Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Symphony X
- Membre : Empyrios, Lalu
- Style + Membre : Noveria, Astra, Lione / Conti
 

 Site Officiel (505)
 Myspace (297)
 Chaîne Youtube (282)

DGM - Passing Stages - Live In Milan And Atlanta (2017)
Par JEFF KANJI le 2 Février 2018          Consultée 573 fois

DGM a véritablement connu deux vies. Le line-up solide d'aujourd'hui a en réalité une carrière plutôt courte, depuis l'album "FrAme" en fait (2009), après un album de transition ("Different Shapes") qui préparait le Power Prog à gros son que pratique la formation italienne actuellement.

"Synthesis" avait pour but de mettre en exergue cette nouvelle version de DGM avec quelques nouveaux titres, quelques réenregistrements et déjà un petit Live en vidéo enregistré à la maison, à Rome, pour célébrer la tournée "FrAme" qui marquait les débuts de Mark Basile au chant. Mais un véritable Live, bien cossu, DGM n'en avait jamais proposé depuis ses débuts. Alors, suite à "The Passage" qui continuait à maintenir un niveau sensiblement égal à "Momentum", il a été décidé que cette tournée serait l'occasion de sortir enfin un enregistrement digne de ce nom.

En fait, DGM a opté pour une approche un peu plus originale en commentant non pas une, mais deux tournées d'un coup. En effet, le premier disque, enregistré à Milan devant un public conquis et bruyant (on connaît l'enthousiasme des fans italiens, surtout devant un enfant du pays) se concentre sur la tournée de "The Passage" en reprenant la plus grande partie du disque, la setlist panachant avec "Reason" et "Hereafter", deux hits issus des deux albums précédents. La qualité d'exécution est effarante, et les arrangements conservent la densité du studio. Mark Basile est un frontman tout simplement remarquable, impeccable vocalement et il fait participer ardemment le public, le mettant dans sa poche sans peiner. On a l'occasion de se rendre compte que Simone Mularoni est un bon chanteur lui aussi, bien encouragé alors qu'il se glisse dans les bottes de Tom Englund sur "Ghosts Of Insanity".

Mark Basile est tout aussi à l'aise devant le public américain du deuxième cd qui, lui, présente un concert de la tournée précédente, celle de "Monumentum". Plusieurs avantages à cela ; le ressenti est très différent, avec un public ricain beaucoup plus sage, mais que le chanteur parvient à se mettre dans la poche sans problème avec presqu'autant de facilité qu'à Milan. Autre intérêt : DGM défend ardemment ses disques sur scène (quand je les avais vus en 2013, ils jouaient essentiellement des titres de "FrAme") et donc le tracklisting est totalement différent, seul "Reason" fait doublon.

Du coup on se retrouve avec un double disque bien rempli, proposant des instantanés des quatre dernières années de la formation, mais pas un best of non plus, car même le second disque ne s'aventure que très peu dans le passé… Et c'est presque dommage encore une fois. Il semblerait qu'il ne faille pas compter sur le groupe pour explorer le long est pourtant glorieux passé de la formation romaine. Comme je le disais il y a eu deux DGM ; celui des origines, qui s'est progressivement délité jusqu'au départ de son dernier fondateur Diego Reali (qui a depuis fondé HEVIDENCE avec un succès des plus modestes), et il y a depuis 2007 celui plus moderne, porté par les compositions du duo Mularoni/Casali qui rencontre un succès à peine plus large, mais qui propose des albums de très belle facture, bien que l'influence de SYMPHONY X s'y glisse encore parfois.

DGM tel qu'il est naît entre 2007-2009 et la formation fait absolument tout pour que ce soit cela qui reste. On ne peut pas lui reprocher de profiter du nom du groupe car il a accepté de faire une carrière différente. En cela ce "Passing Stages – Live In Milan And Atlanta" est un premier témoignage live d'envergure pour cette jeune formation qui fête ses dix ans de carrière. Je pense qu'on peut décemment s'asseoir sur l'éventualité d'un Live qui revisiterait "Dreamland", "Hidden Place", ou le majestueux "Misplaced".

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


ROYAL HUNT
The Mission (2001)
Is there life on Mars?




DGM
Misplaced (2004)
Tout schuss !!


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Emanuele Casali (claviers)
- Simone Mularoni (guitare, chœurs, chant sur cd19-)
- Andrea Arcangeli (basse)
- Fabio Constantino (batterie)
- Mark Basile (chant)


- live In Milan
1. The Secret, Pt. 1
2. The Secret, Pt. 2
3. Animal
4. The Passage
5. Reason
6. Daydreamer
7. Disguise
8. Fallen
9. Ghosts Of Insanity
10. Hereafter

- live In Atlanta
1. Void
2. Reason
3. No Looking Back
4. Universe
5. Numb
6. In A Movie
7. Repay
8. Heartache
9. Enhancement
10. Chaos
11. Trust
12. Brand New Blood



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod