Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Majesty, Empire, Mystic Circle
 

 Site Officiel (412)
 Myspace (285)

CREMATORY - Antiserum (2014)
Par JEFF KANJI le 14 Juin 2014          Consultée 2171 fois

Pas pressés par le succès et encore moins confinés au rendement, les Allemands de CREMATORY sont de ces parrains du Metal Gothique qui ne déçoivent quasi jamais ! Et pourtant on y trouve de tout dans le Gothique : des remakes de « La Belle Et La Bête » génériques et engoncés dans un romantisme XIXème ou un vampirisme forcené, voire, c’est le cas de la scène allemande en particulier, une recherche permanente de l’esprit SISTERS OF MERCY en noir et blanc caractérisé, et comme la scène anglaise, par un profond ancrage dans la Cold Wave et les années 80.

CREMATORY ne refuse pas la couleur bien au contraire et "Antiserum" dispose même d’un artwork éclatant de classe où la lumière rentre par tous les pores. Déjà quatre années depuis l’excellent "Infinity" et CREMATORY ne veut sans doute pas bouleverser une recette magique alliant vocaux gutturaux régulièrement éclairés par un chant clair plutôt Pop, claviers à la fois atmosphériques et ambiants, teintés d’électronique tels qu’adorerait le produire TEARS FOR FEARS, avec section Metal costaude mais pas agressive. Cette recette, récompensée par le chef d’œuvre "Revolution" a toutefois été orientée vers une approche moins extensive et osée des claviers, que ce soit sur "Pray" ou son successeur.

"Antiserum" voit le retour en force de la facette électro du groupe. On entend çà et là que CREMATORY sort une suite logique de "Revolution" et je ne peux pas vraiment dire le contraire car en plus les compos sont d’un excellent niveau et on retrouve des échos de "Greed" ou encore de "Tick Tack" dans les compositions de "Antiserum" ; "Until The End", "Kommt Näher" sont de bons exemples, qui proposent toutefois des mélodies bien distinctes et catchy pour le coup, un comble quand on sait que le chant guttural prédomine.
Avec "Shadowmaker", on tient un single parfaitement représentatif de cet album qui pousse la conception sonore de "Revolution" plus avant.

En effet, plutôt que de reproduire un schéma, CREMATORY s’est rapproché d’un maître de l’EBM pour façonner le son de ce millésime 2014. EBM pour Electronic Body Music. Ce sous-genre de la musique Industrielle, qu’on peut rapprocher de la scène New Wave à laquelle elle est un peu apparentée. Si vous en avez la curiosité, je vous encourage vivement à découvrir FRONT 242, qui a inventé le terme aujourd’hui abrégé en EBM. La collaboration avec Elmar Schmidt de CENTHRON fut pour le moins mouvementée au départ, les paysages sonores structurés par le Hambourgeois s’accommodant mal de morceaux Metal tels que CREMATORY les concevaient.

Au final le travail a payé à l’écoute de cet opus, habité d’une veine plus industrielle présente à dose variable. Ainsi on retrouve des morceaux dans la veine du précédent opus, comme "Until The End" ou "If You Believe", et des titres où les éléments EBM sont plus mis en avant pour un résultat probant, "Shadowmaker", "Inside Your Eyes" ou encore "Virus" montrant même une forme d’accomplissement, surtout sur "Shadowmaker", indubitablement LE tube de cet album avec son riff de clavier entêtant et son riff costaud, que la production met une nouvelle fois bien en valeur. On peut féliciter CREMATORY qui à chaque nouvelle sortie, soigne sa production, la gardant aérée avec autant de place pour les guitares de Matthias Hechler que pour la jeune mariée Katrin Jüllich. La batterie, tantôt acoustique, tantôt électronique mais souvent les deux, subit elle aussi le traitement sonore de cet album.

Pas fondamentalement éloigné de ces prédécesseurs, "Antiserum" ne sonne pas pour autant comme une redite de "Infinity". S’il y a bien redite c’est au niveau de la qualité, CREMATORY nous ayant une nouvelle fois gâtés avec un opus de qualité qui fait progresser sa formule avec élégance et délivrant de nouvelles compositions efficaces et dont on ne se lasse pas facilement… Et cela même si les vocaux caverneux de Felix Stass ont autant de verve en langue de Goethe que de Shakespeare, les deux se mélangeant souvent au sein d’un même morceau, les titres allemands réussissant à se faire aussi catchy que ceux en anglais, j’en veux pour preuve les titres les plus emblématiques du disque : "Shadowmaker" et "Kommt Näher".

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


MOONSPELL
Sin/pecado (1997)
Metal gothique




MY DYING BRIDE
The Angel And The Dark River (1995)
Metal gothique

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Felix Stass (guitare)
- Matthias Hechler (guitare, chant)
- Harald Heine (basse)
- Markus Jüllich (batterie, programmation)
- Katrin Jüllich (claviers)


1. Apocalyptic Vision
2. Until The End
3. Shadowmaker
4. If You Believe
5. Inside Your Eyes
6. Kommt Näher
7. Irony Of Fate
8. Virus
9. Back From The Dead
10. Welcome
11. Antiserum



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod