Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ÉPIQUE  |  STUDIO

Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Lychgate, MartrÖÐ [martrÖd], Blut Aus Nord

MACABRE OMEN - Gods Of War – At War (2015)
Par MEFISTO le 13 Mai 2015          Consultée 2231 fois

On dit souvent que le Metal naît d'un besoin. D'un besoin de réagir, de se défouler, de renverser la vapeur qui brûle les peuples, de calmer la colère par l'énergie et la testostérone. Quand je vois de plus en plus de groupes de qualité provenant de Grèce, je me dis qu'il n'y a pas de hasard. Avec ce que la nation hellène traverse depuis plus de dix ans, économiquement et politiquement, il DOIT y avoir un lien. Une nécessité urgente de se changer les idées, de créer dans un monde basé sur les thunes, de revenir aux racines afin non pas d'oublier le présent, mais de se rappeler le passé, question de remettre les choses en perspective pour espérer un meilleur avenir. C'est exactement cette philosophie que loue MACABRE OMEN, créature d'Alexandros le conquérant, appuyé depuis peu par un batteur dans ses rêves de conquêtes.

MACABRE OMEN existe depuis 1994, mais c'est seulement son deuxième album. Pas évident quand on vient de Grèce, nation longtemps considérée comme quatrième violon dans la sphère métallique. Après des tonnes de démos et de splits, le combo a sorti un premier skeud en 2005. Dix ans et deux autres splits plus tard, Alexandros a préparé sa réelle entrée dans notre univers par la grande porte.

The Kingdom of the Gods I enter,
with my sword in the hand on the left.
My face obscured by the blackness of the night,
my sight and visions are clear.
I extend my hand to the Greatness of the Gods
and become One with Them.
Singing paeans and hymns…


Impossible de se tromper, "Gods Of War – At War" s'inspire des exploits des guerriers de jadis et de la fierté intemporelle des Grecs. Et ce Black est évidemment calqué sur l'écriture : épique, organique, mélodique, atmosphérique, nostalgique, violent, servi par une production sale comme un combat se déroulant sous la pluie. Mon premier réflexe, après nombre d'écoutes, a été de comparer MACABRE OMEN à PRIMORDIAL, autant dans la musique, les rythmes entraînants, les riffs terreux et les mélodies guerrières. Remplacez la sève celtique par plus de sueur martiale et une gueule un peu moins séduisante et vous saurez un peu à quoi vous attendre.

Alexandros évoque aussi le Viking Metal à la BATHORY, évidemment, avec ses thématiques homériques, la noirceur de son monde, ses envolées lyriques et ses chœurs de combattants tachés du sang ennemi. La myriade d'images qui naissent au fil des notes est merveilleuse, réconfortante, enveloppante, comme un bon vieux Black/Folk Metal peut engendrer. MACABRE OMEN se dévoile alors comme un raconteur de premier ordre, tel un auteur célèbre dont les écrits traverseront les âges et fascineront des centaines de générations qui fouleront ses ossements.

Il est vrai aussi que "Gods Of War – At War" devrait amadouer les fans de Black plus classique dans la forme, tant au niveau de la prod' que de la lourdeur des riffs. Le chant pourrait aussi s'avérer un atout, même s'il est la plupart du temps criard comme dans tout bon album de Black dépressif. Je n'ai pas apprécié, surtout que ça ne cadre pas vraiment avec le fond, mais bon, personne n'est parfait… Mon ressenti face au skeud en prend quand même pour son rhume en raison de ce détail, dont la silhouette obèse jette de l'ombre sur mon enthousiasme. Heureusement qu'Alexandros utilise aussi du chant clair de temps à autres, dont sur les perles du podium…

Reste que les cavalcades que réussit à déclencher MACABRE OMEN sont absolument fantastiques, et bien que le son un brin crade puisse en révulser quelques-uns, on s'y habitue. Concentrons-nous plutôt sur ces riffs persuasifs et vindicatifs pour vraiment apprécier ce "Gods Of War – At War".

Une bien belle surprise à cheval entre les influences passées et un retour aux sources. Eh non, ce n'est pas pareil !

Podium : (or) "From Son To Father", (argent) "Alexandros – Ode B", (bronze) "I See, The Sea".

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


MARTRIDEN
The Unsettling Dark (2008)
Des débuts fracassants, marquants !




DØDHEIMSGARD
A Umbra Omega (2015)
Belle entrevue de Dark Schneider !


Marquez et partagez






Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Alexandros (chant, guitares, basse, synthé, etc.)
- T.j.f. Vallely (batterie)


1. See, The Sea!
2. Gods Of War - At War
3. Man Of 300 Voices
4. Hellenes Do Not Fight Like Heroes, Heroes Fight Li
5. From Son To Father
6. Rhodian Pride, Lindian Might
7. Alexandros - Ode A'
8. Alexandros - Ode B'



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod