiv et reprises avec élégance parfois ("Merlin's Will", l'un des sommets du disque avec "Waracle", "Sail Away To Avalon" et le soyeux "The Awareness").

Cette spontanéité dans l'écriture est un peu délicate à appréhender pour l'auditeur, d'autant qu'elle est parfois encore teintée de mauvais goût (y a du clavier pouet-pouet - "The Charm Of The Seer"), le Jupiter-8 n'imposant pas toujours sa classe (comme il le fait sur l'épique "Ayreon's Quest" du "Prologue"). En revanche on y trouve aussi des thèmes plutôt inhabituels pour le songwriter, qui a créé une créature protéiforme qu'il ne maîtrise pas encore totalement, ce qui expliquera en partie, et à mon sens, l'approche plus directe et moins ampoulée de "Actual Fantasy" l'année suivante.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


WEARING SCARS
A Thousand Worlds (2015)
Your scars are beautiful




MELTED SPACE
The Great Lie (2015)
Un opera metal made in France de haute volée


Marquez et partagez




 
   METAL

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Arjen Lucassen (chant - guitare - basse - clav)
- Barry Hay (chant - alto-flute)
- Edward Reekers (chant)
- Lenny Wolf (chant)
- Robert Soeterboek (chant)
- Jan-chris De Koeijer (chant)
- Ian Parry (chant)
- Jan Van Feggelen (chant)
- Leon Goewie (chant)
- Ruud Houweling (chant - chœurs)
- Lucie Hillen (chant - chœurs)
- Mirjam Van Doorn (chant - chœurs)
- Debby Shreuder (chant - chœurs)
- Rene Merkelbach (chœurs)
- Jolanda Verduijn (basse - chœurs)
- Peter Vink (basse)
- Jan Bijlsma (basse)
- Cleem Determeijer (claviers)
- Ernst Van Ee (batterie)
- R E E D I T I O N 2005 - C D B O N U S
- Arjen Lucassen (guitare - basse - batterie)
- Astrid Van Der Veen (chant)
- Ruud Houweling (chant)
- Rodney Blaze (chant)
- Esther Ladiges (chant)
- John Jaycee Cuijpers (chant)
- Peter Daltrey (chant)
- Marcela Bovio (chant)
- Irene Jansen (chant)
- Valentine (chant - piano)
- Peter Vink (basse acoustique)
- Jeroen Goossens (divers instruments à vents)
- Lori Linstruth (guitare)
- Davy Mickers (batterie)
- Ewa Albering (flute)
- Marieke Van Der Heyden (violoncelle)
- Dewi Kerstens (violoncelle)


- prologue
1. Prologue
- act I : The Dawning
2. The Awareness
3. Eyes Of Time
4. The Banishment
- act Ii : King Arthur's Court
5. Ye Courtyard Minstrel Boy
6. Sail Away To Avalon
7. Nature's Dance
- act Iii : Visual Echoes
8. Computer-reign
9. Waracle
10. Listen To The Waves
11. Magic Ride
- act Iv : Merlin's Will & Ayreon's Fate
12. Merlin Will
13. The Charm Of The Seer
14. Swan Song
15. Ayreon's Fate

- reedition 2005 - Cd Bonus
1. Dreamtime
2. Eyes Of Time
3. The Accusation
4. Ye Courtyard Minstrel Boy
5. Sail Away To Avalon
6. Nature's Dance
7. Waracle
8. Merlin's Will
9. The Charm Of The Seer



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod