Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lonewolf, Soulhealer, Cannon, Scanner, Running Wild, Rage, Persuader, Paragon, Helloween, Blind Guardian
- Membre : Savage Circus, Gamma Ray
- Style + Membre : Stormwarrior
 

 Site Officiel (354)
 Myspace (245)

IRON SAVIOR - Condition Red (2002)
Par BAST le 1er Décembre 2002          Consultée 6100 fois

La carrière d’Iron Savior a débuté comme un quiproquo. Tout de suite estampillé « Kai Hansen », le premier album du groupe est apparu aux yeux de la presse et des fans comme le projet solo du leader de Gamma Ray. Non, Iron Savior n’est pas le projet solo de Kai Hansen mais un vrai groupe avec un seul leader, son fondateur et principal compositeur, Piet Sielk. Ce dernier, chanteur et guitariste du groupe, a eu beau faire des pieds et des mains pour rétablir la vérité, le malentendu a perduré jusqu’à Dark Assault, l’avant-dernier opus du groupe. Trop lourde de sens, la présence d’Hansen au sein du groupe a donc été stoppée net, peu de temps avant la sortie de Condition Red. Et c’est l’amitié entre Piet et Kai (qui remonte avant même la création d’Helloween, groupe dans lequel Piet a failli jouer) qui se retrouve préservée tant Piet Sielk souffrait d’avoir dans ses rangs un membre si notoire que la paternité du groupe avait été jusqu’à lui être attribuée.

Fort d’une crédibilité renforcée, mais fatalement amoindri par une certaine baisse d’intérêt à son égard, Iron Savior revient donc sur le devant de la scène avec son tout nouvel album, Condition Red. Piet Sielk a toujours composé la très grande majorité des titres d’Iron Savior, le changement « médiatisé » de line-up n’affecte donc en rien la musique du groupe. Les fans ne seront pas dépaysés et les autres feront toujours la fine bouche face à ce groupe qui a fait de l’expression « sans compromis » son leitmotiv.

On peut pourtant noter une réelle progression depuis son avant-dernier album, Dark Assault. J’avais toujours considéré Iron Savior comme un groupe pour lequel le sens de la mélodie passait au second plan face au côté « plus heavy que nous, tu meurs ». Le tir avait été quelque peu corrigé avec Dark Assault et c’est enfin au bout du quatrième album que Piet Sielk parvient à allier ce côté heavy qui lui est cher à une musicalité des plus intéressante. Un mariage semé d’embûches mais qui a su accoucher du meilleur album d’Iron Savior (1).

L’album commence très fort avec "Titans Of Our Time", un titre tout en puissance, plutôt Judas dans les riffs. Il s’agit là d’un morceau speed et épique, très heavy, avec un refrain entraînant renforcé de chœurs graves et agrémenté de guitares typiquement « Helloweeniennes ». La suite, c’est avant tout des morceaux au rythme effréné avec ça et là quelques titres au tempo plus modéré. La force de cet album réside surtout dans les mélodies, parfaitement déclinées tout au long des douze titres que compte l’album (plus une reprise), les refrains facilement mémorisables et la grande variété des chœurs (un peu comme pour Blind Guardian, avec cependant moins d’harmonies). "Ironbound" en est l’un des exemples les plus probants et il est difficile de résister à un tel titre, superbement épique. On retiendra aussi "Warrior", qui porte judicieusement son nom tant on est proche avec ce titre des compositions de Manowar, "Mindfeeder" aux vocaux plus agressifs et qui contrastent avec un refrain assez doux, "Walls Of Fire" ou encore "No Heroes". A noter une reprise de Seal, "Crazy". Une curiosité qui pourra en intéresser ou amuser quelques uns.

Piet Sielk n’est pas seulement un guitariste/chanteur accompli, il est aussi un producteur renommé (Heavenly…). Et c’est donc lui-même qui, comme à son habitude, a produit ce nouvel album d’Iron Savior. Il n’a pas lésiné sur les moyens et s’est concocté une production digne des plus grands. C’est d’ailleurs une constante chez Iron Savior, cette production massive qui renforce le côté heavy, si cher aux allemands. Une rythmique explosive, mais aussi un très bon travail sur les chœurs et les harmonies vocales parachèvent donc cet album.

On ne criera pas au génie, loin de là, mais force est d’avouer que pour mijoter des titres de heavy speed comme les allemands aiment et savent le faire, Iron Savior ne se pose plus en outsider mais vient jouer des coudes parmi les meilleurs groupes de la scène teutonne. Un très bon album, œuvre d’un homme intègre qui a toujours joué la musique qu’il aime et a su, par ses talents de producteur, la peaufiner jusque dans ses moindres détails. Un travail très soigné sur tous les plans, des compositions au packaging (édition limitée) en passant par la production, fait de ce Condition Red une très bonne surprise et d’Iron Savior une valeur sûre de la scène heavy allemande. Il était temps !


(1) Expression galvaudée et plus souvent usitée par une certaine frange de chroniqueurs qui, après avoir royalement dédaigné un groupe, se mettent à lui consacrer une chronique, poussés par le succès de ce groupe. Exemple : Olivier Rouhet qui, tandis qu’il faisait partie de Hard Rock, parlait de Dawn Of Victory comme du meilleur album de Rhapsody…

A lire aussi en POWER METAL par BAST :


DIONYSUS
Sign Of Truth (2002)
Power metal




ULTIMATIUM
New Dawn (2004)
L'une des révélations Speed Mélodique de 2004


Marquez et partagez



Par FREDOUILLE




 
   BAST

 
  N/A



- Piet Sielck (chant, guitare)
- Joachim "piesel" Kustner (guitare)
- Jan Eckert (basse)
- Andreas Kuck (claviers)
- Thomas Nack (batterie)


1. Titans Of Our Time
2. Protector
3. Ironbound
4. Condition Red
5. Warrior
6. Mindfeeder
7. Walls Of Fire
8. Tales Of The Bold
9. I Will Be There (bonus Track)
10. No Heroes
11. Paradise
12. Thunderbird
13. Crazy (seal Cover)(bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod