Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 7)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Custard, Virgin Steele, Majesty, Domine, Steel Attack
- Membre : Shakin' Street, Ross The Boss
 

 Site Officiel De Manowar (1514)

MANOWAR - Battle Hymns Mmxi (2010)
Par CANARD WC le 6 Septembre 2011          Consultée 5835 fois

Certains prénoms sont plus douloureux que d’autres. Suffit de les entendre surgir de nulle part pour ressentir une douleur violente au cœur, un prénom pour perdre le contrôle de soi, vous plonger dans des abîmes de tristesse. Pour ma part, ce prénom maudit d’une ancienne petite copine ou d’un amour perdu à jamais est « Manowar ». J’ai été déçu par cette petite garce de METALLICA, tout comme cette espèce de salope de SLAYER qui m’a fait très mal au derrière ; mais celle qui m’a ravagé pour de vrai, celle qui m’a fait un MAL éternel reste et restera MANOWAR.

Au moment où j’écris ces lignes, j’en suis encore à me demander comment ce groupe a pu à ce point se chier dessus depuis "Louder Than Hell". Caricature, attitude de merde, envie de symphonique en carton, inspiration zéro qui se double d’une prétention grandiloquente… MANOWAR a tout foutu en l’air. Aussi, à la moindre news du groupe, à chaque fois que je tombe sur ce mot (rien que de l’écrire me brûle les doigts), je ressens comme un grand vide intérieur. Une envie d’hurler aussi. Pour finir systématiquement sur d’amères réflexions sur le sens de la vie et le fait que le Metal c’est vraiment une musique de merde.

Faut dire aussi que le groupe partait de si haut… 1982, "Battle Hymns" putain. Eric ADAMS en forme olympique, un Joey DE MAIO prêt à tout péter et des compos qui « Rock » comme l’enfer. Il y avait déjà dans cet album cette démesure de Super Heavy, cet attachement indéfectible à la Cause Metal (allez écouter "Metal Daze" bordel). Ce premier album de MANOWAR fait partie du Folklore de notre musique, il rentre dans la caste des albums pas parfaits à 4/5 (*) qui en valent beaucoup plus.

Rien que pour ADAMS qui hurle avec toute la conviction du monde :
Heavy Metal
Heavy Metal Daaazze

Merde quoi. C’était suffisamment grand pour devoir le respect à tout jamais.
Puis, il y avait "Fast Taker" qui donne envie de pleurer et de tuer son voisin en même temps. Ou mieux : "Shellshock" (appelez le SAMU, je m’étrangle de bonheur). Je ne vous parle même pas du titre-éponyme qui contient à lui tout seul plus de puissance que toute la discographie du premier PRIMAL FEAR venu.

Bref, être fan de MANOWAR implique d’adorer "Battle Hymns" quand bien même il n’est pas parfait. Ce n’est en aucun cas « juste un premier album » comme j’ai déjà pu le lire. Il s’agit d'un Grand Heavy exécuté par des seigneurs oubliés, un album qui a rendu possible la superbe d’un "Sign Of The Hammer", une première greffe avec toutes les germes de la mécanique du groupe avec de l’épique, de l’exagération magnifique, de l’énergie à faire concurrence à EDF et surtout… surtout cette envie de tout défoncer via un fluide si animal, si sauvage, si Heavy Metal.

Un peu de respect donc, pour "Battle Hymns".



Fut une époque, l’album était difficile à trouver, il coûtait un bras et le vinyle de l’époque nécessitait de casser son PEL pour avoir l’immense honneur d’entendre la chose chez soi avec les grésillements si authentiques. Dès lors, l’album pouvait faire office de relique, le genre de rondelle qui devrait imposer le respect quand on la porte autour du cou, un album qui fait revenir votre femme et élargit votre pénis. Assurément.

Donc une réédition du "Battle Hymns", in abstracto c’est juste une très bonne idée. J’étais déjà en train de pianoter sur AMAZON en hurlant « Heavy Metal Heavy Metal Daaazze » quand un léger doute m’envahit. Vu ce qu’est devenu MANOWAR depuis 1995, un petit DL pour emmerder HADOPI et vérifier deux trois trucs, on ne sait jamais.
Et maintenant, je sais.
Horreur et stupéfaction : cette réédition est mauvaise.

Il y a une force imprécise, aride et viscérale qui balaie les vieux albums de Metal. Une forme de mystique qui se nourrit de la poussière de votre étagère et d’espace-temps qui fait que "British Steel" en 1980 ce sera jamais la même chose que "Nostradamus" en 2010. Peut-être ce phénomène est-il lié à la « flamme » que nos artistes ont réussi à insuffler à l’époque ? Ou l’inspiration qui s’étiole au fil des ans et qui rend les choses si fades en comparaison ? Toujours est-il que les rééditions des albums cultes sont par nature vouées à l’échec, car elles ne peuvent pas retranscrire la force véritable de l’œuvre originale. Il manque ce contexte qui rendait les choses magiques.

Dès lors, la moindre modification, le moindre arrangement en plus ou en moins, le moindre mixage de trop s’apparente à une vilaine tache, amoindrit le riff absolu et assagit le cri perçant. C’est ainsi. Que ce soit "Rust In Peace" ou "Bonded By Blood", l’entreprise est vouée à l’échec. Et ce "Battle Hymns" n’échappe pas à la règle. Les quelques notes, le relooking « sonore » en font un autre album, un album par définition moins fort (seule la nouvelle version de "Shellshock" a su garder sa force originelle). Quelques détails, mais qui font toute la différence. Comme cette nouvelle version du titre-éponyme, il y a 30 ans ADAMS à lui tout seul faisait vaciller le ciel, là où la basse de DE MAIO à elle seule donnait du courage à n’importe qui ; en 2010 il ne reste plus grand-chose de ce côté épique. "Battle Hymns" est devenu presque un titre comme un autre, c’est aussi ça la magie des rééditions.

Comme pour noyer un peu plus le poisson, MANOWAR a eu la bonne idée de nous coller deux morceaux Live de l’époque, sortis du tiroir du vieux placard de tonton DE MAIO sans doute. Inaudible, anecdotique, inutile. Derrière les grésillements et le vacarme, on perçoit la puissance de feu MANOWAR. On aimerait faire un petit tour de DELOREAN (**) pour assister à ce show en 1982, à cette époque où le groupe jouait en slips en cuir sans douter de rien avec un répertoire de même pas 10 titres. Mais c’est pas possible. Faute de mieux, vous pouvez investir dans ce nouveau testament du groupe.

Pour ma part j’envisage de casser mon PEL pour acquérir l’original, ça me fera moins mal au cul quand je l’écouterais.


Note : 2/5.



(*) J’aurais bien fait une petite comparaison avec un certain "R&W" d’ACCEPT mais je serais presque HS. Donc du coup, je me contente d’un astérisque en guise de clin d’œil.
(**) Mais si, souvenez-vous dans « Retour vers le Futur »…

A lire aussi en HEAVY METAL par CANARD WC :


AVENGED SEVENFOLD
The Stage (2016)
Trop tard pour découvrir le meilleur album 2016 ?

(+ 2 kros-express)



WASP
Wasp (1984)
Heavy-demment culte.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Eric Adams (cris de guerre)
- Karl Logan (guitare de feu)
- Joey Demaio (basse assassine)
- Donnie Hamzik (thor incarné)


1. Death Tone
2. Metal Daze
3. Fast Taker
4. Shell Shock
5. Manowar
6. Dark Avenger
7. William's Tale
8. Battle Hymn
9. Fast Taker' Live 1982
10. Death Tone' Live 1982



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod