Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (17)
Questions / Réponses (2 / 22)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Custard, Virgin Steele, Majesty, Domine, Steel Attack
- Membre : Shakin' Street, Ross The Boss, Jack Starr's Burning Starr , Fabienne Shine
 

 Site Officiel De Manowar (1564)

MANOWAR - Hail To England (1984)
Par ERWIN le 14 Mai 2018          Consultée 1670 fois

On est bon ? Tout le monde est là ? J'annonce illico presto, les pucelles, à tous ceux qui ne souhaitent pas prendre la fessée de leur vie, qu'ils stoppent immédiatement leur lecture et n'écoutent plus MANOWAR. Car en cette année 1984, les hommes de guerre sont au sommet de leur art, au sommet du Metal, au sommet de la musique tout court. Ce n'est même pas une fessée, c'est une correction pour toute la concurrence. Je m'en souviens fort bien, je l'ai vécu en direct-live ! 1984 n'est pas une année pauvrette en matière de Metal lourd les enfants : "Powerslave" chez MAIDEN, "Defenders Of The Faith" du PRIEST, "Ride The Lightning" de METALLICA, "1984" de VAN HALEN, "Stay Hungry" de TWISTED SISTER, "Love At First Sting" des SCORPIONS... J'arrête là ? Allez non, les premiers BATHORY, CELTIC FROST, ANTHRAX. Allez j'arrête, je vous sens tout intimidé d'un coup.... On a eu quoi cette année comme belle sortie déjà ? Ah ouais le JUDAS... ? Pardonnez moi, je me gausse. C'est là qu'on mesure toute la chance d'avoir vécu ces heures de grâce.

Donc, Joey est désormais un dieu de la basse, sûr de son fait et décidé à imposer le True Metal au monde entier. Ross s'éclate et s'éclate encore, même s'il rigole là où son pote joue les sérieux... Mais tout va bien pour le moment. Eric est au sommet de son art de chanteur et tutoie les sommets en permanence, Scott se contente d'être un bûcheron à la frappe colossale. Un troisième opus... C'est important, une porte d'entrée, un espoir vers le succès. Joey y croit dur comme fer et plonge dans l'effervescence de compositions phénoménales, secondé par un Ross qui lui aussi touche au sublime en bien des occasions

Je vous fait pas lambiner. Que nenni ! Pas avec celle-là ! Car ce salut à l'Angleterre contient ce qui est à mon sens la plus belle composition de Metal lourd de l'histoire, et la plus grande chanson du XXème siècle. J'ai découvert "Army Of The Immortals" un soir ou j'étais malade, les oreilles plongées dans une émission locale sur les ondes toulonnaises, et Chris – actuel batteur de HEAVY DUTY – annonce la chanson. Je m'en souviens encore. Ce riff ! CE RIFF !!! Le plus grand riff de l'Histoire ! Et ce chant d'Eric, quelle classe, quelle perfection dans les complémentarités ! Le summum de la jouissance arrive lors des deux interventions célestes de Ross The Boss et le final surhumain mené par Eric. À emporter dans la tombe et par-delà !

Ouf... Je me repose... Inutile de vous dire que pas un album de 2018 n'arrive à la cheville de cette composition... Toutes musiques confondues.

"Black Arrows"... Autant j'en ai ras le caisson de "William's Tale", de "Sting Of The Bumblebee"... Autant la flèche noire demeure telle qu'au premier jour, avec toutes ses imperfections et son étrange ambiance. La basse piccolo cingle, rugit, déchire et frappe avec la violence d'un champ de bataille, et tout s'achève sur une volée de tapping assourdissante. Je comprends qu'on n'aime pas, mais je reste sur mon attachement premier pour ce solo. D'autant qu'il introduit remarquablement "Bridge Of Death". Une merveille épique toute de perfection vêtue, encore ! La Hamer huit-cordes de Joey y mène la danse avec virtuosité. Le chant d'Eric est merveilleux de beauté, la montée progressive vers la puissance est impeccable. Un titre magique.

Il est écrit que c'est l'Angleterre qui aura sauvé MANOWAR du marasme, alors les hommes de guerre lui dédient l'opus, avec ce premier guerrier porteur de l'Union Jack. "Hail To England" est le synonyme même du morceau à la fois épique et rythmé tel que seul MANOWAR sait les faire. En effet, en 84, l'épique n'est que rarement lourd. Jamais le SAB' n'a eu ni ce son, ni cette clarté. MANOWAR se positionne ici en porte étendard du Metal Épique, les quatre New-Yorkais peuvent le revendiquer. Ce morceau est une tuerie.

Mais on n'oublie pas les chevauchées impitoyables, ainsi "Blood Of My Ennemies" malgré un début longuet, s'impose comme une cavalcade de superbe extraction et porteuse d'un refrain magnifique. "Each Dawn I Die" embraye de manière plus lancinante et reptative, avec ce chant tantôt chuchoté tantôt hurlé d'Eric. On en finit ? Je n'ai jamais été fan de "Kill With Power" que je trouve un peu banale et trop rapide, mais les foules de fans n'ont de cesse de porter ce titre aux nues, dont acte.

Me faites pas marrer, je refuse tout net de mettre moins de 5 à cet album. La simple présence de "Army Of The Immortals" ferait de n'importe quel album un masterpiece. Qui plus est, MANOWAR va sortir quelques mois plus tard un autre opus de qualité similaire. Conclusion ? Aucune concurrence  ! PAS LA MOINDRE ! Écoutez la basse ! Disséquez chaque solo de Ross, vibrez sur toutes les lignes de chant ! Et me faites pas hurler de rire avec MAIDEN et PRIEST ! En 1984, les hommes de guerre sont les plus forts et Ross, Joey, Scott et Eric sont au sommet de leur art.

A lire aussi en HEAVY METAL par ERWIN :


MANILLA ROAD
Playground Of The Damned (2011)
Maitre du metal épique

(+ 2 kros-express)



MANILLA ROAD
The Blessed Curse (2015)
Le baiser de la muse


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
   CANARD WC
   RENAUD STRATO

 
   (3 chroniques)



- Joey Demaio (basse)
- Eric Adams (chant)
- Ross The Boss (guitare, claviers)
- Scott Colombus (batterie)


1. Blood Of My Enemies
2. Each Dawn I Die
3. Kill With Power
4. Hail To England
5. Army Of The Immortals
6. Black Arrows
7. Bridge Of Death



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod