Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Symphony X
- Membre : Empyrios, Lalu
- Style + Membre : Noveria, Astra, Lione / Conti
 

 Site Officiel (471)
 Myspace (285)
 Chaîne Youtube (272)

DGM - Change Direction (1997)
Par JEFF KANJI le 3 Octobre 2013          Consultée 1282 fois

Alors que l’Europe prend goût au Heavy Speed, chaque pays révèle ses poulains et les labels comme Limb Music, Scarlet Records, AFM ou encore Spinefarm sont en pleine ascension. RHAPSODY vient de scorer méchant avec "Legendary Tales" et le public Metal découvre par la même l’existence d’une scène italienne. Cette dernière va s’avérer très productive, avec son lot de déchets et d’albums pourris mais aussi de petits trésors (les premiers SECRET SPHERE par exemple ou encore les deux parties des "Divine Gates Of Hell" de SKYLARK) et servira de terreau à l’éclosion d’autres formations talentueuses comme LABYRINTH, VISION DIVINE… et DGM !

D G M ! Derrière ce nom qui pourra vaguement rappeler MSG se cache la première lettre des prénoms des trois fondateurs du groupe, Diego Reali, Gianfranco Tassella et Maurizio Pariotti. DGM pratique sa propre version du Heavy Speed. Mais il fait déjà un peu partie des suiveurs de la première heure ; l’aura de SYMPHONY X est ici plus que perceptible et on a connu des groupes influencés par les Américains qui digèrent mieux cette inspiration (MYRATH au hasard). Cela a contribué à la classification prématurée de DGM dans le giron Heavy Progressif, ce qui sans être tout à fait inexact s'avère contreproductif. Car la bande explorera sa facette Prog de bien meilleure façon. On a sur ce premier opus – "Change Direction" - des tentatives plutôt malhabiles qui donnent une impression de compilation de plans les uns à la suite des autres comme sur "Anthem" où le chant semble ne jamais réussir à se mettre en place. On a même envie de lui demander de se la fermer à plusieurs moments ("Lonely Nights" qu’il défigure) ou "Anthem" (encore) où ses espèces de passages narratifs mi-chantés, mi-racontés posent la question suivante : « Mais qu’est-ce que tu fais là au juste ? ». Il est évident que Luciano Regoli, s’il n’a pas une voix pourrie, démontre de sacrées limites en matière d’interprétation.

Si le groupe s’avère tout à fait capable de concocter des petites pièces de Heavy de belle facture ("Brainstorming", "Do What You Want") agrémentées de beaux arrangements de clavier, il est encore débutant et souffre de son inexpérience. DGM a des idées plein la tête, comme cette rupture acoustique sur "In My Heart" qui apporte une respiration originale bien qu’un peu maladroite tant l’ensemble du passage central dénote avec le reste du morceau, bien accrocheur au demeurant. Il en est de même sur "The Last Memory" au final pour le moins séduisant bien que classique. Et comment ne pas penser à Castlevania ou encore à Yngwie MALMSTEEN avec ce clavier volubile d’inspiration baroque ? D’ailleurs, le guitariste Diego Reali ne peut renier ses influences : le son de stratocaster caractéristique associé à un jeu rapide, fluide et prompt à la descente de gamme rappellera immanquablement le maître suédois. Diego Reali va jusqu’à s’octroyer un instrumental de très belle facture qui est tout simplement l'un des meilleurs morceaux de la galette ("Flyin’ Fantasy"). Fort heureusement les comparaisons s’arrêtent là et le talent de songwriter mérite encore un peu de boulot. On ressent clairement que certaines parties sont bricolées pour permettre à deux plans de s’enchaîner (flagrant sur "Lonely Nights" à 4:00).

DGM apprend, triture, essaie de faire germer ses idées et il manque pour cela d’expérience. "Change Direction" est un honnête premier disque, qui ne soulève pas spécialement les foules même si on perçoit de l’inventivité très souvent malgré une influence de SYMPHONY X bien trop évidente, et qu’on dénombre quelques bons morceaux ("Brainstorming", "In My Heart", "Flyin’ Fantasy"), le reste étant gâché par des approximations d’écriture et un chanteur qui la ramène régulièrement et pas toujours à bon escient. Pas mauvais, anecdotique plutôt.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANDEN PLAS
The God Thing (1997)
De l’art d’entrer au panthéon par la grande porte




MUTINY WITHIN
Origins (2017)
La classe du premier et l'agressivité du second


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Diego Reali (guitare)
- Gianfranco Tassella (batterie)
- Luciano Regoli (chant, chœurs)
- Maurizio Pariotti (claviers, chœurs)
- Marco Marchiori (basse, chœurs)


1. Brainstorming
2. In My Heart
3. The Last Memory
4. Lonely Nights
5. Anthem
6. Do What You Want!
7. Change Direction
8. Flyin’ Fantasy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod