Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK FUSION/AVANT-GARDE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SHINING [NOR] - Blackjazz (2010)
Par BIONIC2802 le 9 Mai 2010          Consultée 5396 fois

Attention, attention, ceci n’est PAS le groupe du suédois Kvarforth !
Ici, nous avons affaire au cinquième album des Norvégiens qui ont le même nom d’emprunt musical. Je sais, c’est con, mais y a pas encore eu de procès de paternité et les petits ne s’en portent pas plus mal, alors…

Ce "Blackjazz" est une évolution surréaliste par rapport au parcours du chef de file qu’est Jorgen Munkely et de son jazz fusionnel d’origine (Vous l’avez peut-être déjà entendu sur le "After" d’Ihsahn). De plus en plus intriguant - voire chiant pour certains - le mélange des genres sur cet album est effarant, puissant, alambiqué, hypra-nerveux, original, dithyrambique, etc…

Fêlés du bocal, bienvenue sur le Mont Wagadougou (référence : "Le Monde de Némo", version barrée)…

Bon, en premier lieu, faut aimer la distorsion à outrance. Un petit parallèle - et je parle pas de musique mais bien d’impact au premier contact - avec ANOREXIA NERVOSA et son "Drudenhaus" pour l’exemple. En second temps, savoir qu’au niveau du saxo, c’est plus un hommage à l’inclassable New-Yorkais fêlé - tiens tiens, y aurait finalement une secte de ce fameux bocal ? - de John Zorn que d’un foutoir de notes qui ne retrouveraient pas leur partition !

Ça irrite, c’est dérangeant mais bon dieu - euh, put 1, ‘scuse hein ! - ça décapsule plus vite qu’un Belge en manque de chopines lorsqu’il découvre un hangar non sécurisé rempli du précieux liquide jaunâtre à la suite d’une grève subite des distributeurs de bibines un week-end de barbecue ensoleillé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Esprit simple, éloigne-toi de ce disque - pas de la chronique ; elle est plutôt rigolote, non ? Sinon, pour les autres, autre tri : les malheureux qui subissent des maux de tête chroniques, voire passagers, sont non admis sous peine de lobotomie imminente. Bref, seuls les fous d’expériences musicales avant-gardistes - ô, le gros mot usité à n’importe quelle sauce ! - et qui redéfinissent les règles, à moins de les abolir, tout simplement pour libérer notre esprit critique et amateur d’art.

Beaucoup vont détester, autant le dire. Pas mal vont apprécier la démarche et passeront leur chemin bien vite. Puis, il ne restera que nous - Non ! Mademoiselle, pas que les cinq musiciens et votre serviteur pour seuls témoins. Là, je m’adresse aux amateurs de sensations nouvelles, de remises en cause des fondements (obligations ? ) musicaux. Voici un vent frais pour une époque saturée. Mais attention, nous pourrions être très vite asphyxiés par le genre : très vindicatif à l’audition, agression outrancière pour quelques-uns ! A croire que le style sera éphémère, qui sait… pas moi en tout cas.

Bourré d’effets électroniques - style la Matrice d’un certain Néo - qui n’auront de cesse de nous pousser vers l’épilepsie sonore. Vers l’infini et au-delà (référence : "Toys Story", en bien plus glauque) voilà qui dépasse l’entendement. Eh bien justement, ce que nous entendons agresse d’abord, mais surtout titille ensuite. Chercher l’harmonie ? Non, c’est plutôt ressentir des ambiances si intenses qu’un David Lynch louchera plus que sûrement, dès qu’une audition fortuite lui sera présentée ! Voyez l’genre ? Album conceptuel bourré d’Indus, de Black extrême, de Jazz, de Techno Hardcore, de Progressif, de techniques décalées, bref, de fusions en tous genres.

Outrancièrement violent et avec des passages rapides à la Flash Mac Queen (référence : "Cars", en moins gentillet) et plus que survolté, cette torture de l’esprit est en fait appréciable pour les amateurs de perceptions étranges et démarches non moulées à la grosse louche d’une pensée unique et aseptisée… Et je vous raconte pas le lien évident avec le titre culte de Robert Fripp et de son groupe KING CRIMSON : même envie de se surpasser en repoussant les limites que l’Homme aime décidément s’imposer dans tout ce qu’il fait… y compris dans l’Art !


P.S. :
1) Les titres en double sont une autre volonté de se démarquer (ce pourquoi j'y ai rajouté des "bis"), bonsoir !
2) Sponsorisé par Pixar !

A lire aussi en BLACK METAL par BIONIC2802 :


DORNENREICH
Flammentriebe (2011)
Le Black l'emporte sur le Folk : dosage parfait...




IMMORTAL
The Seventh Date Of Blashyrkh (2010)
1er DVD officiel : un retour flamboyant, immortel !


Marquez et partagez



Par BIONIC2802




 
   BIONIC2802

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Munkely (voix, guitare et saxophone)
- Lofthus (batterie)
- Kreken (basse)
- Moen (claviers)
- Hermansen (guitare)


1. The Madness And The Damage Done
2. Fishheye
3. Exit Sun
4. Exit Sun (bis)
5. Healter Skelter
6. The Madness And The Damage Done (bis)
7. Blackjazz Deathtrance
8. Omen
9. 21st Century Schizoid Man (reprise)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod