Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Timo Tolkki's Avalon , Marius Danielsen , Almanac, The Chronicles Project
- Membre : Kamelot, Magnum, Ring Of Fire
- Style + Membre : Edguy
 

 Myspace (379)
 Chaîne Youtube (418)
 Site Officiel De Tobias Sammet (622)

Tobias Sammet's AVANTASIA - The Wicked Symphony (2010)
Par DARK BOUFFON le 5 Juin 2010          Consultée 6699 fois

Prologue : Welcome to the show !

Mesdames et Messieurs, nous vous souhaitons la bienvenue dans notre chapiteau Sammet et Associés ! Ce soir, nous vous proposons un spectacle fantastique qui va vous emporter aux quatre coins de la planète Metal (enfin, presque !). Ce soir, Mr Tobias ″Loyal″ Sammet va vous embarquer pour un tour de force qui, sans peur aucune (deux albums d’une heure chacun quand même !), va (essayer de) vous régaler de son Metal mélodique aux multiples (?) facettes. Ce soir, vous saurez si le croustillant amuse-gueule constitué par ″The Scarecrow″, spectacle haut en couleurs et fidèle à l’esprit des spectacles AVANTASIA, saura trouver son repas de gala et sa pièce montée avec les jumeaux (pas si) siamois ″The Wicked Symphony″ et ″Angel Of Babylon″. Ce soir, vous verrez les prouesses des chanteurs à grosse tête, ceux qui ont perdu leurs organes génitaux, ceux qui ont une pilosité anormale du cuir chevelu, bref, la fine fleur du cirque métallique…

Attention, Mesdames et Messieurs… Let the show begin !


Acte I : La Symphonie Maudite (…mais sympathique)

Au son d’une mélodie inspirée à coup sûr de ″Pirates des Caraïbes″, voici que déboule le titre éponyme pour plus de 9 minutes de Metal mélodique de qualité qui sait se faire varié sur les couplets, accrocheur sur les refrains, posé sur certains breaks… avec un duel de chanteurs de haute volée : Jorn Lande (ex-ARK, JORN, MASTERPLAN) et Russell Allen (SYMPHONY X) sans oublier la présence pas assez discrète d’un Tobias Sammet (EDGUY) trop content d’œuvrer en maître de cérémonie. Bref, un premier numéro de choix qui augure du meilleur, et qui du moins peut se targuer d’être une très bonne carte de visite de ce qu’AVANTASIA peut faire de mieux.

Ceci dit, on est prévenu depuis longtemps déjà avec le bébé du père Sammet : il y a de la guimauve dans la recette, parfois une pincée, à d’autres reprises une bonne louche, voire la soupière entière. Que ce soit dans les mélodies, les refrains, les soli, la plupart des titres proposent la facette la plus accessible du Metal allemand. Ensuite, on s’en accommode… ou pas !

Et si j’en parle justement, c’est pour préparer l’auditeur / lecteur à ″Wastelands″, un titre Speed Metal bien mielleux rendu insupportable par la voix d’un Michael Kiske (ex-HELLOWEEN, PLACE VENDÔME) que votre serviteur a de plus en plus de mal à supporter. Ce chanteur certes talentueux, sous couvert de ne plus faire de Metal, réussit à faire des apparitions sur un quart (j’exagère ?… mais non !) de la production métallique allemande, avec toujours les mêmes gimmicks. On a donc ici un titre moyen de HELLOWEEN (si, si), période 80’s…

Pourtant, dès le troisième numéro du spectacle, de guimauve il n’est (bizarrement) (presque) point question et les vocaux de Tim ″Ripper″ Owens (ex-JUDAS PRIEST, ex-ICED EARTH, BEYOND FEAR) apportent une agressivité bienvenue à ce ″Scales Of Justice″ malgré un break trop gentillet. Le problème ici après l’analogie avec HELLOWEEN, c’est que l’ombre des Metal Gods plane sur ce titre et donne l’impression que Tobias Sammet s’est amusé à rendre hommage à ses idoles par des gros clins d’œil bien appuyés qui frôlent la lourdeur. Mais heureusement, le talent de compositeur du besogneux chanteur d’EDGUY transforme la plupart de ces titres en (assez) bonnes compos. Mais attention à la comparaison avec ces glorieux aînés, pas toujours à l’avantage du bébé AVANTASIA.

La bonne nouvelle, c’est que malgré la participation d’une guest star aussi connue que Klaus Meine (SCORPIONS), ″Dying For An Angel″ ne sonne pas comme deux gouttes d’eau aux compos de Schenker & Co… enfin, juste un peu ! Ce titre, très facile d’accès, reste une vraie bonne surprise et confirme la capacité de Tobias Sammet à composer de vraies perles. Hélas, cette sensation s’estompe quelque peu avec les ″Blizzard On A Broken Mirror″, ″States Of Matter″ et l’inévitable ballade ″The Edge″ (on parlait tout à l’heure de guimauve…), et ce malgré des prestations réussies d’Andre Matos, de Russell Allen ou de l’omniscient Tobias Sammet. Ces titres, dont les mélodies font écho à ce que le chanteur allemand a pu nous pondre dans les autres opus d’AVANTASIA ou d’EDGUY, ont du mal à sortir du lot et ne sont que prétextes à des mélodies sympathiques à défaut d’être transcendantes. Idem pour les ″Crestfallen″, ″Forever Is A Long Time″ et ″Black Wings″ qui ne se démarquent réellement que par la force de l’interprétation vocale (Jorn Lande et le trop discret Ralf Zdiarstek). D’ailleurs, si un nom devait rester à l’issue de ce cirque hors norme, ce serait celui de Lande tant il est, avec succès, à la fois au four et au moulin sur ces opus.

Mais la vraie tuerie de cette seconde partie d’album est constituée par ″Runaway Train″. Cette longue joute vocale associe sur plus de 8 minutes T. Sammet / B. Catley / J. Lande / M. Kiske sur un fond très « kissien » puisque l’accompagnement musical voit se produire Eric Singer et Bruce Kulick. Ce titre à tiroir est une pure merveille et nous entraîne depuis son piano d’introduction (forcément très MAGNUM dans l’âme avec la voix envoûtante de Bob Catley) jusqu’à son final épique.

Cette baveuse ne sera complète qu’après avoir mentionné le très bon travail de mise en son de l’album (même si les gimmicks propres à la paire Paeth/Sammet à savoir mettre encore plus de relief sur les moments catchy, au risque de surproduire certains passages, n’étaient pas forcément indispensables). Les musiciens invités, moins nombreux que par le passé, se montrent toujours efficaces : mention spéciale aux deux ex-KISS déjà cités.


Entracte : Alors cet artiste fou ?


Suivre tout ce petit monde nous fait presque oublier qu’il y a une histoire derrière les paroles des chansons. Celle d’un artiste qui s’ignore et qui a un gros problème de schizophrénie, qu’on avait déjà rencontré sur ″The Scarecrow″… Enfin, c’est quelque chose comme ça. Tobias Sammet s’est moins pris la tête que sur ″The Metal Opera″ et c’est tant mieux… On a au moins droit à des paroles moins niaises que sur les deux premiers essais d’AVANTASIA.

Quoi qu’il en soit, cette ″Symphonie Maudite″ est dans la lignée de ce qu’AVANTASIA a su proposer jusqu’ici. Les fans le resteront, les autres ne le deviendront pas. D’excellents titres côtoient de bons morceaux aux entournures un peu fadasses. Bref, un bon album dans la même lignée qu’un ″Scarecrow″, l’excitation en moins.

Mesdames et Messieurs, si vous êtes des fans purs et durs, vous enchaînerez sans souci avec l’écoute (et donc la lecture) de ″Angel Of Babylon″. A tout de suite donc pour voir si le final de cette ″Wicked Trilogy″ nous réserve un feu d’artifices…


A suivre…


Note indicative (″The Wicked Symphony″) : 3,5/5

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BOUFFON :


JUDAS PRIEST
Electric Eye (2003)
Heavy metal




BLASPHEME
Desir De Vampyr (1985)
Heavy metal


Marquez et partagez







 
   DARK BOUFFON

 
   GEGERS
   JEFF KANJI

 
   (3 chroniques)



- Tobias Sammet (chant, basse)
- Russell Allen (chant)
- Jorn Lande (chant)
- Michael Kiske (chant)
- Tim ″ripper″ Owens (chant)
- Klaus Meine (chant)
- Andre Matos (chant)
- Bob Catley (chant)
- Ralf Zdiarstek (chant)
- Sascha Paeth (guitare)
- Bruce Kulick (guitare)
- Oliver Hartmann (guitare)
- Miro Rodenberg (orchestration)
- Felix Bohnke (batterie)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Eric Singer (batterie)


1. The Wicked Symphony
2. Wastelands
3. Scales Of Justice
4. Dying For An Angel
5. Blizzard On A Broken Mirror
6. Runaway Train
7. Crestfallen
8. Forever Is A Long Time
9. Black Wings
10. States Of Matter
11. The Edge



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod