Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2010 Nightmare
2013 Hail To The King
2016 The Stage
2023 Life Is But A Dream
 

- Style : Black Veil Brides
- Membre : Adrenaline Mob, Bpmd
 

 Site Officiel Du Groupe (2705)
 Myspace (995)

AVENGED SEVENFOLD - Life Is But A Dream... (2023)
Par FENRYL le 29 Juillet 2023          Consultée 4871 fois

Attention, vous n’êtes (sans doute) pas (assez) prêts…

Oui, en effet, ce message d’avertissement peu commun mais ce dernier album des Américains d’AVENGED SEVENFOLD est une épreuve.

Oui, rien de moins.

Les connaisseurs avaient sans doute senti le vent tourner il y a sept ans avec "The Stage". Il était possible d’y percevoir bien plus que les prémices d’un changement de direction artistique pour le groupe. "Life Is But A Dream…" est un sacré coup de volant, proche du phénomène du guidonnage que les motards connaissent/redoutent bien : vous allez osciller dans toutes les directions, en ayant le sentiment d’avoir été balancés dans le tambour d’une machine à laver musicale, qui brasse quasi tous les genres.
L’album a été inspiré par "L’étranger" d’Albert Camus (notamment pour le titre "Nobody"). J’ai beaucoup pensé à du FAITH NO MORE ("We Love You"), à du SYSTEM OF A DOWN ("Game Over" qui semble accueillir en guest Serj au chant et Daron à la guitare) pour le côté Metal. Il me faut toutefois stopper ici mon propos avec ce titre qui fixe une sorte de limite temporelle du "Metal" a proprement parler : ce petit final guitare slide bluesy fait son petit effet après le patchwork du titre.

L’album force/oblige une présentation "track by track" : il est ostensiblement composé en ce sens. Les quatre premiers titres, donc, sont proches des productions précédentes, avec en ouverture un "Game Over" de SOD copulant avec A7X avant un break très "crooner". M. Shadows fait étalage de tout son talent sur "Mattel" avec un chant clair si mélodieux entrecoupé de réminiscences du passé Metalcore growlé du plus bel effet. Même constat sur "Nobody" après son intro tout droit sortie d’une bande originale d’un film de SF : titre entêtant par son refrain, au chant et ce lead magique à la guitare (et son solo final) et avec par moments des côtés Corey Taylor de SLIPKNOT.

"Cosmic" et ses 7 minutes 31 proposent un premier "temps calme" : riche en cuivres, en douceur, en mélancolie… Titre planant, qui porte littéralement l’auditeur, avec ce final… QUOI ? De l’autotune et DAFT PUNK ??? Vous n’étiez pas prêts, je vous le disais… mais moi non plus je vous l’avoue !! "Beautiful Morning" trompe un poil son monde avec le retour côté Metal avant de replonger avec un Mike Patton Shadows au micro hybridé avec à nouveau le duo français masqué DAFT PUNK. Synyster Gates (grand bonhomme assurément de cette galette) nous gratifie d’un solo aux influences RED HOT CHILI PEPPERS (John Frusciante est une influence flagrante).

Le triptyque "G", "(O)rdinary", "(D)eath" (oui, GOD au final). Taura Stinson vient poser sa voix choeurs sur ce "G", morceau Jazzy/rock des 70s, durant lequel chaque membre du groupe semble prendre son pied (Wackerman en tête). "(O)rdinary" s’enchaîne sans interruption pour clairement rendre hommage à DAFT PUNK (je radote) période "Random Access Memories" pour ensuite "(D)eath" où M. Shadows nous propose un tribute à Sinatra et Dean Martin à base de cordes pour l’ambiance. Difficile de véritablement vous parler du dernier morceau, l’instrumental qui a donné le titre de cet album : le gros travail de Gates est appréciable (sans doute pour lui) mais bien relatif tant on irait ailleurs pour satisfaire sa passion pour le piano durant 4 minutes 30 !

Ce huitième L.P d’AVENGED SEVENFOLD va diviser. Il ne peut en être autrement.
Les quelques rares survivants de la première partie de la discographie du groupe auront définitivement quitté le navire sans une grande ouverture d’esprit. Inutile de prédire que cet opus risque de rencontrer davantage de succès critique que commercial à mon avis. À ce niveau, certains parleront de suicide artistique, d’autres d’une prise de risque immense. Une chose est certaine, cet opus ne pourra vous laisser insensible.
"Life Is But A Dream…" est un album fortement inspiré par les abus de substances psychotropes de Shadows et Gates autant qu’un hommage certain à l’ensemble de l’industrie musicale. En nous proposant la plus grande période d’absence de leur discographie (supérieure à la disparition tragique de The Rev à l’époque), AVENGED SEVENFOLD revient clairement là où on ne l'attendait pas : voix de robot, crooner… Qui aurait pu être prêt ??

Folie, génie ou comportement suicidaire ? À vous de nous le dire.
À titre personnel, je salue le courage et la provocation de ce "Life Is But A Dream…".

Note réelle : 3,5/5, arrondie à la supérieure pour la sacrée prise de risque artistique.

Top : "Cosmic", les soli toujours aussi plaisants de Synyster, la voix de M. Shadows, "Nobody", "Mattel".

A lire aussi en METAL PROG par FENRYL :


MASTODON
Live At The Aragon (2011)
Même en live, le bonheur !




MASTODON
Cold Dark Place (2017)
Brillant et intemporel...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   DARK BEAGLE
   KOL

 
   (3 chroniques)



- M. Shadows (chant)
- Zacky Vengeance (guitare, choeurs)
- Synyster Gates (guitare, piano, claviers, orgue, mellotron, flûte)
- Johnny Christ (basse, choeurs)
- Brooks Wackerman (batterie)


1. Game Over
2. Mattel
3. Nobody
4. We Love You
5. Cosmic
6. Beautiful Morning
7. Easier
8. G
9. (o)rdinary
10. (d)eath
11. Life Is But A Dream



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod