Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nevermore, Ashes Of Ares
- Membre : Ashes And Dust, Sadus, Judas Priest, Sons Of Liberty, Leash Law, Demons & Wizards, Death
- Style + Membre : Pyramaze

ICED EARTH - Incorruptible (2017)
Par FREDOUILLE le 14 Octobre 2017          Consultée 2147 fois

On savait ICED EARTH sur la pente ascendante. Preuve en était son précédent effort, "Plagues Of Babylon" plutôt robuste, solide, et supérieur à un "Dystopia" somme toute correct mais un poil fadasse quand même, mais nul ne pouvait se douter que la bande à Jon Schaffer allait nous sortir un album de la trempe de "Incorruptible" à la pochette plutôt jolie avec un Spawn au sourire délicieusement diabolique. Car oui affirmons le haut et fort, "Incorruptible" est sacrément une belle surprise. Il est un album plutôt haut de gamme (si, si !), classieux même et qui tranche je trouve avec son prédécesseur car moins agressif, incisif et beaucoup plus mélodieux surtout. En ce sens, "Incorruptible" rappellera à bien des égards ce que le groupe a pu nous sortir de meilleur par le passé et en particulier en 1996. Car s’il y a bien un album dont cette nouvelle galette pourra allègrement se rapprocher, c’est bien de l'excellent "The Dark Saga". Cela tombe bien car votre serviteur adore "The Dark Saga" !

Au menu donc, des mélodies entêtantes, des refrains fédérateurs qui donnent furieusement envie de lever le poing, des ambiances sombres et feutrées, travaillées aux petits oignons à l’image de ce magistral "Black Flag", des soli particulièrement brillants et mélodiques à souhait ("Black Flag", "Great Heathen Army"), des guitares acoustiques sur le très mélodieux "Raven Wing" ballade mid-tempo dans la plus pure tradition de ICED EARTH qui n’aurait d'ailleurs pas dépareillé sur l’album de 1996. D'ailleurs, "Incorruptible" multiplie à l’instar justement de "The Dark Saga" les mid-tempos de premier choix à l’instar donc de "Raven Wing" mais également du très ambiancé "The Veil" légèrement « balladisant », ou encore de "The Relic (Part. I)" dont les sonorités des guitares, le break astucieux et l’ambiance générale renforcent ici encore plus les accointances avec "The Dark Saga".

Bien évidemment, ICED EARTH n’en a pas oublié toutes ses velléités offensives et l’on se délectera de morceaux plus directs et puissants tels "Defiance" (pas forcément le meilleur de l'opus ceci dit), "Seven Headed Whore" qui envoie sérieusement du bois (la batterie y est monumentale, la rythmique saccadée), très Thrashy dans l’esprit et qui rappellera sans aucune contestation possible le titre "Violate" (presque aussi court d'ailleurs !), ou encore tel "Great Heathen Army" qui ouvre l’album avec brio (l’introduction y est grandiose avec ses chœurs classieux) et sur lequel l’ami Stu Block, décidément de plus en plus à l’aise derrière le micro, excelle. Il faut reconnaitre qu’il est ici sur "Incorruptible" auteur d’une sacrée performance vocale aussi à l’aise sur les mid-tempos ("The Relic Part. I", "The Veil") toujours dans les tons d’un Matthew Barlow (en moins larmoyant) que sur les titres pêchus et agressifs où il délivre toujours des screams impressionnants ("Defiance", "Great Heathen Army") qui ne décevront pas les fans de Tim « Ripper » Owens.

"Incorruptible" est donc une putain de surprise en cette année 2017 et qui manquera pourtant la sélection sur Nightfall d’un cheveu car je trouve malgré tout que ce nouvel album est empreint d’un classicisme par trop prononcé ("Raven Wing", "Brothers") et finalement très (trop ?) "The Dark Saga" dans l’âme même si quelques surprises et/ou nouveautés (c’est un bien grand mot il faut le reconnaître) sont à souligner telles que cet instrumental "Ghost Dance (Awaken The Ancestor)", ses chants indiens (incitation à la prière ?) et flûte de pan (un tantinet kitch), plutôt sympathique mais sans grandes variations et un poil répétitif (plus de 6 minutes quand même !), - la batterie y est au moins mise en évidence -, et surtout ce magnifique "Clear The Way" véritable pièce de bravoure et grand moment qui vient clôturer de la plus belle des manières ce nouvel opus.

En effet, du long de ses 9 min 30s, "Clear The Way", brillante fresque guerrière et épique tour de force relatant un des évènements majeurs de la guerre de sécession (thème cher et obsessionnel chez Jon Schaffer) à savoir « La bataille de Fredericksburg », démontre à quel point ICED EARTH peut être très doué et talentueux dès lors qu’il sort un tantinet des sentiers battus. Ce morceau est juste puissant et monumental, avec une introduction génialissime et empreinte de tristesse (le décor est planté d’emblée, avec en tête cette cornemuse si triste... quelle ambiance !) qui servira de trame pour la suite du morceau, et alterne plusieurs plans dont plusieurs passages très MAIDENiens dans l’esprit et passages mêmes plus étonnants pour du ICED EARTH (sur le break notamment !). À l’instar de "A Question Of Heaven" sur "The Dark Saga" (décidément cette comparaison...), ce morceau vaut à lui seul l’achat de "Incorruptible".

C’est donc un réel plaisir de retrouver ICED EARTH à un tel niveau, inspiré, presqu'au sommet de sa forme dans son style si caractéristique, reconnaissable entre mille, et qui nous ramène à quelques moments de grandeur tel que l’on pouvait en retrouver sur "The Dark Saga", voire même sur "Something Wicked…". Il est juste dommage que ce nouvel effort très travaillé se rapproche un peu trop de l’esprit d’un "The Dark Saga", il y a du coup un côté « déjà vu » qui gâche un poil l’affaire. Ceci étant, je tiens vraiment à minimiser cette impression car à côté de cela "Incorruptible" possède véritablement d’excellents moments (des points culminants on va dire) avec notamment ce "Clear The Way" absolument dantesque et jouissif qui démontre que Jon Schaffer a encore des choses à dire. Et pour ne rien gâcher, la production est très soignée.

Un 4/5 au final amplement mérité pour un des albums de l'année.

Morceaux préférés : "Black Flag", "Great Heathen Army", "The Relic Part I"
La pièce maitresse : "Clear The Way"

A lire aussi en POWER METAL par FREDOUILLE :


STRATOVARIUS
Visions Of Europe (1997)
C'est beau la magie du live !




ARIDA VORTEX
The Illustrated Man (2015)
Power Metal made in Russia ! Brillant !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Jon Schaffer (guitares rythmiques, acoustique, claviers)
- Stu Block (chant)
- Brent Smedley (batterie)
- Luke Appleton (basse)
- Jake Preyer (guitares)


1. Great Heathen Army
2. Black Flag
3. Raven Wing
4. The Veil
5. Seven Headed Whore
6. The Relic (part I)
7. Ghost Dance (awaken The Ancestors)
8. Brothers
9. Defiance
10. Clear The Way (december 13th, 1862)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod