Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH TECHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



SUFFOCATION - Suffocation (2006)
Par DARK MORUE le 17 Septembre 2011          Consultée 2274 fois

Bon sang ce que j'aime pas dire du mal d'une légende pareille. SUFFOCATION c'est quand même l'inventeur du Brutal Death tel qu'on le connaît et l'un des groupes qui ont démontré que pour rendre le Death brutal, faut savoir jouer de son instrument, si ce n'est LE groupe. Un premier EP révélateur, trois albums qui sonnent comme autant d'énormes mandales (sauf peut-être "Breeding The Spawn" pour sa production hideuse), un dernier EP avant de dire au revoir puis revenir sur le devant de la scène avec un "Soul To Deny" qui ne m'a absolument pas emballé car trop froid et ne ressemblant presque pas à du SUFFOCATION.

2006 voit donc paraître cet album éponyme à la cover presque dépouillée au premier abord, signée par le plus prolifique que talentueux John Zig. Mais tout ça, on s'en cogne absolument. Ce qu'on veut, c'est la musique. Ou plutôt : mais pourquoi cette jeune poiscaille arrogante a foutu une maigre paire d'étoiles à un album d'un groupe pareil ?
C'est simple. SUFFOCATION ressemble désormais à un énième ersatz de SUFFOCATION. Triste mais vrai. Le combo évite le piège de l'auto-repompe, mais nous sert quand même un opus manquant cruellement d'éclat.
Pourtant, le temps d'un "Abomination Reborn" on ne peut que prendre ses pieds à son front. Totalement explosif, bâti sur des riffs solides et épais, ces vieux briscards ont encore de l'énergie à revendre et semblent fins prêts pour flanquer une bonne fessée à tous les combos amateurs émergents. On note aussi un "The End Of Ends" aux blasts marteau-piqueur particulièrement brutaux et haineux, typiques de la formation. Donc, c'est déjà un poil mieux que l'éprouvant "Soul To Deny" car on a le minimum syndical d'accroche. Mais non, si l'album dégage une certaine classe, on est vite bloqués.

Déjà, la production. La batterie a vraiment un son dégueulasse, les guitares manquent de puissance et se retrouvent souvent couvertes, et la basse n'existe pas. Aïe, c'est sûr que ça va pas arranger les choses. Ensuite, Frank Mullen. On va éviter les mauvais jeux de mots avec le nom du groupe, disons juste qu'il semble un poil essoufflé... Plus qu'un poil même. Il tente de nous rebalancer du bon gros guttural à la "Effigy Of The Forgotten" de temps à autres, le reste du temps notre Francky semble lutter avec ses cordes vocales entre deux bouffées de Ventoline... Déception quand on sait de quoi il est capable (incluant ses prestations live à l'heure actuelle).
Mike Smith est de son côté toujours aussi excellent que dans "Souls To Deny", la paire de gratteux nous cisèle toujours des soli de main de maître ("Misconcieved", "Redemption", "Creed Of The Infidel"). On a même une énorme innovation : "Bind Torture Kill" ou le premier morceau du groupe disposant d'un refrain ! Même possible à chanter sous la douche, avec de surcroît un break éléphantesque à la double pédale. Meilleur morceau de l'album donc. Ah, et aussi "Redemption" mérite d'être noté avec son souffle épique un poil poussif qui tente de rappeler les grandes heures de "Pierced From Within", incluant même un démarrage acoustique trop joli de l'amour des fleurs du monstre gluant.

Mais à partir de "Misconceived", on s'emmerde. On a l'impression d'entendre un combo de Brutal Death lambda puisant ses inspirations chez les grands anciens qui ont du mal à respirer. Sauf que vu que c'est justement les SUFFOCATION en question qui jouent, ben ça le fait pas. C'est dur, mais les légendes sont désormais dépassées, la hargne des débuts a disparu au détriment d'un déballage technique toujours juste et classe, mais ne faisant pas le poids face à une concurrence toujours plus forte. Et ainsi, on s'emmerde doucement jusqu'à "Entrails Of You" qui nous guide vers un final bien plus burné et incisif, incluant un réenregistrement de "Prelude To Repulsion" qui nous montre qu'avec une production honnête, "Breeding The Spawn" n'est pas le caca en boîte qu'on pourrait croire au premier abord (chose que le réenregistrement du titre-éponyme sur le merveilleux opus de 95 avait déjà confirmé).

Donc non, le come-back de SUFFOCATION ne sera pas sous-titré "Le Retour Du Roi". Je suis le premier à en chialer toutes les larmes de mon corps, mais on a vu mieux comme reformation tant les nouveaux albums inondant désormais les bacs sont mitigés. Alors certes, un petit groupe nous enverrait ça à la gueule en temps que premier coup dans l'eau, tout le monde serait à genoux, mais venant des auteurs d'"Effigy Of The Forgotten" et "Pierced From Within", tout de suite l'enthousiasme est bien plus tempéré. On se consolera en disant que cet opus éponyme est d'un niveau d'inspiration incroyablement supérieur à son successeur tout rouge, mais ça suffit pas pour écarter tous les aspirants au trône désormais plus que vacillant...

2,5/5, si vous connaissez pas le groupe, vous pouvez rajouter un bon gros point bien gonflé, mais vous méritez également la mort noyé pendu à une guillotine dans un accident de voiture.

A lire aussi en DEATH TECHNIQUE par DARK MORUE :


EMBRYONIC DEVOURMENT
Vivid Interpretations Of The Void (2010)
Les lézards sont parmi nous, seconde partie




ABYSMAL DAWN
Obsolescence (2014)
Eh bah tu vois quand tu veux

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Frank Mullen (vocaux)
- Terrance Hobbs (guitare)
- Guy Marchais (guitare)
- Derek Boyer (basse)
- Mike Smith (batterie)


1. Oblivion
2. Abomination Reborn
3. Redemption
4. Bind Torture Kill
5. Misconceived
6. Translucent Patterns Of Delirium
7. Creed Of The Infidel
8. Regret
9. Entrails Of You
10. The End Of Ends
11. Prelude To Repulsion



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod