Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK INDUS AMBIANT  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rebirth Of Nefast
- Membre : Macabre Omen, YerÛŠelem [yeruselem]
- Style + Membre : MartrÖÐ [martrÖd]

BLUT AUS NORD - 777 - Sect(s) (2011)
Par MEFISTO le 18 Mai 2011          Consultée 5257 fois

Vindsval est une machine à créer. BLUT AUS NORD a été fondé en 1994 et on dirait qu'il atteint seulement maintenant son apogée inventive, lui qui a « adouci » son approche du Black crado, expérience tentée en 1996, on s'en rappellera, avec le premier "Memoria Vetusta", et confirmé avec le magnifique volet II en 2009. A suivi l'an dernier le EP "What Once Was… Liber I", une mixture de ses deux chapelles, la sale et torturée et la lumineuse et complexe. Il revient même pas un an plus tard avec ce premier album d'une trilogie qui sortira… en entier en 2011 !

Ces trois albums, intitulés "777" ("Sect(s)", "The Desanctification" et "Cosmosophy"), sont supposés être une suite à "The Work Which Transforms God" (2004), considéré comme le chef-d'œuvre du groupe. Au menu: « des prières de défuntes âmes urbaines » à la sauce Black indus et ambiant. La moindre recherche sur le web vous permettra de retrouver des tas de symboliques pour 777, telles que : L'ascension de l'âme à travers le corps physique ou encore La transmutation qui s'opère au moment où l'homme devient conscient de la nécessité de parcourir le sentier de l'initiation, et qu'il perçoit, même d'une façon élémentaire, que le but est en Dieu. . Tout ça pour dire que je ne m'étends pas davantage sur les motivations métaphysiques de Vindsval, car ce qui nous intéresse est simple : arrivera-t-il encore à nous faire planer et nous effrayer, à nous rappeler ce gros Black industriel et malsain du début des années 90, tout en utilisant de ses cartouches modernes et aériennes ?

La réponse est oui. Évidemment. BLUT AUS NORD, peu importe la forme qu'il prend, ne peut pas perdre.

Vindsval fait cavalier seul pour ce side-project (un autre ?, merde on ne sait plus où donner de la tête tellement le musicien a de chantiers !), donc il s'offre une totale liberté. Liberté d'expérimenter. De fusionner ses armes les plus puissantes. Et il le fait comme un virtuose jouerait de son instrument fétiche, en alliant férocité black, froideur indus, expérimentation psychédélique et quelques envolées réchauffant les pavillons. Les fans du plus récent BLUT AUS NORD reconnaîtront tout de suite ces grattes incisives et mélodiques sous couvert de nappes synthétiques étranges, alors que les initiés se délecteront de ces atmosphères en acier trempé où règnent la peur, un foudroyant nihilisme enfoui sous un déluge de basse et un fantasme ésotérique d'imager les confins les plus obscurs de l'âme. Ultime quête de toute entité métallique sondant les recoins de l'univers, physique ou abstrait.

BLUT AUS NORD, ça a toujours été ça. Et ça l'est maintenant davantage. S'il est plus grisé que noirci, Vindsval n'en demeure pas moins hermétique à tout parfum, emprisonné dans son monde dénué de sentiments. La beauté y est morne, car cachée volontairement, on la perçoit au compte-goutte, notre imagination se chargeant du reste, gavée par les airs machiavéliques et spectraux du maître de céans, dont le nec plus ultra se trouve dans le colossal "Epitome IV".

À cheval entre le plus ténébreux des donjons de "The Work Which Transforms God" aux parties éthérées de "Memoria Vetusta", "777 Sect(s)" chemine vers la lumière au fur et à mesure que l'album se dévoile. On ressent la folie, mais aussi l'espoir dans ces six "Epitome". Oui, on vit la violence sous-jacente lézardant les paysages urbains, inspiration première de BAN, mais on se nourrit aussi de larges puits de blancheur laissant entrer quelques rayons dans ce complexe exercice de style. Brutal, mais soyeux en même temps (la magie opère notamment grâce à la cotonneuse batterie), gorgée de morceaux lents et ambiancés, cette énième bombe du Français saura plaire autant que la sortie intemporelle de 2009.

Je prévois de très fortes réactions face à ce nouveau joyau de Vindsval, qui, je le répète, est en train d'écrire les vers qui orneront plus tard sa stèle. Puissent les fleurs du mal, version urbain, pousser autour afin de le protéger à jamais.

J'ai déjà hâte à la suite !

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


1349
Demonoir (2010)
1349 renaît... un an après sa « mort »




The STONE
Umro (2009)
Black serbe à tendance mélo foutrement scotchant !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Vindsval (tout)


1. Epitome I
2. Epitome Ii
3. Epitome Iii
4. Epitome Iv
5. Epitome V
6. Epitome Vi



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod