Recherche avancée       Liste groupes



      
EBM  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rammstein
 

 Site Officiel (84)

OOMPH! - Oomph! (1992)
Par DARK BEAGLE le 30 Mai 2016          Consultée 942 fois

(Tout d'abord, je tenais à remercier notre Canard national qui m'a gentiment laissé la main sur le groupe. Merci à lui donc. Bon, j'arrête de me mettre la pression et je me lance)

OOMPH! se forme à Wolfsburg en 1989, autour de Crap et Dero, deux amis d’enfance, ainsi que Flux, rencontré à un festival Rock et un premier album voit le jour en 1992, éponyme comme de bien entendu (quoique cela ne soit pas une obligation). Pour ceux qui vont prendre la carrière des Allemands à reculons, ce premier essai peut se montrer fort déstabilisant. En effet, ceux qui sont considérés comme les pionniers de ce que l’on appelle le Neue Deutsche Härte oeuvrent dans une EBM froide et malsaine. Nous sommes loin des "Wahrheit Oder Pflicht" et autres "GlaubeLiebeTot", plus accessibles et plus populaires.

L’ensemble sonne très Electro, donc et ne plaira pas forcément à tout le monde. Pourtant, il se dégage déjà une certaine violence dans cette musique très martiale et quasi industrielle. Les mélodies sont simples, voire simplistes, mais quelque chose dans l’interprétation attire forcément l’oreille. Pour reprendre une métaphore chère à Shrek, OOMPH! est comme un oignon ; il y a plusieurs couches et il convient de toutes les enlever pour toucher le cœur du potentiel du groupe.

Et ce potentiel est déjà présent. A travers les rythmes et les beats Electro se dessine ce dont sera capable le groupe dans le futur, tandis qu’il n’y a rien de Metal dans la musique des Allemands. Le chant de Dero est encore mal dégrossi et se montre même souvent très monocorde, mais il dégage déjà quelque chose de particulier. Il se révèle angoissant par moment, colérique également. Les mots sont comme crachés dédaigneusement, mais cela fonctionne plutôt bien. Il habite déjà ses morceaux et cela va rapidement devenir une marque de fabrique. Tant pis si ici il ne dévoile pas son talent, il commence juste à bâtir sa réputation de frontman.

Il va d’ailleurs alterner le chant entre l’allemand et l’anglais avec une certaine réussite. Si Dero peut sembler un brin « mécanique » avec la langue de Steve Harris, il se montre bien plus intéressant quand il emploie sa langue maternelle. Ok, avancer cela revient à défoncer une porte ouverte, mais essayez, vous verrez que ça fait moins mal à l’épaule. Bref, revenons-en à nos teutons. Quand il utilise l’allemand, il laisse deviner ce qu’il deviendra par la suite, notamment sur le très bon "Ich Bin Du", au final crispant.

De temps en temps, la guitare vient s’inviter à l’ensemble. Mais cela ne va pas créer un son plus Metal, cela apporte plutôt un côté Punk pas dégueulasse du tout, comme sur "No Heart No Pain" ou le plus réussi "Gleichschritt" qui va amener une belle dynamique à ce moment l’album. Après, ces inspirations keupones ne fonctionnent pas toujours bien, comme pour "Wir Leben", peut-être bien le titre le plus faible du disque.

Il ne faut surtout pas sous-estimer ce premier album de OOMPH!. Il est certes différent des autres, il n’a pas ce trait de caractère, ces guitares parfois vicelardes qui font des opus suivants des pièces intéressantes de Metal Indus. Avec "Mein Herz" et "Der Neue Gott", les musiciens définissent ce que sera OOMPH!, au moins dans l’idée. On tient là déjà deux classiques pour la formation, encore joués sur scène de nos jours. Mais du coup, leur présence en début de disque vient apporter un certain déséquilibre à l’ensemble ; on n’échappe pas à ce fameux ventre creux qui frappe souvent à l’aveugle, comme une malédiction vaudou mal formulée.

Si l’Electro ne vous fait pas peur et ne vous provoque pas de crises d’urticaires (ou de pulsions meurtrières), vous pouvez plonger sans soucis dans cet album absolument malsain. Il est loin d’être inintéressant, il est le portrait des premières années de OOMPH !, quand le groupe jouait avec l’électricité d’une façon différente. Un premier effort très correct donc, qui mérite que l’on se penche dessus. Mais le meilleur reste à venir.

A lire aussi en METAL INDUS :


STATIC-X
Wisconsin Death Trip (1998)
à réserver aux esgourdes en mal d’originalité




GODFLESH
Streetcleaner (1989)
Le premier et meilleur album d'un géant !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Dero (chant, batterie)
- Crap (guitare, claviers)
- Flux (samples, programmations)


1. Mein Herz
2. Me Inside You
3. Der Neue Gott
4. No Heart No Pain
5. Breathe
6. Gleichschritt
7. Under Pressure
8. Wir Leben
9. Purple Skin
10. Ich Bin Du



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod