Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Seether

BUSH - Razorblade Suitcase (1996)
Par METALINGUS le 18 Juillet 2019          Consultée 571 fois

Dès le début de sa jeune carrière, BUSH a été mis directement sous les feux de la rampe avec son "Sixteen Stone" bien ficelé. Il faut dire que le « hasard » fait bien les choses : alors en pleine période "Grunge", le premier essai des Anglais n’a eu aucun mal à se tailler une place parmi les grands. Sorti deux ans plus tard, "Razorblade Suitcase" est sa suite directe, autant dans le fond que dans la forme.

Si vous vous donnez la peine de jeter un petit coup d’oriel, vous allez vite remarqué que rien n’a changé dans l’univers de BUSH : il s’agit de Grunge pur jus à la sauce NIRVANA. Gavin, écrivain principal du groupe, y ajoute toutefois une bonne dose de légère nostalgie et garde toujours un son typé "garage" qui rend le tout pas si facile d’approche. Malheureusement, si les bons côtés de "Sixteen Stone" ont été répétés, les moins bons côtés sont également au rendez-vous, un peu comme un crachat expulsé à la verticale.

Premièrement, l’album est long, trop long : On aurait pu facilement couper dans le gras sans aucun problème. Deuxièmement, les morceaux expérimentaux aux rythmiques défaillantes sont de retour dans la partie à mon plus grand déplaisir. Même après une très longue réflexion entrecoupée d’une séance de yoga chaud, j’ai toujours de la difficulté à comprendre le but de la manœuvre : "Mouth", "Synapse" et "Communicator" sont des morceaux à endormir le plus difficile des insomniaques accros à la cocaïne, c’est dire. Ils ne servent à rien, n’apportent rien de positif.

Heureusement, la majeure partie de la galette est une franche réussite : on y retrouve des morceaux typés Grunge Rock avec le duo d’ouverture, pour ensuite voler vers du Grunge plus mélancolique avec "Swallowed" et "Cold Contagious" et ses six minutes de musique bien montée. BUSH s’attaque également à des balades sans tomber dans le ridicule avec "Straight No Chaser" et "Bonedriven" : un peu de tout, pour tout amateur du style. Les gars ratissent large, voit grand et nous présente le Grunge sous tous ses facettes.

Sans être révolutionnaire, "Razorblade Suitcase" est un album bien composé et bien produit. En fait, il est un peu à l’image même du groupe qui l’a composé : très bien dans son style mais sans rien apporter d’ingénieux à la grande famille Grunge. Malheureusement, ce second effort de nos amis anglais sera le dernier à arborer l’étampe "Grunge pur jus". En effet, "The Science Of Things" qui sortira quelques années plus tard verra arriver des touches plus électriques, plus accessibles.

Morceau préféré : "Could Contagious".

A lire aussi en GRUNGE par METALINGUS :


SEETHER
Disclaimer 2 (2004)
"Premier" album




SILVERCHAIR
Neon Ballroom (1999)
Le vrai SILVERCHAIR


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Gavin Rossdale (chant,guitare rythmique)
- Nigel Pulsford (guitare solo)
- Dave Parsons (basse)
- Robin Goodridge (batterie)


1. Personal Holloway
2. Greedy Fly
3. Swallowed
4. Insect Kin
5. Cold Contagious
6. A Tendency To Start Fires
7. Mouth
8. Straight No Chaser
9. History
10. Synapse
11. Communicator
12. Bonedriven
13. Distant Voices



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod