Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



SUFFOCATION - Blood Oath (2009)
Par POSSOPO le 11 Décembre 2009          Consultée 3087 fois

En écrivant cette chronique, je risque la volée de bois vert de la part de tous les amateurs de Brutal. SUFFOCATION, icône toujours vivante née à une autre époque. SUFFOCATION qui aura souffert de la mise à mort du Death par le Black et par ses propres redondances pour lui-même décéder avant de réapparaître sur la scène comme si de rien était. Sauf que le monde avait changé. Une autre époque, vous dis-je.

SUFFOCATION, un combo devenu star à retardement. Bien après DEATH, MORBID ANGEL (dont je vais vite reparler), DEICIDE, CANNIBAL CORPSE… La liste est longue même si on la résume à la scène américaine. Un groupe presque noyé dans la masse lorsque apparaissait "Effigy Of The Forgotten". Scott Burns, Dan Seagrave, Roadrunner, la triplette qui tue, adoptée par des dizaines d'autres, la marque de fabrique de l'extrême des toutes premières années 90. Quatre ans plus tard, la donne était différente, les premières idoles disparues, de nouveaux héros prenaient leur place au panthéon, SUFFOCATION vivait ses heures de gloire, fier d'un troisième album redoutable de génie technico-brutal, l'indispensable "Pierced From Within". Puis vint l'heure de la reformation et c'était reparti comme en 14 (ou en 91).

Le problème, vous l'aurez compris, réside en le caractère monolithe de l'artiste. Moins que d'autres, il est vrai (n'est pas OBITUARY qui veut). Cela aurait peut-être été préférable… Car voilà, "Blood Oath", non content de répéter un office livré avec certes beaucoup de talent depuis ses débuts, préfère la jouer moins : moins rapide, moins complexe, moins alambiqué, finalement moins brutal et moins technique. On aura beau me dire que cela n'a pas de sens de comparer ce nouvel opus avec "Pierced From Within", l'étalon du groupe, mais comment faire autrement à moins d'être un véritable glouton es Death Metal ?

"Blood Oath", une livraison bien costaude, une exécution en règle dont on pleurera l'absence de génie, celui de 1995. Dont on regrettera aussi cette terrible perte de BPM qui voit le quintette black & blanc flirter avec le MORBID ANGEL le plus banal, celui post-Vincent. Qui aurait pensé au milieu des années 90 que les deux artistes se ressembleraient autant quinze ans plus tard ? Pas tant que ça, n'exagérons rien mais c'est tout comme. SUFFOCATION, qui aura un peu moins souvent tutoyé les cieux que son aîné tombe aussi moins bas, la preuve en sont une brochette de disques parfaitement digérables dont ce dernier de qualité, juste sans grande idée et qui se coltine une vulgaire reprise de son propre répertoire en titre de conclusion. Comme un message signalant que le groupe est rincé, que sa capacité de production en baisse l'oblige à plonger dans les stocks.

Effectivement, mon état d'esprit ne convient pas. Entre mes "c'était mieux avant", "c'est toujours pareil" et autres maladies congénitales, le Brutal Death n'a plus rien à m'offrir depuis lurette. Mais près de six mois après la sortie du disque et ne voyant rien venir du côté des true Deatheux de la mort travaillant pour NiME, je me coltine la galette. SUFFOCATION, un nom hautement respectable que Nightfall se doit de chroniquer en long, en large, peut-être un peu en travers et je m'en excuse. Alors, ne m'en voulez pas pour mon honnêteté, ne m'en voulez pas trop pour cet écrit qui exprime encore une fois, et même si c'est parfois trop, un constat difficile que tout le monde ne partagera pas, surtout pas les gourmands :
SUFFOCATION, c'était mieux avant.

Et en plus, SUFFOCATION, ce n'est même plus toujours pareil, ça frappe moins vite, ça break mille fois moins, ça tricote moins fou. Tout ça sans parler du son, moins tranchant, moins sec, plus gras (ah bah oui, forcément) mais moins riche en subtilités. Moins New-York ai-je envie de dire. Bref, "Blood Oath", c'est moins et ça fait deux paragraphes que je le dis.

Cependant, comme sur ce sixième album, SUFFOCATION arrache tout de même sérieusement sa mère, qu'il balance encore du steak avec pas mal de précision et de muscle, que les solos sentent fort le mystique, que tout ça est donc objectivement bon, voire bandulatoire si on s'avine un peu les globules, qu'une fois mon point final placé, je vais retourner à un "Pierced From Within" incomparable et que j'ai moi-même du mal à piger pourquoi j'ai décidé de comparer, je me permets de tamponner une note médiane qui en dit autant sur les qualités intrinsèques de l'ouvrage que sur les faiblesses liées au passé glorieux de son géniteur.

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


GORGUTS
From Wisdom To Hate (2001)
Le délire death barré enfin dompté




UNLEASHED
Where No Life Dwells (1991)
Death metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Frank Mullen (chant)
- Terrance Hobbs (guitare)
- Guy Marchais (guitare)
- Derek Boyer (basse)
- Mike Smith (batterie)


1. Blood Oath
2. Dismal Dream
3. Pray For Forgiveness
4. Images Of Purgatory
5. Cataclysmic Purification
6. Mental Hemorrhage
7. Come Hell Or High Priest
8. Undeserving
9. Provoking The Disturbed
10. Marital Decimation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod