Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ALTERNATIF  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 0)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Arch Enemy, Gardenian, World Under Blood, At The Gates, Raintime, The Sons Of Talion , Degradead, The Duskfall , Callenish Circle, Nightrage, Witchery, Children Of Bodom
- Membre : Passenger, Hammerfall, Tiamat, Mercury Tide
- Style + Membre : Dark Tranquillity
 

 Mysweetforum (forum - News - Bio Etc...) (1022)
 Site Officiel (342)
 Myspace (412)
 Chaîne Youtube (317)

IN FLAMES - Siren Charms (2014)
Par DARK MORUE le 3 Janvier 2015          Consultée 5702 fois

Bon. On va devoir s'y faire.
IN FLAMES n'existe plus. Le départ de Jesper a totalement coupé les ponts avec le passé, on laisse tomber notre poignant groupe de Death Mélo aux mélodies enchanteresses. On avait déjà dit au revoir à tout ça en 2002 avec l’étincelant "Reroute To Remain", désormais on est au point de non-retour.
Le précédent était déjà bien vautré dans une sorte de Metal Alternatif (bouffée d'air frais d'un niveau correct, gardant des espoirs après un "A Sense Of Purpose" d'une merditude rare), là maintenant le vice est poussé encore plus loin.
"Siren Charms" me laisse perplexe. Il me trouble profondément. Parce que c'est un album que je déteste alors qu'au final il est pas si mauvais que ça. Et non je suis pas du genre à cracher sur le changement, j'adore le dernier MORBID ANGEL et je suis fan de SUP du coup je m'en branle. Ni tous les "bouh c'est pas parce que c'est pas du Death Metal que c'est pas bien" qui fusent à chaque échange sur ce genre de groupes. Si je devais écouter que du Death j'en serais pas là, z'avez même pas idée du genre de trucs que je donne à manger à mes tympans à longueur de journée.
Non non. Disons que c'est un bon album œuvrant dans un genre à vomir. Voilà.

On a toujours ce premier titre qui fait péter tout plein de mélodies de guitare de partout pour faire genre. Merde, "In Plain View" casse tout et nous rappelle ce qu'IN FLAMES a déjà été auparavant, avec des sonorités modernes électro parfaitement gérées, genre ça commence bien quoi. Mais sinon, c'est le naufrage. Regardez les photos promos sans se fracturer l'arcade contre sa chaise est déjà une épreuve : le groupe fait désormais du pur et simple Hipster Metal. Le truc qui s'écoute en trempant sa barbe dans son thé, bien au chaud derrière ses lunettes carrées rentrées dans le bonnet. Voilà, c'est dit. Après, c'est sûrement la grosse came de ceux qui sont réceptifs à ce genre de musique, mais là... Non, je refuse qu'on ait le droit d'utiliser le nom d'un tel monument pour ça. Surtout vu les setlists live qui foutent un gros doigt d'honneur aux fans historiques...
Parce que bon, stylistiquement maintenant ça attaque plus des masses. On sait que tout est misé sur le chant depuis un bon moment, mais même à ce niveau-là... Putain, qu'Anders arrête de tenter de hurler, ça fait des années qu'il n'a plus de coffre, autant s'assumer et quitter le registre intermédiaire foireux qu'on a parfois. Les morceaux tentant d'être plus agressifs sont pénibles, "Everything's Gone" aurait sa place sur la dernière purge de SLIPKNOT et "When The World Explodes" est carrément ridicule, on en a de la peine pour le pauvre chanteur au moment de l'intro, et c'est pas la chanteuse guest star qui va nous aider à faire passer ça.

Genre non. Oui à l'ouverture d'esprit, non aux mauvais albums. Ici notre ex-géant de Gothenburg fonce droit dans le mur en s'ancrant dans un créneau qui ne lui va pas. On mise tout sur un chanteur aux capacités limitées qui ne touche que rarement, ça y va des artifices qui devraient faire jouir les fans de MUSE (groupe que je tiens presque en horreur), des morceaux tous bien variés mais ratant tous dans leur domaine quelque chose. Et ça y va des nappes électroniques et de la richesse du spectre sonore pour nous faire croire à un album ultra complexe, alors que non, on a absolument tout digéré et recraché en 5 écoutes. On a bien quelques trucs qui le font. Comme quand ça se la joue alternatif de groupe de lycée avec une "Paralysed" pour le coup pas trop mal branlée ou un "Filtered Truth" bien Rock final qui remplit son office. Mais sinon woulah.
Le single "Rusted Nails" est plat à mourir, on a des horreurs comme le titre éponyme ou "Through Oblivion" tellement nulle que j'en serre les dents à me les briser à chaque fois, enfin voilà. IN FLAMES a changé, on le sait, maintenant c'est un groupe de Metal Alternatif. Mais juste un de plus. Parce que si les écarts Rock et un tantinet électro sont les machins les plus réussis, la section Metal est d'une mollesse assez incroyable et fait perdre toute la crédibilité.

Auparavant on avait des mélodies de guitare à pleurer. Puis dans les années 2000 le combo s'est transformé pour devenir un savant alliage de Pop et de Metal ultra pêchu et efficace ("Come Clarity" putain, en son domaine ça reste du costaud). Le passage à la nouvelle décennie a également vu un changement mais cette fois il chie grave dans la colle vu qu'on est déjà rincé et en roue libre au second album du genre. L'apanage de ces groupes qui ont un sacré paquet d'albums derrière eux et veulent donc explorer de nouveaux horizons, évoluer, proposer du neuf et se la jouer artistes branchés. Sauf que dans notre cas présent, comment dire, plus on vieillit et plus on régresse. On a des quadragénaires qui font de la musique ciblant les minets de 16 piges en crise et c'est assez gênant. Et nous on est là, à regarder ça, voir le groupe se transformer et détruire son héritage en se foutant à la mode.
Mais non. Désolé mais ça sonne aussi faux que quand Canal + nous parle de culture internet pour toujours les djeunz. Et j'exige qu'IN FLAMES soit quand même autre chose que le MEUPORG du Metal, putain. Et ces paroles... Qu'on se demande continuellement quel groupe d'Émocore minable a déjà écrit ça avant à chaque phrase...

Donc voilà. Non, c'est pas ultra mauvais. C'est un album de Metal Alternatif comme en sortaient tous les groupes qui ont fait notre jeunesse et qu'on réécoute encore un peu en se disant que c'était nul mais qu'on y reste attaché. Sauf que c'est pas ça. C'est récent, et ça vient de quelque chose qui nous a été cher. Et c'est juste insupportable de voir des bidules comme "Through Oblivion" ou "Monsters In The Ballroom". Je comprends que les mecs aient envie de passer à autre chose. Mais bon. Nous on a pas toujours envie d'être témoins d'une crise d'ado hipster à 45 ans.
Du coup ce "Siren Charms" (y a eu une sorte de concours pour trouver le nom d'album le plus gay possible ou bien ?) sera peut-être l'album de l'année de ton pote insupportable qui suce Matthew Bellamy en hurlant que MUSE est le groupe le plus virtuose de tous les temps, mais très peu pour moi. J'ai pas de problème avec la Pop, ni avec les gros outsiders, pas mal de trahisons passent à mes yeux, mais la reconversion vers l'arty raté, je peux pas cautionner.
Alors je fais tout ce qui est en mon pouvoir.
Je fous une mauvaise note.

Voilà.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par DARK MORUE :


SOILWORK
Natural Born Chaos (2002)
Intouchable

(+ 2 kros-express)



SOILWORK
The Living Infinite (2013)
Coup de maître. Deux fois.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par JEFF KANJI




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Anders Fridén (chant)
- Björn Gelotte (guitare)
- Niclas Engelin (guitare)
- Peter Iwers (basse)
- Daniel Svensson (batterie)


1. In Plain View
2. Everything's Gone
3. Paralyzed
4. Through Oblivion
5. With Eyes Wide Open
6. Siren Charms
7. When The World Explode
8. Rusted Nail
9. Dead Eyes
10. Monsters In The Ballroom
11. Filtered Truth



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod