Recherche avancée       Liste groupes


Auteur
 

Groupe
    

Classement équipe
  
Référendums
  


MEFISTO - 2015
Consulté 1623 fois
DER WEG EINER FREIHEIT - Stellar

#10

DER WEG EINER FREIHEIT a frappé rapidement l'univers métallique avec son album éponyme et il confirme sur "Stellar" qu'il est parti pour la gloire. Une tête de pipe au-devant de la concurrence. À se farcir sans ménagement, une excellente porte d'entrée dans le Black pour les nombrils verts et une valeur sûre pour les anciens.

WILDERUN - Sleep At The Edge Of The Earth

#9

Je ne sais trop où se positionne WILDERUN sur l'échiquier du Metal Folk ou du Metal Prog; disons qu'il les enjambe en lançant des défis de taille à la concurrence. Donneur de leçons, créateur imaginatif et future vedette de la sphère métallique, WILDERUN a pigé tous les jokers du jeu. Et il sait comment les utiliser, tel un maestro qu'on serait prêt à suivre jusqu'au bord de la Terre pour narrer les vénustés de ce monde.

A FOREST OF STARS - Beware The Sword You Cannot See

#8

Un chouia moins spectaculaire pour mon goût que "A Shadowplay For Yesterday", mais une autre satanée réussite pour les Anglais les plus originaux de la planète Metal. Un objet à vous procurer, comme les trois albums précédents !

DESOLATE SHRINE - The Heart Of The Netherworld

#7

Ce que DESOLATE SHRINE accomplit, avec son troisième album, est de synthétiser l'état des choses sur notre Planète Bleue, tout en nous attirant vers le côté sombre de nos pensées. "The Heart Of The Netherworld" est ainsi une communion entre notre âme torturée par les extrêmes dont nous sommes témoins quotidiennement et la complexité de notre environnement dépeinte en notes et en turbulences apocalyptiques.

ENSLAVED - In Times

#6

"In Times" est un excellent disque, ne vous méprenez pas. Jamais sans doute ENSLAVED aura-t-il été plus accessible, comme s'il s'assagissait et ouvrait son univers au plus offrant. Les compos sont si bien ficelées, parfaites, accrocheuses et rêveuses, que c'en est un peu frustrant. Signe d'un groupe majeur, certes, mais pour les fans cérébraux se situant au-delà du coup de cœur automatique, c'est presque trop.

KEEP OF KALESSIN - Epistemology

#5

"Epistemology" est l'album le plus réussi des Norvégiens pour moi, car il témoigne des efforts passés du groupe et ouvre la voie à un futur glorieux. Depuis "Armada", KOK n'a offert que des gemmes au monde entier et semble incapable de se fourvoyer. Obsidian Claw est tout simplement trop fort pour nous laisser tomber, en vrai Spartacus qu'il est. Sa musique nous libère de nos chaînes et nous fait cheminer, le courage au cœur et la force au poing.

TEMPLE OF BAAL - Mysterium

#4

TEMPLE OF BAAL conserve notre attention durant au moins 90% du temps, dépendamment des goûts bien sûr, mais on ne peut faire autrement que de lui donner le bénéfice du doute. Disons que la marée de guitares déchaînée de solos, le mix parfaitement adapté et le chant colossal d'Amduscias forment un trio de stimulants assez actif… "Mysterium" contient en fait tout ce dont l'initié a besoin pour avoir sa dose et clouera le néophyte au mur en le burinant pour longtemps.

THY CATAFALQUE - Sgùrr

#3

Le premier album de THY CATAFALQUE, qui selon moi, nous fait oublier entièrement l'écurie d'où il provient. Les clichés sont balayés sous le tapis et l'expérience glanée par le maître de piste transparaît dans chaque inflexion de la galette. Beauté, puissance, variété sont les mots-clés à retenir pour qui serait tenté de discréditer cet avant-gardisme métallique qui nous surprend encore après six albums.

MELECHESH - Enki

#2

MELECHESH a su capitaliser sur son impressionnant "The Epigenesis", qui ne saignait de nulle part, à part peut-être de sa longueur. "Enki" vous terrasse pendant dix minutes de moins, soit 62 tours d'horloge, le timing idéal pour cet équilibre parfait entre pièces coup de poing et longs cortèges progressifs et instrumentaux, qui vous projettent au cœur du Moyen-Orient. Les rois de la Mésopotamie sont de retour et merde qu'ils étaient prêts à nous en faire baver…

THIS GIFT IS A CURSE - All Hail The Swinelord

L'album de l'année !

THIS GIFT IS A CURSE est unique. Il est la réponse ponctuelle à nos prières extrêmes, il est la sève diabolique qui fera pousser la forêt dans laquelle les hardos iront se perdre ces vingt prochaines années, il est la perfection réincarnée. Je ne trouve aucun défaut apparent à "All Hail The Swinelord" ; le fond et la forme fusionnent en une osmose hallucinante, son souffle est de calibre nucléaire, sa tracklist est brillamment équilibrée, sa diversité impressionnera le plus affranchi et la qualité de ses riffs et mélodies empoisonnés se niche dans les tréfonds de l'âme pour la pourrir.

ABYSSAL - Antikatastaseis

"Antikatastaseis" est l'album de mon été 2015. Rarement ai-je entendu un album aussi bariolé dans le genre. ABYSSAL est violent, certes, mais il laisse filtrer tant de lueurs de lanterne et de trouvailles marquantes qu'il est hyper fascinant. On a constamment envie d'y retourner pour se traîner dans la vase, pour se faire pommeler.

ALKALOID - The Malkuth Grimoire

"The Malkuth Grimoire" est « logiquement » l'album qui m'a donné le plus de fil à retordre en cette première moitié d'année. Et après d'innombrables écoutes, souvent ardues et cartésiennes en raison de la chronique à pondre, je dois avouer que la magie opère à un niveau que je ne croyais pas possible. Ce n'est pas une surprise littérale, davantage un soulagement ; ce all-star band livre la marchandise et son grimoire se dévoile tranquillement, page après page, et non chapitre après chapitre. Il faut de la patience, de l'introspection, pour que cette musique s'infiltre dans tous les interstices et soit assimilée à sa juste valeur.

DEKADENT - Veritas

"Veritas", c'est une vision de la mort et du deuil, des thèmes doomesques, peu exploitée en Metal Atmo. "Veritas", c'est aussi un album de Death Mélo caché dans certaines plages, qui envoie de l'espoir en grosses doses, qui tire souvent sur le sirop et qui arrive à charmer avec de persistantes ambiances dorées.

ETHEREAL - Opus Aethereum

Ce Black cinématographique manque peut-être de direction artistique (avec ce mélange de noirceur cataclysmique et de satanisme, devine-t-on), mais ce n'est pas tant un mal de vivoter dans le flou conceptuel tellement ETHEREAL balance la purée avec talent. Impossible de s'ennuyer si on écoute le moindrement avec attention.

CRADLE OF FILTH - Hammer Of The Witches

"Hammer Of The Witches" est le 11e album de CRADLE et celui qu'on n'attendait plus. C'est-à-dire un disque qui ne souffre pas de longueurs et qui garde l'attention de l'auditeur d'un bout à l'autre grâce à une tracklist bien balancée et un jeu sauvage des Anglais. On n'avait pas entendu ça depuis… "Godspeed On The Devil's Thunder". De là la surprise.

FEAR FACTORY - Genexus

Autre grosse surprise de la part de ces vétérans. Si on s'amuse presque tout du long sur "Genexus", c'est surtout grâce au brio du vieux Dino, qui s'occupe encore de toutes les cordes. On retiendra avant toute chose le pain et le beurre de FF : les riffs en acier trempé qui continuent de faire headbanguer, 25 ans plus tard.

The NEGATION - Memento Mori

Absolument tout sur "Memento Mori" est fougueux et mémorable. Les grattes sont à la fois brique et électricité, la basse est un rempart contre l'ennemi, le chant est martial à souhait et la batterie est une artillerie que les meilleures armées n'auraient pas reniée. Et le travail en studio, réalisé au même endroit que le dernier TEMPLE OF BAAL, est impeccable, avec son 80% de clarté et son 20% de pourriture nécessaire à ce type d'offrande nauséabonde.

OUTRE - Ghost Chants

OUTRE est un putain de carnassier, je vous le dis, il n'a pas fini de nous griffer et de nous mordre. Il serait bête de ne pas enchaîner sur une telle débâcle. Ce serait comme lever le nez sur une petite fortune d'or noir, qui a le potentiel de jaillir violemment d'une terre aride et boueuse. Les Polonais possèdent tous les outils pour l'exploiter et muter, qui sait, vers une des nouvelles figures de proue du Black-Death.

HATE - Crusade:zero

Cette cuvée 2015, à ma grande surprise et à celle de la communauté critique métallique de tous les continents, est une pure réussite. Peut-être est-ce le fait que les ténors du style ont un peu baissé le ton, alors que HATE est toujours aussi vicieux et malabar ? Peut-être est-ce un coup de chance ! Mais on ne peut faire la sourde oreille sur ce cadeau que nous a emballé le trio pour fêter son 25e anniversaire. "Crusade: Zero" se laisse aimer facilement, vous n'aurez pas envie de retourner le présent au destinataire tant il vous parlera, vous prendra de force, tuant toute résistance.

KAMELOT - Haven

Les Américains sont revenus au modèle de référence qu'est "The Black Halo" tellement l'album est varié, riche, accrocheur et juste agréable. Si vous n'êtes pas happé dès les deux premiers titres, je ne sais pas ce qui vous contentera, fans de KAMELOT ! Si vous êtes conquis, vous êtes mûrs pour un festin de riffs et de mélodies enchanteurs et de refrains grandioses.

KJELD - Skym

KJELD a pris 12 ans pour accoucher de son premier album, le bien nommé "Skym". Si la pochette trahit sa jeunesse et n'attirera pas le regard des plus sceptiques, vous devez passer par-dessus les apparences, endosser votre manteau le plus chaud et progresser dans ce blizzard de riffs et mélodies ahurissant. De loin l'album de Black le plus inattendu de la part d'un débutant que j'aie écouté depuis belle lurette. De la dynamite, de l'énergie, de la puissance, de la virtuosité dans le chaos !

MACABRE OMEN - Gods Of War – At War

Les cavalcades que réussit à déclencher MACABRE OMEN sont absolument fantastiques, et bien que le son un brin crade puisse en révulser quelques-uns, on s'y habitue. Concentrons-nous plutôt sur ces riffs persuasifs et vindicatifs pour vraiment apprécier ce "Gods Of War – At War". Une bien belle surprise à cheval entre les influences passées et un retour aux sources.

DARK MOOR - Project X

DARK MOOR pousse la recherche musicale plus loin, nous dit-on (comme s'il n'avait pas ratissé assez large comme ça)… avant de préciser qu'il ne perd pas ses armes favorites, soit les orchestrations, les mélodies, le spimélo contagieux et les balades sirupeuses. Une chance qu'il n'a pas foutu ça aux chiottes ! Sinon, à quoi aurait ressemblé "Project X" ? Déjà qu'il les a mal affûtées, ces armes qui ont presque toujours fait mouche par le passé… La meule devait être endommagée, car à part le podium, il y a peu de trucs à sauver qui soient à la fois mélodiques, bien orchestrés, accrocheurs et touchants.

LEPROUS - The Congregation

"The Congregation" possède donc les qualités de ses deux grands frères, mais ne leur arrive pas à la cheville. Non, ici, on nage dans du Prog assez simple, personnel, gorgé de sentiments, assez accrocheur en raison, encore une fois, des refrains, mais pas trop par la recherche exhaustive des compositions. Je m'attendais sans doute à trop !

NILE - What Should Not Be Unearthed

Nulle part retrouve-t-on les éclairs divins des deux galettes précédentes, nous sommes en plein no man's land, dans une parenthèse polluée par les inepties passées et tracée au pilote automatique.

SHINING - Ix - Everyone, Everything, Everywhere, E

On ne retiendra pas grand-chose de ce SHINING, comme c'est devenu la norme. Dommage de constater qu'un groupe aussi culte, un de mes préférés, ait pu ainsi muter vers un immobilisme aussi choquant. "IX" serait plus efficace autour d'un feu de camp, perdu dans les bois, que dans un festival ou une salle avide de sensations fortes.







1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod