Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/PROG ORIENTAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 1 Sphynx
2006 1 Emissaries
2010 The Epigenesis
2015 Enki
 

- Style : Orphaned Land, Rotting Christ

MELECHESH - Enki (2015)
Par MEFISTO le 16 Mars 2015          Consultée 4937 fois

Enfin, le voilà, le monstre sumérien tant invoqué !

"Enki" est l'album de la consécration, de la maturité (trouvez le terme que vous préférez) pour MELECHESH. Ce deuxième skeud chez Nuclear Blast devrait ouvrir toutes grandes les portes de la célébrité aux Israéliens, car si quelqu'un ignore encore ce talent brut après une telle démonstration de rage et de virtuosité, je ne sais pas ce qui permettra au groupe d'atteindre les sommets.

MELECHESH a su capitaliser sur son impressionnant "The Epigenesis", qui ne saignait de nulle part, à part peut-être de sa longueur. "Enki" vous terrasse pendant dix minutes de moins, soit 62 tours d'horloge, le timing idéal pour cet équilibre parfait entre pièces coup de poing et longs cortèges progressifs et instrumentaux, qui vous projettent au cœur du Moyen-Orient. Les rois de la Mésopotamie sont de retour et merde qu'ils étaient prêts à nous en faire baver…

"Enki" est d'abord l'album le plus international de MELECHESH. Son Black est toujours aussi violent et mélodique, peinturluré de sonorités et d'atmosphères arabiques (orientales si vous voulez) savantes. Et il n'a jamais été plus accrocheur, plus accessible que sur "Enki". Les guests Max Cavalera, Sakis Tolis et Rob Caggiano sont la preuve que le groupe ne se terre pas dans son coin. Au contraire, il s'émancipe drôlement en canalisant le meilleur de ses débuts, notamment sa colère noire que l'on ressentait sur "Sphinx", et sa nature profonde qui a atteint son apex sur "The Epigenesis". "Enki" consolide cette maîtrise en rendant la pyramide moins étanche, donc abordable pour tous les auditeurs, autant les fans de Black pur jus que les inconditionnels de la musique arabe. Le mix est sensas, je n'en reviens pas encore que le quatuor ait pu accoucher d'un tel rejeton !

Dès "Tempest Temper Enlil Enraged", on sait qu'on aura affaire à un grand disque. Morceau de tête de la disco du groupe pour moi, il déverse une telle dose d'adrénaline dans mon hémoglobine qu'il est difficile de ne pas avoir soif pour le reste. Et putain qu'on n'est pas déçu ! Chaque titre subséquent porte sa propre balafre, varie les tempos et nous assène une claque multidimensionnelle. Les coups que nous porte MELECHESH sur "Enki" estropient à différents degrés, car des brulots comme "The Pendulum Speaks", "Lost Tribes" ou "Metatron" lacèrent comme le fouet, alors que "Enki" ou "The Outsiders" hypnotisent et subjuguent. Pas évident de se retrouver ainsi désarmé devant un tel ennemi, mais les plus masochistes adoreront tellement la récompense est jouissive !

Ce sixième album des Israéliens est donc une denrée rare dans le petit univers du Metal oriental, car il conjugue leurs racines ethniques sépulcrales avec une efficacité contagieuse et une production moderne bien mesurée. Les coups de baston vous éclatent les os et les cisailles mélodiques pansent vos ecchymoses, de quoi vous ravitailler pour de multiples traversées du désert.

Je vous l'écris aujourd'hui, "Enki" est le guide extraordinaire que vous recherchiez pour ne pas vous perdre entre les dunes et éviter les mirages. Par illusions j'entends tous ces groupes pensant détenir la clé qui ouvre le coffre aux trésors du Metal arabique doré. Cette clé est accrochée au trousseau déjà garni de MELECHESH et il la garde jalousement à sa ceinture. Et prenez garde, car son sabre fourré à côté ne fait aucun survivant quand il fend l'air, comme les zicos de cette formation bestiale, au faîte de leur gloire.

MELECHESH personnifie à merveille le dieu Enki (Ea), divinité mésopotamienne de la sagesse, des arts, de la magie et de l'exorcisme ; il a atteint un niveau de sagesse remarquable à force de trimer dur, maîtrise son art à la perfection, crée de la magie et a réussi à exorciser tous ses démons pour ne conserver que ses aptitudes les plus vénérables.

J'écrivais à la fin de ma chro de "The Epigenesis" que l'album méritait un gros 4 qui avait envie de gonfler jusqu'à 5. Eh bien, c'est un exploit que MELECHESH accomplit en ce début de 2015. Peut mieux faire ? Pense pas.

Podium : (or) "Tempest Temper Enlil Enraged", (argent) "Enki - Divine Nature Awoken", (bronze) "The Outsiders".

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


IHSAHN
After (2010)
Ihsahn est passé à autre chose... vous ?




MIZMOR
Yodh (2016)
Et le golem se mit à vibrer et à glisser mollement


Marquez et partagez








Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Melechesh Ashmedi (guitare, synthé, chant)
- Scorpios Androctonus (basse)
- Moloch (guitare, instruments trad)
- Ivo Michaylov (batterie)


1. Tempest Temper Enlil Enraged
2. The Pendulum Speaks
3. Lost Tribes [feat. Max Cavalera]
4. Multiple Truths
5. Enki - Divine Nature Awoken [feat. Sakis Tolis]
6. Metatron And Man
7. The Palm The Eye And Lapis Lazuli [feat. Rob Caggi
8. Doorways To Irkala
9. The Outsiders



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod