Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Symphony X
- Membre : Empyrios, Lalu
- Style + Membre : Noveria, Astra, Lione / Conti
 

 Site Officiel (519)
 Myspace (315)
 Chaîne Youtube (296)

DGM - Hidden Place (2003)
Par JEFF KANJI le 25 Octobre 2013          Consultée 1731 fois

Et on enchaîne ! "Dreamland" était une excellente surprise révélant le potentiel du groupe avec un nouveau chanteur qui tirait enfin la musique de DGM vers le haut. Toutefois on pouvait regretter que la formation transalpine se complaise dans ce rôle d’ersatz de MALMSTEEN ou de SYMPHONY X (le second restant un élève doué du premier). La production, qui mettait particulièrement en valeur le grain de la stratocaster de Diego Reali contribuait à mettre l’accent sur ce point.

Deux ans plus tard, le temps de l’affirmation stylistique est venu ! Le line-up a une nouvelle fois évolué ; Diego Reali demeure le seul membre fondateur et Fabio Constantino apparaît déjà comme un ancêtre. Titta Tani est lui aussi fidèle au poste et les nouvelles recrues ne plaisantent pas : Andrea Arcangeli (toujours présent aujourd’hui) reprend le poste de bassiste laissé vacant par Marco Marchiori au moment de la tournée de "Dreamland" et Fabio Sanges va considérablement développer l’aspect progressif de la musique de DGM.

L’ensemble se fait plus Progressif et plus Heavy également ; moins de légèreté dans les arrangements. Et les trouvailles sonores de Fabio Sanges apportent énormément de pêche ("Save Me", "Heaven") et la variété des sonorités complètent à merveille le travail de Diego Reali qui du coup en met un peu moins partout et favorise les rythmiques solides sur lesquelles il n’oublie pas de caler de très bons soli qui ont la qualité de ne pas s’éterniser et de contribuer à la progression du tout, le meilleur exemple étant sûrement "Winter Breeze". Fabio Sanges a transcendé sa condition de claviériste et d’ambianceur sonore : ce poste est devenu essentiel à DGM et les soli de clavier se font plus réguliers mais là aussi jamais envahissants. L’arrivée d’un bassiste « de métier » a aussi des répercussions non-négligeables sur le son de DGM, l’ensemble se fait plus lourd et il ne manque pas de discrètement optimiser chaque partie, le bougre alternant régulièrement lignes rythmiques, harmonisations et contrechants mélodiques. Le groovy "Storm #351" constitue un bon aperçu ou encore le final de "Alone".

Et Titta Tani se révèle encore plus confiant que sur son premier opus en compagnie de Diego & cie : son interprétation et la puissance de son organe sont parfaitement mises en valeur ("Invisible Rain" constitue en cela une vraie leçon de feeling et de technique vocale). Il tire les compositions, déjà d’excellente facture, vers le haut même si on peut regretter parfois quelques approximations niveau justesse ("A Day Without The Sun", "Heaven", sur les chœurs surtout). Cet écueil reste toutefois mineur et on sera surpris de la versatilité du vocaliste qui parfois muscle son propos à la limite du Death ("Winter Breeze") ; outre ses aptitudes et son passé dans diverses formations Heavy Prog, Titta Tani est à l’époque batteur dans NECROPHAGIA (avec qui il restera jusqu’en 2010) !

DGM affirme au grand jour ce que l’on pouvait déjà déceler sur "Dreamland" : les Italiens ont de bonnes idées et un certain sens de la composition. "Hidden Place" sonne un peu comme une consécration du coup ! Et si beaucoup considèrent "Dreamland" comme la pierre angulaire du groupe, "Hidden Place" est l’album déterminant pour la suite de la carrière de DGM. On peut maintenant clairement identifier une « patte » DGM dans l’équilibre des structures ou des arrangements qui rendent les compositions jamais fastidieuses, le plus bel exemple étant la pièce-titre qui malgré une structure pas évidente parvient à tenir en haleine tout au long de ses 7 minutes 49. Les compositions, si elles se font maintenant clairement Prog, n’oublient jamais de rester catchy, et les refrains mémorisables sont ici nombreux ("Hidden Place", "Age Of The Flame") en développant un feeling plus Rock que Speed mélodique, ce qui contribue à démarquer les Italiens de leur cousin SYMPHONY X et lui permettra bientôt de survivre au déclin du True Metal.

En 2003, nous assistons à l’affirmation d’un nouveau protagoniste de qualité dans le giron Heavy Prog, qui ne décevra pas par la suite malgré les remous qui agiteront encore pour quelques temps la formation romaine. L’album idéal pour découvrir DGM d’autant plus que le groupe nous gratifie d’une reprise live (disponible sur l’édition japonaise) de "Waitin’ For The Sunrise", l’un des tous meilleurs titres de "Wings Of Time" dont le riff introductif suivi par la basse ou encore l’interprétation vocale de Titta Tani (désolé Luciano mais y’a pas photo) se voient magnifiés par les aptitudes du line-up actuel.

Favoris : "Hidden Place", "Storm #351", "Winter Breeze"

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


TRIOSPHERE
Onwards (2006)
Le trio venu du froid




VANDEN PLAS
Far Off Grace (1999)
La passe de trois, second chef d'œuvre d'affilée


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fabio Constantino (batterie)
- Andrea Arcangeli (basse)
- Diego Reali (guitare)
- Titta Tani (chant)
- Fabio Sanges (claviers)


1. A Day Without The Sun
2. Save Me
3. Hidden Place
4. Invisible Rain
5. Storm #351
6. Heaven
7. Alone
8. Blind!
9. Age Of The Flame
10. Winter Breeze
- bonus Track Japonaise
11. Waitin’ For The Sunrise (live)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod