Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (2 / 2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Thin Lizzy
1972 Shades Of A Blue Orph...
1973 Vagabonds Of The West...
1974 Nightlife
1975 Fighting
1976 Jailbreak
  Johnny The Fox
1977 Bad Reputation
1978 Live And Dangerous
1979 Black Rose : A Rock L...
1980 Chinatown
1981 Renegade
1983 Thunder And Lightning
  Life
 

- Style : Wytch Hazel, Crash Kelly, Horisont, Wishbone Ash
- Membre : Bbm, Tygers Of Pan Tang, Wami, G-force, Dare
- Style + Membre : Black Star Riders, Phil Lynott , Wild Horses [uk], Msg, Gary Moore

THIN LIZZY - Nightlife (1974)
Par DARK BEAGLE le 12 Septembre 2018          Consultée 697 fois

Le départ de Gary Moore aurait pu porter un coup de grâce à THIN LIZZY. De toute façon, ça se finit souvent en queue de poisson avec l’ombrageux guitariste, sa carrière le démontrera à plusieurs reprises (qui a parlé de G-FORCE ?). Cependant, ce n’était pas du goût de Brian Downey qui a manqué claquer la porte, Phil Lynott parvenant à le convaincre de rester. Parce que le bassiste métis avait une idée derrière la tête. Puisqu’un guitariste, ce n’est pas fiable, il va en prendre deux. Le premier duo, John Cann et Andy Gee ne fera pas long feu. Problème de feeling. En revanche, avec le californien Scott Gorham, il va trouver un musicien sur lequel il va pouvoir s’appuyer, ce dernier lui restera fidèle jusqu’à la fin de THIN LIZZY et lui rend toujours hommage aujourd’hui. Le second sera le jeune écossais Brian « Robbo » Robertson, alors âgé de dix-huit ans, mais écœurant de talent.

"Nightlife" sort en 1974 et sa production est une véritable déception. Ron Nevison n’a pas su capter l’essence de THIN LIZZY en studio et le son est ridicule, ce qui dessert complètement l’album qui possède une pochette superbe, toujours dans un esprit très comics, toujours conçue par Jim Fitzpatrick. Les couvertures de Black Panther chez Marvel n’étaient pas aussi bien foutues. Et surtout, "Nightlife" n’est pas facile à appréhender, ce qui est un problème récurrent avec le groupe. Il faut faire preuve d’éclectisme pour appréhender cet opus. C’est simple, on a l’impression d’entrer dans le monde de QUEEN, mais sans le côté baroque. Seulement, chez la bande de Freddie Mercury, ils étaient quatre à composer, ce qui explique sans mal cette disparité artistique qui faisait la richesse de cette institution britannique. Chez THIN LIZZY, c’est principalement l’œuvre d’un seul et même homme : Phil Lynott. Et ses goûts sont très très vastes.

"Nightlife" est peut-être l’un des disques parmi les moins Heavy du groupe, mais certainement l’un des plus diversifiés, comme si Lynott voulait brasser un maximum de styles différents afin de toucher un maximum de personnes (manqué, le disque fera encore un bide). Il serait certainement plus juste de penser que le musicien obéissait à son inspiration et à sa sensibilité et qu’il se moquait complètement de catégoriser ses chansons. C’est ainsi que nous vivons une séance de montagnes russes musicales, franchement bien foutues, mais qui ne parlera pas forcément tout le temps au public cible, ceux qui aiment le Rock.

En effet, il y a pas mal de ballades sur cet album, ainsi que des morceaux teintés de Soul, aussi bien dans la voix splendide de Lynott qu’à travers la musique. "Showdown" est à ce titre assez éblouissant, avec son refrain qui fonctionne très bien. On trouve également des touches Folk parfaitement intégrées, comme "Philomena", qui évoque la mère du bassiste, avec des paroles très touchantes (la jeunesse de Lynott a été compliquée, mais il voue à sa mère un amour fort, magnifique). Puis il y a la facette la plus Hard, représentée par le trépidant "Sha-La-La", mis en valeur par le jeu puissant de Brian Downey, absolument remarquable. Et il y a la ballade "Still In Love With You", Bluesy au possible, où l’on sent la touche de Gary Moore dans la mélodie, imparable.

Après, quelle note donner à ce disque ? C’est compliqué. L’album est bon, mais il est vraiment difficile à appréhender et finalement, les versions que l’on retrouve sur le "Live And Dangerous" surpassent les versions présentes ici, plombées par la production qui ne parvient pas à mettre les morceaux en valeur. De ce fait, le quatre semble un brin excessif, le 3 un peu mesquin, le 3,5 serait la note la plus juste, mais je me sens d’humeur mesquine aujourd’hui, alors…

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


ZZ TOP
Tres Hombres (1973)
Virée au bordel




KIX
Kix (1981)
KIX out the jams ! Ok, je sors...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Brian Downey (batterie, percussions)
- Scott Gorham (guitare)
- Phil Lynott (basse, chant, guitare)
- Brian Robertson (guitare, backing vocals)
- Frankie Miller (chant sur "still in love with you")
- Gary Moore (lead guitare sur "still in love with you")


1. She Knows
2. Night Life
3. It's Only Money
4. Still In Love With You
5. Frankie Carroll
6. Showdown
7. Banshee
8. Philomena
9. Sha La La
10. Dear Heart



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod