Recherche avancée       Liste groupes



    

TRUE / FALSE : mode d’emploi (première partie)
Par CANARD WC le 30 Septembre 2010 Consulté 4819 fois

BAST : Bon alors qu’est ce que tu fous Canard ? Je te paie pas à rien foutre, merde ! T’avais promis un édito récap’ à nos lecteurs pour la mi septembre et on est le 29… C’est quand que tu sors les doigts au juste ?
CANARD : Ouais je sais, mais je m’en sors pas. C’est hyper long de tout détailler. Rien que le Best Of des réponses lecteurs, putain mais c’est 600 pages Word en Arial 8…
BAST : T’as qu’à fragmenter le travail. T’es pas obligé de traiter tout en bloc, fais des parties, aère, fais des transitions.
CANARD : « Y a qu’à » « faut qu’on »… Plus facile à dire qu’à faire. Plutôt que de t’en prendre à ton meilleur chroniqueur de l’équipe qui en a plein le derche, fais des propositions.
BAST : Ok, moi j’aurais bien vu une définition drolatique par exemple, un exposé sur le fonctionnement du quizz, une partie aussi où tu passerais les questions à la loupe et pour finir un Best Of des réponses des candidats. Ca nous fait 4 grosses parties, à peu près logiques et de taille équivalente.
CANARD : Pas con. Et les réponses du Canard à son propre questionnaire, je les mets où là dedans ? A la fin ?
BAST : A la fin, oui c’est pas mal. C’est vraiment nécessaire comme partie ?
CANARD : Bah je sais pas, t’as au moins une grosse poignée de lecteurs qui me l’ont demandé…
BAST : Avoue que c’est avant tout pour te faire plaisir, mon loup !
CANARD : Un peu aussi.
BAST : Bon bah si je récapitule, ça nous fait : 1) Définition 2) Fonctionnement du Quizz 3) Les questions à la loupe 4) le Best Of des lecteurs 5) Le quizz du Canard… C’est pas mal comme programme.
CANARD : « Y a plus qu’à » ….
MEFISTO : Eh les gars, si vous voulez, j’ai une anecdote sur le sujet, tabernacle !
BAST : Montre voir (saisit le papier et le lit en diagonale). Bon, on n’a qu’à mettre ton papier au bout de la définition du Canard, ça fera un complément.
CANARD : (saisit le papier de MEFISTO à son tour) : Il est gentil le petit MEFISTO, il veut aider étouétou. Si je résume, ça nous fera donc 6 parties et puis c’est marre.
BAST : Si tu veux (réfléchissant)… mais ça va être fucking trop long ton truc. Donc hop, là à vue d’œil, comme ça, au débotté, je dirais que tu fais un premier édito avec les parties 1 à 3, puis un deuxième édito avec les parties 4 à 6.
CANARD : Ok.
BAST : Et tu me publies le premier édito avant la fin du mois et le deuxième je te laisse jusqu’au 11 octobre dernier carat.
CANARD : (faisant le garde à vous) Compris Chef ! A vos ordres Chef !



Si vous n’aimez pas lire les dialogues nuls, je résume :
Edito récap’ 1ère partie : « TRUE / FALSE, mode d’emploi ». Menu : 1) définition 2) Illustration méphistophélique 3) Fonctionnement général du Quizz.
Edito récap’ 2ième partie (parution à compter du 11 octobre 2010) : « Les lecteurs de NIME sont globalement des putains de Falses ». Menu : 1) Les questions à la loupe 5) le Best of des réponses 6) Canard répond à son truc.




I. TRUE / FALSE : LA DEFINITION SCIENTIFIQUE QUI NE SOUFFRE D’AUCUNE CONTRADICTION


Et Jésus d’avança vers ses disciples et leur dit : « Que les Trues se placent à ma droite, le royaume des cieux leur appartient ; et que les Falses se placent à ma gauche, la destruction éternelle les attend ».

Pas con, le Jésus. Plus vague, tu meurs.

Il y a les « terros » et les contre-terroristes, l’enfer et le paradis, le Glam et le Thrash, les brebis et les chèvres ou encore … les trues et les falses. C’est comme ça ma bonne dame. « Mais comment distinguer le bon grain de l’ivraie ? » me direz-vous. Avant de nous poser la question du distinguo, il convient de savoir de quoi on parle. Et vu la teneur hautement scientifique du sujet, vous comprendrez que ce qui va suivre ne souffre d’aucune contestation possible. La preuve, c’est moi qui le dis.

Donc : qu’est ce qu’un TRUE ? Qu’est ce qu’un FALSE ?

A priori, si on en reste à une approche terminologique simpliste : le TRUE renvoie à la notion méliorative de « vrai » et le FALSE à la notion péjorative de « fausseté ». Inconsciemment, c’est donc bien et mieux d’être un TRUE, plutôt qu’un FALSE. Déjà. « Basiquement », le TRUE est un « vrai » Hardos, qui peut être pris dans le sens d’authentique. A contrario, le FALSE est quant à lui un « faux » Hardos, synonyme des mots suivants : canular, bidon, et caca. Le TRUE a donc une « vraie » attitude, une certaine constance et une flamme en accord avec ses goûts. Le FALSE, au contraire, nous fait l’effet d’un « comédien » qui tente de se prévaloir de quelque chose qu’il n’est pas au fond de lui : c’est un imposteur, un hypocrite (au sens originel du terme : « qui porte le masque ») qui nous fait l’effet d’un roseau qui se balance au gré du vent.

Oui, mais encore ?

Premier point : éviter tout manichéisme.

Rien n’est simple. On ne peut pas diviser le monde en fan de MANOWAR à cheveux longs d’un coté, et de l’autre les fans de DT à lunettes et chemises à carreaux. Ce serait trop simple, d’autant plus que les apparences sont bien souvent trompeuses. Le problème du TRUE or FALSE cache en réalité une problématique bien plus profonde qu’elle n’en a l’air.

Première complication : l’état de TRUE et de FALSE n’est pas figé. Un FALSE peut devenir un jour un TRUE et vice versa.

Exemple : un FALSE de base qui s’intéresse vaguement au Metal peut voir son intérêt relatif se muer progressivement en une passion dévorante. Le temps et la persévérance aidant, ce FALSE peut au fur et à mesure se muter en un TRUE, tel un bébé Alien qui grandit et qui finit par dévorer tout l’équipage (voir figure n°37).

Cette constatation nous amène à nous demander alors si on est pas tous FALSE à la base. Tous les hommes naissent égaux dans la FALSitude, non ? Il a bien fallu apprendre comme tout le monde, et débuter. Notons donc une première condition au TRUE digne de ce nom :

Le TRUE s’inscrit à priori dans la durée. C’est le temps et les époques qui permettent de faire émerger le TRUE, car être TRUE implique un minimum d’expérience et de persévérance. Cependant, cette condition ne sous entend pas qu’il n’existe pas de TRUE « originel ». Les jeunes TRUE, ça existe aussi. Allez dire à un fan de MANOWAR depuis l’âge de 12 ans qu’au début c’était un FALSE comme tout le monde, il va vous réciter le jeu de DE MAIO dans l’anus. On est donc TRUE si on écoute du Metal depuis très longtemps (condition de durée), ou depuis sa plus jeune enfance (condition d’époque). Mais le fait d’écouter du MANOWAR à l’âge de 12 ans peut ne pas être suffisant. Bien entendu. Que dire d’un ancien Hardos qui a retourné sa veste pour se tourner vers des genres musicaux détestables (au hasard le rap ou la techno) tout en crachant sur ses goûts originels ? Je réponds vertement et en faisant des grands gestes : nous avons affaire dans ce cas là à un TRUE devenu FALSE fils de pute. Voici un panel de phrases « types » de FALSE fils de pute observé dans son milieu, qui une fois prononcées en votre présence, vous autorisent le recours au pied de biche sans préavis :

« Ah les GUN’S et METALLICA, j’écoutais ça quand j’avais 14 ans. Maintenant j’ai évolué ! »
« Persister à écouter du Metal à plus de 20 piges, c’est de la persévérance dans la connerie »
« T’écoutes encore ça, tu me déçois, je te croyais plus intelligent. Moi j’écoute du classique et du jazz maintenant. »


Oui je sais, seul un « FALSE fils de pute » peut oser sortir de telles horreurs.

La condition de « durée » n’étant donc manifestement pas suffisante, cela nous amène logiquement vers une deuxième condition cumulative : l’intégrité. Le TRUE est aussi intègre : il ne renie rien. Le TRUE peut avoir évolué dans ses goûts mais en aucun il ne crachera sur ces groupes anciens, ou pire les évoquera avec honte. Rougir de ses goûts, retourner sa veste, être influençable sont bien entendu des caractéristiques de FALSE. Tel un roc que les vents n’atteignent pas, le TRUE est indifférent aux modes et n’a pas honte de son T-Shirt « BON JOVI » qu’il porte quand il va faire ses courses le samedi matin à MONOPRIX. Un doigt dressé bien haut comme seule réponse aux moqueurs, le TRUE ne baissera pas non plus le volume de son autoradio quand de sirupeuses ballades ou des riffs 80’ s’échapperont de ses vitres. Tel est le TRUE : il est fier. Sa musique vit en lui et il se moque par dessus tout de ce que peuvent penser les autres.

Transition toute trouvée pour évoquer la troisième caractéristique du TRUE, soit cette flamme qui le caractérise par dessus tout par rapport au FALSE : la passion. Le TRUE est bien évidemment passionné : il adore, il hait… pas de demi mesure avec lui. Ses yeux pétillent, son verbe se fait haut, ses gestes sont amples : le TRUE est déraisonnable. Quand on le vanne sur ses groupes, le FALSE baisse la tète et le TRUE éviscère : le monde est ainsi fait.

Soit donc la formule suivante :
TRUE = [(INTEGRITE x PASSION) / DUREE ] > 100
FALSE = [(DREAM THEATER + NRJ) x (STAR ACADEMY – SUPERFICIALITE)] / INFLUENCABILITE

Les choses ayant donc été mathématiquement posées, en exclusivité, je vous livre la définition des mots « true » et « false » à paraître dans le LAROUSSE 2012 (tractation en cours) :

TRUE : se dit d’un hardos authentique(et beau) qui se passionne durablement et avec intégrité pour la musique qu’il chérit. Synonyme(s) : fan de MANOWAR, Canard WC, Katsumi, Calvados.

FALSE : se dit d’un hardos superficiel qui aime le Metal comme on aime les pâtes natures au beurre. Synonyme(s) : fan de DREAM THEATER (de merde), BAST, lecteurs de NIME, Progueux.



____________________

MEFISTO souhaite intervenir. Il a un truc à dire, une anecdote sur le thème du « bien vivre sa FALSitude avec sérénité ». Je vous livre sa réflexion, après quoi hein ça suffit les conneries, on parle du test et de vos réponses, parce que bon hein eh oh.



II. MEFISTO A UNE ANECDOTE


Qu'est-ce qu'être Trve ?

J'ai eu envie de faire du pouce sur le quizz de Canard en me posant cette simple question. Comment se fait-il que plusieurs d'entre nous soyons Trve alors que d'autres, souvent à leur propre surprise, se sont retrouvés emprisonnés dans la catégorie False ?

Je marchais l'autre soir avec ma douce dans une rue résidentielle peu éclairée. Soudain, une voiture a bondi derrière nous et est passée à notre hauteur à grande vitesse. J'ai eu le temps toutefois de saisir les quelques sons qui sortaient des hauts parleurs du type : du Metal, ou du moins du Hard Rock. De la musique lourde en somme.

Et là, je me suis curieusement demandé si ce type était un Trve.

Un Trve au volant est-il obligé d'aller vite, de braquer violemment, de freiner subitement, porté par le rythme effréné et l'énergie de la musique ? Doit-il s'avouer vaincu devant autant de chevaux vapeur sonores et obéir au groove métallique, sous peine d'être catalogué chauffeur du dimanche qui écoute de la musique forte ? Est-ce que l'orgueil du Trve, doublé de l'orgueil du mâle dominant, est si dominant ?

Je dois avouer que j'ai trouvé ce type bien con. Rouler à cette vitesse dans un quartier paisible, alors que la visibilité est presque nulle ? Pour autant que je sache, il aurait pu nous percuter, surtout s'il avait eu un moment de distraction ou qu'il avait abusé de l'alcool. J'extrapole, évidemment, mais tout se peut ; y'a qu'à regarder les infos… Et merde, ce type aurait pu être un False !

Je pense à autre chose aussi, parfois : si, par un hasard extraordinaire, des policiers arrivaient sur le lieu d'un accident causé par la vitesse excessive et entendaient du Metal sortir de la voiture en faute (dont le conducteur a été expulsé du véhicule et est mort sur la chaussée, plus loin, après avoir tué deux autres personnes dans un autre véhicule circulant en sens inverse), quelle conclusions tireraient-ils ? Auraient-ils recours au bon vieux préjugé ou essaieraient-ils de trouver des raisons plus scientifiques ou pratiques ? On ne sait pas, peut-être le type a-t-il voulu éviter une bestiole qui traversait la route !

Bref, vous voyez où je veux en venir. Eh oui, moi je roule en chauffeur du dimanche. Le Metal ne me force pas à peser sur l'accélérateur, car je canalise cette énergie, je la garde pour moi et je ne la partage pas avec mes victimes potentielles, piétons comme autres conducteurs. Idem au bureau. Est-ce une question d'âge (j'approche de la trentaine) ou simplement un réflexe de contrôle de soi ? Je ne sais pas. Pourtant, selon Canard, je suis un Trve. Mais attention, il a précisé que je m'affichais pas, que j'étais le genre à intérioriser cette passion et à la relâcher puissamment quand le temps était venu ; quand je discute de musique, quand je chronique ou… que j'en écoute. Je dirais même quand je la défends ou que je la présente à un néophyte en lui précisant que le Metal a bien changé avec ses 30-40 sous-familles toutes plus actives les unes que les autres.

Suis-je un faux Trve, donc ? Un Trve intello ? Car il faut vous dire que quand les gens me voient, ils pensent que je suis un amateur de Coldplay : j'ai pas le style métalleux et surtout pas la coupe de cheveux. Quelques t-shirts seulement (AMON AMARTH, IN FLAMES, SLAYER) trahissent mon conservatisme corporel. Alors, suis-je un vrai de vrai Trve selon votre définition ?

Selon la mienne, soit un humble « protecteur de la propriété intellectuelle métallique », y'a bien des fans« déguisés » en soi-disant Trve qui ne passeraient pas mon quizz ! Un type arborant la crinière de Tom Araya ne pourra pas nécessairement m'expliquer pourquoi il aime telle pièce de Death Metal ; pour lui, c'est peut-être que du bruit et il aime ça. Tandis qu'à sa gauche, il y a peut-être une fille mieux sapée qui me répondrait que pour elle, c'est la colère refoulée qu'elle maintient en elle depuis des années qui ressort. Un autre type pourrait prétendre savoir ce que le groupe a voulu exprimer avec ce morceau, car il croit avoir saisi les subtilités de chaque riff…

Tout est relatif. Canard l'a dit et vous l'a précisé dans ses verdicts : vous semblez peut-être Trve, mais vos réponses penchent vers le False (ou vice-versa). Et si les questions avaient été différentes, et si vous aviez été dans une bonne journée, si vous aviez pris plus de temps pour étayer vos propos ?

Oui, tout est relatif. Que vous soyez au volant ou au concert, je pense que le vrai Trve est celui qui respecte avant tout les artistes et leur démarche. Car lorsqu'on entre dans ce si bel univers du Metal en se gardant toutes les portes ouvertes, qu'on le laisse pénétrer par tous les pores de notre peau, on ne veut pas être ailleurs.


_________________

A méditer, chers lecteurs.
On passe à la suite du programme qui promet. Beaucoup de surprises vous attendent, des révélations, des scènes non censurées (Amélie sodomisée par Senna dans la Cuisine des Secrets) et notre bêtisier du jour à mourir de rire… Toussa après une petite page de réclamation de même pas 20 minutes, alors ne bougez pas.




III. LE FONCTIONNEMENT DU QUIZZ (ou les explications de comment qu’il fallait répondre pour que le Canard vous taxe de TRUE)


Pour commencer il y avait un barème. Toutes les questions n’ont pas la même importance, bah oui.

Il y avait trois types de questions.

1/ les questions « primordiales » sur 6 points.
2/ les questions « majeures » sur 4 points
3/ les questions « secondaires » sur 3 points.

Le maximum de points qu’il était possible d’avoir était 84 points – je crois. On ne peut pas être TRUE avec moins de 50 points (il faut un peu plus de la moyenne quand même).

Voici le barème :

Question 1 = 6 points
Question 2 = 6 points
Question 3 = 4 points
Question 4 = 6 points
Question 5 = 3 points
Question 6 = 4 points
Question 7 = 6 points
Question 8 = 4 points
Question 9 = 3 points
Question 10 = 4 points
Question 11 = 4 points
Question 12 = 4 points
Question 13 = 6 points
Question 14 = 3 points
Question 15 = 3 points
Question 16 = 3 points
Question 17 = 3 points
Question 18 = 3 points
Question 19 = 4 points
Question 20 = 3 points

Pour « bien analyser » votre quizz (si tant est qu’on puisse le faire), j’ai utilisé deux « outils » : les recoupements entre les questions (a) corrélés avec un indice de pureté (b).

a) Les recoupements :

Pour apprécier, jauger de la cohérence, et confirmer une intuition j’ai procédé aux recoupements suivants (fonction de certaines thématiques) :

« Le Metal et l’entourage » : questions 2, 3, 8, 10 et 14.
« La sincérité, la passion » : 1, 4, 5, 7, 11 et 13
« Metal et investissement » : 9 et 16
« Perception du Metal » : 12, 15, 17 et 18
« L’ouverture et la tolérance » : 6 et 14

C’était les grandes familles de questions. A la base je comptais balancer le quizz avec des chapitres organisés et j’ai finalement trouvé plus révélateur – histoire de brouiller les pistes - de mettre les questions dans le désordre sans lien entre elles. Il est évident que j’ai regardé à peu près l’ensemble des réponses données dans chacune catégorie pour mieux cerner le participant. D’où la notion de « recoupements ».

Exemple ? Je prends les questions ayant trait à l’entourage. Si je note des contradictions entre les réponses aux questions 8, 10 et 14, j’essaie d’analyser un peu pour comprendre la logique du participant, et ce que j’en déduis me permet ainsi d’accorder au final plus ou moins de points. J’ai toujours récompensé la cohérence entre les questions. C’est aussi pour cette raison qu’il m’a été parfois difficile de « corriger » un quizz intégralement rempli avec deux ou trois mots pour chaque question (mais ça, vous étiez prévenus d’entrée de jeu donc pas la peine de faire cette tête d’étonné).


b) L’indice :

Chaque réponse est soit (selon mon appréciation et mon analyse) TRUE, FALSE ou NEUTRE. J’ai admis des réponses « cul entre deux chaises » style réponse NEUTRE/FALSE et NEUTRE/TRUE pour mieux coller à la personnalité et aux réponses du participant. D’autant que parfois en nuançant vos réponses ou en développant, j’étais bien incapable de faire coller mon indice.

Donc quand je corrige le questionnaire, j’analyse, je recoupe, j’attribue ensuite un certain nombre de points et pour finir je colle une étiquette (TRUE / NEUTRE / FALSE) à chaque question. A la fin du questionnaire, on a des proportions – genre sur les 20 questions, DUCON a répondu 11 fois comme un TRUE, 6 fois de façon neutre, et 3 réponses de FALSE. Cette proportion était à mon sens intéressante pour établir quelques petites règles dont voici les principales :

• Un TRUE a forcément au moins 11 réponses de TRUE.
• Si on compte autant de réponses de TRUE que de FALSE, le participant est un FALSE.
• Si il y a une majorité de réponses neutres = FALSE .
• L’addition des réponses FALSES et neutres ne doit jamais excéder le nombre de réponses TRUE, sinon FALSE par définition.

Etc. Il y a d’autres « règles », mais je m’en rappelle plus de toutes.

Suivant la proportion et le contenu général des réponses, je peux faire varier mon jugement définitif. Celui qui a répondu par exemple avec ¾ de réponses de TRUE a un bon indice de pureté. L’idée était de « mesurer » via un autre indicateur que les points, la force de la TRUE-tittude ou de la FALSE-itude de chacun.


...


Générique de fin :
Canard arrivera t’il à pondre le deuxième édito « feedback » avant le 11 octobre ? Aurez-vous la chance de figurer dans son Best Of ? Que cachaient certaines questions ? Quels étaient les codes secrets pour débloquer l’armure « Super True » tout en évitant l’armée des zombies Falses ?

Toutes les réponses à ces questions, ce lundi 11 octobre (si, si promis juré éjaculé) qui arrive là prochainement même que c’est bientôt.

En attendant, si vous souhaitez laisser un commentaire, profitez en le cas échéant pour me faire part (1) de vos premières remarques, (2) pour me proposer votre définition du TRUE et du FALSE et (3) vos attentes pour le prochain édito.


See you soon next time will be back BAST est un False restez avec nous longue vie à NIME et vive moi et le jus de carotte !




Le 05/10/2010 par ATOMDOOM

Personnellement, je ne veux être dans aucune catégorie quelle qu'elle soit - faux ou vrai Métalleux ! Car là, on commence à entrer dans des dictates imposés du genre "Tu dois aimer ça et ne pas aimer ça et patati et patata ...".
Enfin, entrer dans un standard bien défini - BEURK !! . J'aime le Métal dans sa globalité avec des préférences (bien sûr) mais j'apprécie d'autres styles musicaux comme le Blues (et Blues Rock), le Prog (surtout années 70), et d'autres styles qui tournent autour du Rock (je ne vais pas faire la liste !) Et j'adore (et là en général les Métalleux font des bonds de 10 mêtres quand je le dis ...) GRAM PARSONS et HANK WILLIAMS, je sais, ce sont des bouseux qui font de la country ou plutôt qui faisaient ... Et suis fan de BOB DYLAN aussi. Cet édito, bien que j'ai fait un commentaire assez sérieux, doit être pris (j'espère que je ne me trompe pas) au second degré. Mais des vrais "purs et durs" existent vraiment et quelle que soit la musique (peut être que les pires sont les "classiqueux").


Le 03/10/2010 par AZNIGHT

D'accord avec Lamouchequipète, on peut être true tout en étant d'un caractère calme ou timide. Ça n'enlève rien à la passion. J'ai pas l'impression que la passion se mesure à la taille des tifs ou au nombre de T-shirts de groupes dans le placard (n'oublions pas que ceux qui s'affichent le plus "hardos" sont souvent ceux qui se la joue le plus)
Personnellement je me sens true (je le suis) mais je n'en fait pas des tonnes, j'essaie de ne pas tomber dans le fanatisme et de ne pas la surjouer (l'idée de décapiter du false avec DeMaio en slibard m'a jamais beaucoup plu, et oui je sais que c'est une image). Et ça m'empêche pas d'aimer le jazz (je comprends pas pourquoi tant de metalheads ont une dent contre le jazz, probablement qu'ils n'en ont jamais écouté aussi). Bref les critères me semblent un peu réducteur.
Par contre félicitation pour ton investissement et pour prendre ça autant à cœur.


Le 03/10/2010 par LARSEN

Merci Canard, grâce à toi et cet excellent édito je peux mettre enfin un nom sur cette niche sociale puante qui essaye régulièrement de me faire dévier de ma voie : Les falses fils de pute, en voilà un joli nom bien trouvé !

Heavy Metal Will Never Die !


Le 01/10/2010 par THUOMAS

Je connais pas mal de False FDP tiens ...

Sinon je crois que j'aurais été cataloguer de FALSE.
Déjà parce que j'aime DREAM THEATER, quelques autres groupe de Progressif et que je lis NIME (d'ailleurs c'est bizarre que Justin Bieber n'en a pas pris pour son grade comme sur toute les vidéos de Metal sur youtube).
Puis ensuite il semble impossible d'être un "true passionné de musique" et un "True metalleux"à la fois. C'est balot.


Le 01/10/2010 par LAMOUCHEQUIPèTE

Putain que c'est sérieux tout ça !

J'vais me la jouer sérieux aussi alors.

J'suis d'accord en partie avec ta définition. Sauf sur un truc. C'est le côté sans demi-mesure et grande gueule du TRUE.

Perso, si j'ai tendance à envoyer chier un mec qui crache sur un groupe que j'aime ou si j'ai ce besoin d'affirmer mes goûts, c'est pas en rapport avec ma passion pour le Metal. C'est juste un trait de caractère, une question de tempérament. J'suis aussi catégorique et j'mets autant de hargne à défendre mes idées politiques ou mon avis sur un film ou un bouquin.

C'est con de pénaliser un mec dans ton quizz juste parce que c'est pas un connard borné.

Enfin moi j'men fous, j'en suis un et j'bouffe du "whimps and posers" au ptit dèj. Mais ma passion, mes connaissances et mon amour pour cette musique n'ont rien à voir avec ça. Ce n'est que mon humble avis.

T'as fais du bon boulot en tout cas, j'espère que t'as reçu une prime de pénibilité pour ce quizz, hum.

Bon courage pour le prochain Edito.


Le 01/10/2010 par DUD

Eh eh, c'est marrant, tu m'as mis false, alors qu'en lisant ces lignes, je me sens plus true que false ! Mais c'est le jeu!



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod