Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (29)
Questions / Réponses (3 / 9)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Arch Enemy, At The Gates, Raintime, The Sons Of Talion , Degradead, The Duskfall , World Under Blood, Callenish Circle, Nightrage, Witchery, Children Of Bodom
- Membre : Hammerfall, Passenger
- Style + Membre : Dark Tranquillity
 

 Mysweetforum (forum - News - Bio Etc...) (978)
 Site Officiel (300)
 Myspace (335)
 Chaîne Youtube (269)

IN FLAMES - Soundtrack To Your Escape (2004)
Par POSSOPO le 19 Avril 2004          Consultée 12109 fois

IN FLAMES fait partie de ces nombreux groupes à succès divisant les chaumières. Le grand frère n’a de cesse de médire sur la stagnation musicale d’une formation qu’il a fièrement découverte en 1994, en avance de quelques années sur le peloton, tandis que le petit dernier continue, vêtu de son sweat à capuche préféré, de régulièrement échauffer sa colonne vertébrale au son des riffs les plus sautillants du quintette.

Ce nouvel album n’a que peu de chances de rapprocher Pierre (à l’époque, on baptisait les enfants de prénoms affreusement banals) et Brandon (mais c’était quand même mieux que maintenant, non ?). Le premier pourra tranquillement continuer à vomir sur les prétentions commerciales du quintette tandis que le second remuera furieusement la tête, le cou, la poitrine, les hanches et son glorieux appareil génital sur les quelques hits du disque comme il le faisait tantôt sur d’autres compositions du groupe.

Comment ne pas critiquer le manque de recul dont fait preuve cet imbécile de Brandon qui vient, pour le plus grand désarroi de ses parents, de se faire tatouer une magnifique feuille de cannabis (parce que le cannabis, c’est cool, dixit le jeune bêta) sur l’épaule droite? La musique se résume chez lui à peu de références : les coupes de cheveux inintéressantes et les rythmique épaisses de KORN, la langueur lénifiante de Snoop Doggy Dog et IRON MAIDEN (parce qu’IRON MAIDEN, c’est bien). Il a trouvé en IN FLAMES le combo «deux en un» qui lui permet d’apprécier en trois minutes les mélodies de guitare de Dave Murray, Adrian Smith et Janick Gers (vous pouvez éliminer le dernier si vous le souhaitez) et les rythmiques résolument modernes devant autant au Death qu’au Neo Metal. En bonus figurent également les refrains accrocheurs qu’il a déjà entendus chez OFFSPRING. La formation de Göteborg. IN FLAMES n’est donc en rien une entité unique qu’il chérirait pour sa personnalité.

Cet incapable de Pierre, qui après des études de géographie (parce que monsieur aime les voyages) jamais terminées, ni même franchement commencées à y bien réfléchir, s’est casé dans le bel échiquier de l’informatique, ultime filière des sans but, n’a pas pour autant raison. Son attitude manque autant de profondeur que celle de son puîné. Après tout, s’il a commencé à écouter IN FLAMES avant les autres, c’est parce qu’il est tout simplement plus âgé et non grâce à un flair qu’il croit supérieur à cette moyenne qu’il exècre mais dont il fait désespérément partie. Qu’il verse les pires grossièretés sur "Clayman", "Reroute To Remains" et bientôt "Soundtrack To Your Escape", qu’il accuse tantôt de stagnation musicale tantôt de conversion au Nu Metal, alors qu’il vénère dans un aveuglement attestant d’un certain manque de réflexion une bonne dizaine de disques d’IRON MAIDEN (le même IRON MAIDEN que précédemment), groupe au pouvoir régénérant plus que limité, et qu’il continue à acheter régulièrement les disques de SLAYER, lui aussi séduit par les tendances les plus nouvelles de l’extrémisme musical, conduit à qualifier les goûts de l’énergumène de peu raisonnables.

IN FLAMES n’a jamais été un groupe réellement novateur. Tout juste a-t-il, à ses débuts, suivi la voie tracée par AT THE GATES consistant à adroitement mêler rythmiques Death Metal et mélodies Heavy Metal (fortement inspirées, dans le cas d’IN FLAMES, par IRON MAIDEN, formation dont j’ai déjà évoqué le nom plus haut). IN FLAMES n’a pas non plus connu l’évolution artistique de ses voisins de DARK TRANQUILLITY, au talent certainement plus varié. "Soundtrack To Your Escape" n’apporte rien de neuf à l’édifice du Metal et ne saura donc séduire ceux qui n’ont pas déjà succombé au charme des Suédois, ceux-ci pouvant passer leur chemin.

Mais même les plus réfractaires à cette musique, parfois qualifiée de préfabriquée, doivent se rendre à l’évidence. La fanbase d’une densité étonnante ne demande qu’une chose, quelques titres très accrocheurs ("The Quiet Place" et "Touch Of Red", deuxième single plus que probable), quelques mélodies attirantes disséminées de ci de là, des plans à la guitare stylisés et un fond rythmique un iota plus vitaminé qu’à l’accoutumée et aux influences nombreuses et déjà évoquées.

Je suis de ceux sur qui cette formule n’a plus aucune prise. Trop prévisible, ce disque m’ennuie à tel point que je me demande maintenant l’intérêt de cette chronique. Je ne suis même pas capable de juger de la valeur de l’opus que je trouve d’une facilité et d’une platitude étonnante, ni pire ni meilleur que les précédentes réalisations des «feu au cul». Je regrette toujours la divine époque de "The Jester Race", album à peu près aussi accessible mais plus candide, plus frais, et préfère écouter PASSENGER (très sporadiquement tout de même), projet parallèle dont Anders Friden fait partie et sur lequel il dévoile totalement son penchant pour le Metal américain actuel. "Soundtrack To Your Escape" manque d’âme, de feeling et d’émotion (qu’on ne me parle pas de cet "Evil In The Closet" inutile), et ne me convainc à aucun moment. Je le laisse aux acharnés qui vouent un culte à ce groupe qui ne le mérite pas et qui m’a terriblement déçu au fil des ans. J’aimerai simplement que Pierre en finisse avec ses critiques bas de plafond et que Brandon s’ouvre les esgourdes à des artistes à la démarche plus personnelle et plus profonde.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par POSSOPO :


DARK TRANQUILLITY
The Gallery (1995)
Death melodique

(+ 1 kro-express)



MISANTHROPE
Irrémédiable (2008)
Death melodique


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   JULIEN
   POULPI

 
   (3 chroniques)



- Anders Friden (chant)
- Björn Gelotte (guitare)
- Peter Iwers (basse)
- Jesper Strömblad (guitare)
- Daniel Svensson (batterie)


1. F(r)iend
2. The Quiet Place
3. Dead Alone
4. Touch Of Red
5. Like You Better Dead
6. My Sweet Shadow
7. Evil In A Closet
8. In Search For I
9. Borders And Shading
10. Superhero Of The Computer Rage
11. Dial 595-escape
12. Bottled
13. Discover Me Like Emptiness (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod