Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 Incorruptible
 

- Style : Nevermore, Ashes Of Ares, Judicator
- Membre : Leash Law, Sons Of Liberty, Demons & Wizards, Sadus, Death, Ashes And Dust, Judas Priest
- Style + Membre : Pyramaze

ICED EARTH - The Crucible Of Man - Something Wicked Part 2 (2008)
Par FREDOUILLE le 7 Octobre 2008          Consultée 9318 fois

Le concept abordé par Jon Schaffer à travers la trilogie "Something wicked" présente sur l'album "Something wicked this way" (1998), voit donc son second et dernier épisode débarquer sur nos platines. Ce second volet, provisoirement appelé "Revelation abomination" dans un premier temps est finalement intitulé "The crucible man" et fait donc suite au décevant "Framing Armageddon" sorti en 2007.
Depuis cette sortie, il y a eu du changement au sein de ICED EARTH puisque Matthew Barlow est revenu dans le groupe après s'être échauffé au sein de la formation américo-danoise PYRAMAZE et son album "Immortal".
Une nouvelle fois, Tim "Ripper" Owens qui avait pris le relais derrière le micro au sein de ICED EARTH s'est fait évincer comme un malpropre, de la même façon si on peut dire que lorsqu'il a pris la porte chez JUDAS PRIEST. De toute évidence, il n'est pas simple de remplacer des chanteurs aussi symboliques et représentatifs que Rob HALFORD ou Matthew BARLOW. Pourtant on saluera pleinement les nets progrès effectués par le pauvre Tim Owens au chant depuis qu'il est chez ICED EARTH. Ils sont indéniables. Pourtant, et pour avoir vu le groupe américain par deux fois en 2007 (Paris-Elysée Montmartre) et en 2008 (Graspop), je ne peux m'empêcher pourtant de dire que le retour de Matthew Barlow est certainement ce qui pouvait arriver de mieux à ICED EARTH. Il n'y a évidemment pas photo quant aux prestations délivrées par les 2 Frontman. Matthew Barlow remporte le duel haut la main, que ce soit sur les vieux morceaux comme sur les tout récents. Qu'on se le dise une fois pour toute, Matthew Barlow est LE chanteur de ICED EARTH. Inutile de revenir là dessus.

On ne peut donc que se réjouir de la présence de Matt derrière le micro pour ce second volet. Un second volet annoncé d'ailleurs par Jon Schaffer comme plus sombre et plus brutal que "Framing armageddon". Plus brutal... Hmmm, je n'en suis absolument pas persuadé, même après multiples écoutes. Bien au contraire.
D'une part, parce que Matthew Barlow qui possède un organe vocal plus étendu que celui de Tim Owens demeure néanmoins dans des tons indéniablement moins mordants. Et cela se ressent ici. Le chanteur, époustouflant d'ailleurs tout au long de l'album véhicule davantage d'émotions, de mélodicité que "Ripper" mais demeure néanmoins moins agressif dans l'ensemble. D'autre part, parce que la production de ce nouvel album est bien plus policée je trouve, moins "clinique" et que les compositions moins "chaotiques", plus léchées font pour la plupart dans le mid-tempo. Vous rajoutez à cela de subtils arrangements (orchestrations, chœurs féminins et masculins) et vous obtenez ni plus ni moins qu'un album de heavy metal traditionnel exempt quasiment de toute agressivité. Bon, on a bien "Divide or devour" (dixit sa rythmique) qui défrise bien mémé mais c'est à peu près tout. Donc pour ce qui est de la question de la brutalité, "The crucible man" n'atteint pas celle qu'on pouvait parfois trouver sur "Framing armageddon". On pourra donc repasser à ce niveau.
Pour ce qui de l'ambiance générale de l'album, elle est plus sombre en effet que celle de "Framing armageddon". Bien évidemment Matthew Barlow y est pour beaucoup je trouve mais on retrouve aussi et encore une fois ces arrangements qui renforcent cette ambiance sombre voire mélancolique comme sur "A gift or a curse ?" ou ces quelques chœurs : ceux présents sur les très bons "The dimension Gauntlet" (à la fin répétitive quand même) et "Divide or devour" ou ceux présents sur l'introduction "In sacred flames". Ces chœurs ne sont pas sans rappeler ceux qu'on pouvait trouver sur l'album "Burnt offerings".

Coté compositions, je pourrais très bien dire la même chose que pour "Framing armageddon". L'ensemble est un poil mollasson une fois de plus, un brin trop long (près d'une heure et 15 titres à s'enfiler dont des morceaux comme "A gift or a curse ?" assez "gnan-gnan" avec ce tam-tam déjà présent sur le premier volet ! Même chose pour cet épilogue un rien chiant). Bon, on évite quand même les multiples interludes et bruitages harassants du premier volet, c'est déjà ça !
Musicalement, Jon Schaffer fait quand même tourner sa machine au ralenti. C'est une évidence. Une fois de plus. Peu de compositions rapides ou thrashy (hormis "Divide or devour") sont à signaler, seuls des morceaux musclés, d'un classicisme parfois affligeant ("Behold the wicked child" par exemple) et pour la plupart donc mid-tempos règnent en maître sur ce nouvel opus.
Un nouvel opus qui peine véritablement à démarrer. Je dirais que les premiers très bons passages débutent à partir de "My dimension Gauntlet", soit le 7ème titre.
Les compositions défilent alors comme au bon vieux temps et de véritables moments de plaisir s'accumulent alors pour l'auditeur. A commencer par ce que je considère comme le point culminant de l'album "I walk alone", le single par excellence, typique de ce que ICED EARTH sait faire de mieux aujourd'hui. Un riff basique certes, mais un Matthew Barlow qui y est impérial et soutenu sur le refrain par des chœurs monumentaux. Enfin, un titre avec un refrain digne de son nom et des soli mélodiques comme il faut ! A rapprocher d'un morceau comme "Ten thousand strong".
On retiendra également le captivant et pesant "Crucify the king" qui fait véritablement son petit effet et qui se termine en apothéose. Une montée en puissance régulée de main de maître. Magnifique ! Enfin, "Sacrificial Kingdoms" et "Come what may" (excellent passage atmosphérique en son milieu : flutiau et violon au menu) aux riffs éculés jusqu'à la moelle par Jon Schaffer lui-même sont néanmoins à créditer de très bons refrains, mélodiques à souhait, et font partie des belles surprises de "The crucible man".
Une seconde partie incontestablement meilleure donc, quasiment sans temps mort si l'on excepte la belle power ballade "Harbinger of fate" où encore une fois Matthew Barlow fait montre de tout son talent.

Globalement, je dirais que ce second volet, très travaillé quand même mais sans surprise musicalement, me parait un poil supérieur à "Framing armageddon" mais n'atteint pas non plus des sommets. Jon Schaffer peine de toute évidence à retrouver son inspiration qui fut sienne sur des albums comme "Burnt offerings", "The dark saga" ou "Something wicked this way". De plus et comme je le disais plus haut et pour "Framing Armageddon", l'ensemble reste vraiment trop mid-tempo. Dommage !
ICED EARTH fort heureusement nous propose quelques soubresauts de qualité à l'image de "I walk alone", de "Come what may" ou encore de "Crucify the king", titres beaucoup plus inspirés et qui sont transcendés par un Matt Barlow décidément irrésistible. C'est un retour gagnant pour le bonhomme. Incontestablement.
Un album sauvé donc par une seconde partie de très bonne qualité et un chanteur tout simplement excellent (mais est-ce vraiment là une surprise ?).

Morceaux préférés : "I walk alone", "Crucify the king"

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


SEYMINHOL
Septentrion's Walk (2005)
Fresque épique sur fond de heavy metal!!!

(+ 1 kro-express)



SCANNER
Mental Reservation (1995)
SCANNER signe le come-back de 1995!!!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Jon Schaffer (guitare, chant)
- Matthew Barlow (chant)
- Troy Seele (guitare)
- Brent Smedley (batterie)
- Freddie Vidales (basse)


1. In Sacred Flames
2. Behold The Wicked Child
3. Minions Of The Watch
4. The Revealing
5. A Gift Or A Curse?
6. Crown Of The Fallen
7. The Dimension Gauntlet
8. I Walk Alone
9. Harbinger Of Fate
10. Crucify The King
11. Sacrificial Kingdoms
12. Someting Wicked (part 3)
13. Divide Devour
14. Comme What May
15. Epilogue



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod