Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dreamland, Saint Deamon, Thornbridge, Katana, Chinchilla, Nocturnal Rites, Metalium, Stormhammer, Steel Attack, Nostradameus, Lost Horizon, Iron Fire, Armory
- Membre : Tungsten, Cyhra, In Flames, At The Movies, Cans
- Style + Membre : Warlord, Fullforce, Stefan Elmgren's Full Strike , Dream Evil
 

 Site Officiel (664)
 Chaîne Youtube (1041)
 Myspace (659)

HAMMERFALL - Dominion (2019)
Par FREDOUILLE le 2 Janvier 2022          Consultée 728 fois

On savait les Suédois en net progrès depuis 2014 soit depuis l’album "(r)Evolution". L’année 2016 venant confirmer le net regain de forme d’HAMMERFALL avec "Built To Last", un disque certes, très classique, mais franchement de très bonne facture. Cela tombe bien, puisque "Dominion" continue à quelques pouièmes près, là où son prédécesseur s’était arrêté. Peu ou pas de surprises sur ce nouvel album, on sait à qui on a affaire. Mais qu’il est bon de retrouver une nouvelle fois un HAMMERFALL en forme et plein de vitalité. En tous les cas, cela s’entend sur "Dominion".

Fidèle à lui-même et piochant de-ci de-là dans son passé le plus glorieux (époque lointaine de "Legacy Of Kings"), HAMMERFALL nous délivre, une énième fois, son Heavy Metal toujours aussi traditionnel mais qui se pare toujours autant d’hymnes imparables, de la trempe de ceux qui vous font lever stupidement le poing vers le ciel avec son lot de refrains ultra accrocheurs, de mélodies toujours aussi fédératrices et de riffs parfois toujours aussi basiques mais ô combien efficaces. Comme sur le très classique "Dominion" où des chœurs puissants viennent s’imposer dans la plus pure tradition du groupe. Bref, les Suédois démontrent une nouvelle fois qu’ils restent incontestablement un des meilleurs dans le genre.

Car, on a tendance à se répéter avec HAMMERFALL, mais force est de constater que les Suédois restent des maîtres en la matière. Soit dans la confection d’hymnes (rappelez-vous sur "Built To Last" et ce très bon "Hammer High"), à l’image d’un "Never Forgive, Never Forget" particulièrement enlevé pour ne pas dire explosif, et qui débute par une subtile et douce introduction. Le calme avant la tempête…. Car le tempo s’accélère très rapidement laissant bientôt place à une section rythmique des plus efficaces et un refrain fédérateur qu’on est presque obligé de reprendre à tue-tête tant il s’ancre instantanément dans votre tête. On soulignera également le très bon travail à la guitare et notamment sur les soli lesquels embrasent littéralement le morceau, la paire Oscar Dronjak/Pontus Norgren formant une association des plus solides. "Never Forgive, Never Forget" s’avère être en tous les cas une excellente entrée en matière.

Bien évidemment, les Suédois ne vont pas s’arrêter en si bon chemin et vont enchaîner les hymnes comme on enfile des perles sur un collier. Si "Dominion" ralentit quelque peu le tempo avec ce riff des plus classiques accompagné d’une batterie qui résonne lourdement, HAMMERFALL va ré-enchaîner avec un titre plus rapide et percutant avec "Testify", composition dont on soulignera la lourdeur des guitares et qui propose là quelques riffs énergiques et un refrain sans grande inspiration mais une nouvelle fois des plus efficients. Sans conteste de l’ultra-classique donc, mais il est à souligner que les refrains, les mélodies qui règnent sur "Dominion" sont certainement les meilleurs du groupe depuis un certain temps. Et ce n’est pas le premier single du disque qu’est "(We Make) Sweden Rock" (futur classique du groupe) qui me fera mentir tant ce morceau aux atours indubitablement plus légers, avec notamment cette subtile connotation Hard Rock, est des plus addictifs, pour ne pas dire des plus séduisants. Il faut également reconnaître, que l’ensemble est transcendé par les vocalises un tantinet lisses, mais presque édifiantes de Joacim Cans décidément en excellente forme.

Un chant qui prend d’ailleurs sa pleine dimension et qui vous prend littéralement aux tripes sur les habituelles ballades du groupe (un album d’HAMMERFALL sans ballade n’est pas un vrai album d’HAMMERFALL n'est-il pas !) et présentes sur le disque ("And Yet I Smile", "Second To One"). Si la power ballade "And Yet I Smile" ne laissera assurément pas un souvenir impérissable (malgré de nombreuses variations), on s’attardera plus volontiers sur la presque touchante "Second To One" et son piano, plus douce et située idéalement en milieu d'album. Il s’agit d’une jolie ballade qui ne renverse pas des montagnes certes, mais elle n’est pas non plus des plus infâmes dans le genre. Loin de là. Elle fait le taff comme on dit. Comme à son habitude, et pour le bon équilibre de l’album, HAMMERFALL alterne donc avec habileté les tempos, entre un Heavy Metal rapide qui envoie quelques flèches ("Never Forgive, Never Forget", "Testify", "Scars Of A Generation", "Chain Of Command"), morceaux plus lents mais percutants malgré tout ("Dominion", "One Against The World" dont la construction est un tantinet plus élaborée que de coutume, "Dead By Dawn" qui sort lui aussi un petit peu de l’ordinaire avec un pont marqué par des guitares un peu plus lourdes qu’à l’accoutumée) et donc ballades de circonstance.

Vous me direz donc qu’il n’y a rien de neuf à l’horizon sur ce "Dominion", et je vous répondrai que vous avez entièrement raison en effet. Il ne faut pas s’attendre de la part des Suédois à des changements fondamentaux, à de profonds bouleversements (bien qu’ils aient déjà tenté le truc par le passé avec "Infected") ou à d’éléments vraiment novateurs. "Dominion" s’inscrit totalement dans la trajectoire de son prédécesseur. Classique, ultra classique même, il reste néanmoins solide, assez homogène au bout du compte, et possède une bonne partie des ingrédients qu'on est en droit d’attendre de la part d’HAMMERFALL. De bonnes compositions, des hymnes amenés à devenir des classiques (pour certains), et surtout une énergie à revendre qui reste une constante chez HAMMERFALL depuis quelques albums désormais (cela n’a pas toujours été le cas par le passé avec parfois des compositions un brin pataudes et ennuyantes). Pas le meilleur album des Suédois c’est certain mais pas non plus leur pire c'est évident.

Note Réelle : 3,5/5 que j'arrondis à 3/5 car un chouia moins bon que "Built To Last".

Morceaux préférés : "Never Forgive, Never Forget", "(We Make) Sweden Rock", "Scars Of A Generation".

La plage qui ne sert à rien : "Battleworn".

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


TAD MOROSE
Matters Of The Dark (2002)
Le meilleur de TAD MOROSE....




AMBUSH
Firestorm (2014)
Tempête de feu made in Sweden !!!!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Joacim Cans (chant)
- Oscar Dronjak (guitares)
- Anders Johansson (batterie)
- Fredrik Larsson (basse)
- Pontus Norgren (guitares)


1. Never Forgive, Never Forget
2. Dominion
3. Testify
4. One Against The World
5. (we Make) Sweden Rock
6. Second To One
7. Scars Of A Generation
8. Dead By Dawn
9. Battleworn
10. Bloodline
11. Chain Of Command
12. And Yet I Smile



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod