Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PAÏEN  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Enslaved, Ereb Altor, Darkest Era
- Membre : Dread Sovereign

PRIMORDIAL - Where Greater Men Have Fallen (2014)
Par WëN le 24 Mars 2017          Consultée 509 fois

Durant les trois années qui séparent "Redemption At The Puritan’s Hand" et ce "Where Greater Men Have Fallen", PRIMORDIAL, le plus Doom des groupes de Black Metal, ou plutôt ses membres, n’ont pas chômé. Entre les dates de rigueur mais surtout les parenthèses DREAD SOVEREIGN (Doom-metal, avec A.A. Nemtheanga et Simon O'Laoghaire), TWILIGHT OF THE GODS (Heavy-Metal/Tribute à BATHORY avec Nemtheanga, décidément) et leur participation à la compilation "One And All, Together, For Home" de chez Season Of Mist (*), il était peu surprenant que la bande de Dublin sente le besoin de se ressourcer à minima avant de venir remettre le feu à nos chaumières.

Dès l’entame de ce "Where Greater Men Have Fallen", peu de doute sont permis, PRIMORDIAL reste le même, s’ancrant sur les bases solides de ses derniers méfaits pour introduire son nouveau LP. Via le titre éponyme d’ouverture, classique en devenir puissant et fédérateur, enchaîné par un "Babel’s Tower" plus sombre et un "Come The Flood" tout aussi cinglant, on pensait les Dublinois partis pour nous asséner une nouvelle rincée au gros sel marin. Hélas, c’était sans compter la fatigue. Oui, car malgré ce début d’album tonitruant et quelques autres faits d’armes disséminés ça et là ("Ghosts Of The Charnel House", "Wield Lightning To Split The Sun"), pour la première fois de ses vingt années d’existence, non seulement PRIMORDIAL stagne, mais en plus, se montre presque (je dis bien presque) décevant à cause d’un panache en berne.

A son habitude, le duo MacUiliam/O'Floinn (guitares) s’occupe de la majeure partie des compositions (le second ne signant là que le morceau d’introduction, mais quel morceau), revenant même plus d’une fois à des sonorités davantage Black-Metal ("The Seed Of Tyrants", "The Alchemist’s Head"), pourvoyant une aura plus noire à l’opus. Des teintes de riffs dont l’on croyait les dernières réminiscences à jamais éteintes avec la conclusion de "Storm Before Calm" (2002). Ces dernières années, à chaque tentative à laquelle se hasardait PRIMORDIAL pour y revenir, le rendu se voulait souvent laborieux, au mieux pas très heureux. Mais à part sur "The Alchemist’s Head" où elles s’avéreront pénibles à en mourir, là n’est pas réellement le problème.

Non, ceux qui font défaut à ce disque, ce sont nos deux boulimiques de travail que sont Nemtheanga (chant) et O'Laoghaire (batterie). Eux qui, justement, magnifiaient l’opus précédent en gravant les karstiques falaises irlandaises de leur empreinte si personnelle, ne se dévoilent pas là sous leur meilleur jour. Quid de ces percussions tribales pleines de superbe, trop rares ici ("Ghosts Of The Charnel House", "Wield Lightning To Split The Sun")? Quid de ce chant tragiquement déclamé, déchirant et pourtant si vindicatif, passés les premiers morceaux (et le dernier) ? A trop s’éparpiller dans leur projets parallèles, les deux compères se montrent éreintés. Bien sûr qu’il s’agit avant tout d’une formulation, sachons rester objectifs et tenons-nous en à un courtois "moins étincelants". La production boueuse, mais pourtant adaptée, rend également le tout un peu plus terne, laissant la cinglante tempête habituelle faire place à une fine bruine toute maussade, celle-là même qui, s’immisçant dans les coutures de l’uniforme, vous glace jusqu’aux os, vous privant de tout réconfort. Il faudra patienter jusqu'au "Wield Lightning To Split The Sun" de clôture auquel échoit le lourd rôle de fermer ce recueil sur une note positive, pour se dire que les Irlandais ont su faire mieux par le passé.

"Where Greater Men Have Fallen" n’est en aucun cas un disque dramatique, loin de là, mais force est de constater qu’on attendait PRIMORDIAL à un tout autre niveau, les titres s’enchaînant mais ne parvenant pas ici, à de rares exceptions près, à marquer avec autant de facilité qu’auparavant. Un jour sans, personne n’est à l’abri. Reste à espérer qu’il ne s’agisse que d’un coup dans l’eau passager et qu’à défaut d’être tombés, nos Dublinois n’ont que seulement trébuché.

(*) Compilation 2xCDs où les groupes présents (DRUDKH, WINTERFILLETH, KAMPFAR, HIMINBJORG, AVA INFERI et d’autres) revisitent les standards de leur patrimoine dans des versions Folk/Metal souvent épurées. PRIMORDIAL (ou plutôt Nemtheanga, puis O'Laoghaire/MacUiliam, encore eux) y place deux morceaux, dans un trip respectivement ambiant puis folk.

A lire aussi en BLACK METAL par WëN :


EMPEROR
Live At Wacken Open Air 2006 - A Night Of Emperial Wrath (2009)
Impérial !




PRIMORDIAL
Exile Amongst The Ruins (2018)
Innocent exile


Marquez et partagez







 
   DOLORÈS

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- C. Macuilliam (guitare)
- Aa. Nemtheanga (chant)
- M. O Floinn (guitare)
- P. Macamhlaigh (basse)
- S. O Laoghaire (batterie)


1. Where Greater Men Have Fallen
2. Babel's Tower
3. Come The Flood
4. The Seed Of Tyrants
5. Ghosts Of The Charnel House
6. The Alchemist's Head
7. Born To Night
8. Wield Lightning To Split The Sun



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod