Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rebirth Of Nefast
- Membre : Macabre Omen, YerÛŠelem [yeruselem]
- Style + Membre : MartrÖÐ [martrÖd]

BLUT AUS NORD - Hallucinogen (2019)
Par ISAACRUDER le 25 Novembre 2019          Consultée 1282 fois

Les champignons hallucinogènes sont certainement mon péché mignon, en particulier durant l'été, quand je me prends à zoner dans les parcs de Montréal comme une espèce de Radagast le Brun à capuche. La dernière fois que j'ai pu en faire l'expérience, nous étions une bande de joyeux lurons occupée à se promener au Parc Lafontaine, grand terrain arboré au cœur de Montréal qui nous semblait tout à coup être devenu la forêt de Galadriel, immense et luxuriante. La moindre lumière éclatait comme "un bel obus" comme l'écrirait Apollinaire, et nous avons terminé à trois heures du matin en vélo sur l'autoroute, avec les lueurs de la ville perçant l'espace comme des tirs de blaster. Le champignon hallucinogène a cette capacité à éveiller à la réalité, augmentant la puissance de tous les sens, mais aussi à développer une autre conscience de soi et du reste du monde. Je dirai ainsi que cette consommation épisodique de champignons a forgé mon caractère et que je suis devenu bien plus contemplatif, patient, "chill", dirait un Québécois.

Cette contemplation, cette fusion avec le cosmos digne du discours d'un connard de Californien (je me dois d'assumer) me semble être bien illustrée dans "Hallucinogen", le nouveau BLUT AUS NORD, qui aurait dû en fait s'appeler "Memoria Vetusta IV", tant il emprunte les mêmes codes que la série incroyable du sieur Vindsval. Bien plus classique qu'annoncé, "Hallucinogen" est mélodique au point de devenir magique, à l'instar des Vetusta, et s'avère une pure merveille. Il faut dire que dès le départ, le charme opère, "Nobos Nebuleam" frappe comme une météorite, loin de l'habitude de BLUT AUS NORD, qui aime souvent amorcer un album avec une introduction ambiante. Le titre est beau, la lead entêtante, et le caractère minimaliste, voire répétitif, rappelle la belle époque de BURZUM. Un constat qui se vérifie tout au long de l'album, tant BLUT AUS NORD parait vouloir faire de ses riffs des antiennes, dévoilant une liturgie cosmique sublime. On pense à "Mahagma", et son chœur soutenu par un rythme mid-tempo méditatif, avant une fin aux allures de voyage interstellaire.

"Hallucinogen" est un des albums les plus mélodiques de BLUT AUS NORD, et un des plus magnifiques en termes de riffing. Il est ce que "Memoria Vetusta III" aurait pu être : cette symphonie de guitares qui ne souffre d'aucune comparaison. "Sybelius" est selon moi un des meilleurs titres jamais composés par le groupe, superbe crescendo de mélodies audacieuses, rêveuses, reflétant un imaginaire champêtre cosmique, comme si l'on observait une bacchanale antique dans une nébuleuse lointaine. "Hallucinogen" est romantique, au sens littéraire du terme, et pourtant il se veut pratiquement spatial, dans une dynamique passé-futur enchanteresse, "A Space Odyssey" et "Les Rêveries du promeneur solitaire", le crossover le plus ambitieux de l'Histoire. Le premier se retrouve particulièrement dans les titres les plus expérimentaux, tels "Haallucinählia", qui mêle riffing old school et leads modernes (le dernier est apocalyptique en tabarnak). L'aspect contemplatif de l'ensemble ne doit pas occulter un caractère plus épique, tel celui développé dans "Nebeleste", fusion terrible entre le BLUT AUS NORD du malaise et celui de la poésie, pour un titre très efficace, au riffing encore une fois somptueux.

Vous me direz donc, pourquoi pas de sélection pour ce "Hallucinogen" fantastique ? Je vous répondrai que malgré quelques tentatives expérimentales, cet album de BLUT AUS NORD n'est guère une surprise, ce que laissait penser la communication du groupe et de Debemur qui parlait de "nouvelle ère". En fin de compte, "Hallucinogen" est définitivement un "Memoria Vetusta", avec sa poésie, sa splendeur et sa puissance créatrice. Il est simplement un "Memoria Vetusta" cosmique, se rapprochant par là de "Memoria Vetusta II: Dialogue With The Stars", mon préféré de la trilogie. Une fausse surprise donc, mais un album excellent, qui souffre de peu de défauts, si ce n'est, pour pinailler, son dernier titre, qui conclut moyennement une oeuvre majestueuse, dédiée davantage aux profondeurs de l'Univers qu'aux hallucinogènes. Quoique la prise de ces derniers aide à connaître les mystères du premier, et j'en sais quelque chose. Car à force de me prendre pour Radagast, j'ai vu la Vérité, et autant vous dire que Tom Cruise a raison depuis le début. Il est donc grand temps d'ouvrir les yeux et de s'ouvrir à la pleine lumière de Xenu. Sur ce, je m'en vais payer ma redevance à l'Église de Scientologie, xoxo.

A lire aussi en BLACK METAL par ISAACRUDER :


CULT OF FIRE
Life, Sex And Death (2016)
Black Metal tantrique




YOUNG AND IN THE WAY
When Life Comes To Death (2014)
Le Crust comme trompette de l'apocalypse


Marquez et partagez




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Vindsval (chant, guitare)
- Ghöst (basse)
- W.d Feld (batterie)


1. Nomos Nebuleam
2. Nebeleste
3. Sybelius
4. Anthosmos
5. Mahagma
6. Haallucinählia
7. Cosma Procyiris



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod