Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (20)
Questions / Réponses (1 / 7)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Custard, Virgin Steele, Majesty, Domine, Steel Attack
- Membre : Shakin' Street, Ross The Boss, Jack Starr's Burning Starr , Fabienne Shine
 

 Site Officiel De Manowar (1562)

MANOWAR - The Lord Of Steel (2012)
Par CANARD WC le 5 Août 2012          Consultée 13512 fois

Bonne nouvelle : MANOWAR a arrêté de faire du symphonico mon cul et nous dispense d’interludes à la mords-moi-le-nœud.

Mauvaise nouvelle : c’est toujours de la merde. Du Heavy merdique, laborieux, médiocre. Le cauchemar.




Voilà, j’en ai ma claque. Sans déconner, ami lecteur, je vais finir par en faire un ulcère. J’ai écouté au moins 30 fois « Lord of parpaing » en essayant d’y trouver quelque chose, quelques points de ralliement. Et j’y suis pas arrivé, j’y arrive pas. Je vais être obligé d’effacer le fichier de mon disque dur, lui réserver le même sort qu’un vulgaire nouvel album de DREAM THEATER. « Lord of asphalte » est très mauvais, insipide, sans émotion, sans inspiration. Du réchauffé - pousse-toi de là que je m’y mette - de Heavy ignoble qui ne fera illusion que chez les fans les plus cons. Dire qu’il y a même pas une poignée d’années, j’envisageais de me faire tatouer le marteau de "Sign Of The Hammer" sur le bras…

Donc le problème, c’est de n’avoir rien à dire mais de le dire quand même pour occuper l’espace intersidéral du vide spatial même que personne ne vous entend crier. IRON MAIDEN nous a récemment fait le coup avec son "Final Frontier" super plat, mais avec tout son savoir-faire. MANOWAR a fait pire : nous faire croire en un retour au Heavy premier pour finalement nous servir une soupe infâme.

Je me revois encore me délecter des premières infos… 10 titres pour 47 minutes : le bon timing, pas de Heavy en grande pompe ni d’instrumentale à dormir debout façon « Achille mon cul sur la commode » (souvenez-vous sur "The Triumph Of Steel"). Les titres des chansons ravageaient tout, MANOWAR présentait patte blanche :

- "Hail, Kill And Die" : ça sentait pas le putain de clin d’œil ? Putain mais rien que d’entendre une suite au titre originel de "Kings Of Metal", j’en faisais pipi dans ma culotte.
- "Annihilation" : sans déconner, ça rigole pas comme titre aussi.
- Y avait de l’énigmatique comme "El Gringo". On se demandait bien ce que ça allait être.
- Puis, le jeu de mot "MANO-WARRIORS" : génial, non ?
- J’imaginais que "Black List" serait une liste officielle des groupes de falses, une sorte de « liste noire » du Metal. Ça aurait fait un super clin d’œil avec "Black Arrows" (sur "Hail To England") : "Let each note I now play/ be a black arrow of death/ sent straight to the hearts / of all those who play false metal".

Bref, ça sentait bon. Sur le papier. J’avais l’espoir. MANOWAR allait enculer tout le monde : IRON MAIDEN, ACCEPT, JUDAS… Ils se hisseraient au plus haut niveau et tout le monde serait obligé de les respecter.

AH AH AH AH
(rire fantomas)

Dans le cul, Canard. Évidemment.

Le problème majeur : l’inspiration. Une absence totale d’imagination. « Lord of graviers » est aussi expressif qu’un extincteur. Eric ADAMS n’y croit pas deux secondes, il fait sa grosse voix et balance ses lignes de chant grotesques mais personne n’est dupe. Il est deux tons en dessous d’un "Louder Than Hell" (qui est rappelons-le le dernier bon album de MANOWAR), pas de vibrations, pas de poils du bras qui se hérissent. Bande-mou comme un téléfilm érotique de deuxième partie de soirée. Ce même chanteur qui avait réussi à arracher une larme à tous les hardos de la terre sur "Defender", l’homme capable d’insuffler plus de rage en un seul titre que tous les groupes de Black Metal réunis (souvenez-vous "Hail & Kill" - le VRAI), ce chanteur merveilleux capable de faire vaciller le ciel de son timbre, tel Thor avec son marteau… Bref ce même Monsieur ADAMS chante en remplissant sa déclaration d’impôt. Pas d’émotion, zéro feeling. Incroyable. Sur le seul titre « séquence émotion » de l’album ("Rightous Glory" : je cite l’odieux), alors qu’Eric ADAMS se décide ENFIN à mettre un bout de couille, c’est ennuyeux et ça n’atteint même pas le niveau d’un "Sword In The Wind" (qui était déjà assez honteux dans le genre). La messe est dite, je ramasse mes billes. Faute de gout – ou effet pervers voulu – le mixage est déplorable. La basse de tonton DI MAIO donne mal au crâne (partenariat avec DOLIPRANE en cours). Alors les grondements d’ADAMS et les riffs « made in MANOWAR » sont au final autant de cache misère pour cet album d’une absolue impuissance. Si vous enlevez le riff de basse, le timbre forcé d’Eric : MANOWAR est aussi inoffensif qu’un claque-doigt.

Le pire la-dedans, c’est qu’il y a sûrement une certaine sincérité derrière ce merdier. MANOWAR a sans doute voulu bien faire. Ils ont voulu faire fort et ils y croient à leur Heavy pur et inoxydable. Et ça fait « PLOUF » sans qu’ils s’en rendent compte. Ils vont être fiers, continuer à se croire les derniers bastions de la True Attitude. Sauf que depuis son bac à sable, MANOWAR ne tue plus rien du tout. Leurs bombes ont des allures de crottes de nez. Quelque part, cette absence de recul est autant à mettre au crédit / débit de leur « Lord of béton armé ».

Venant de la part d’un groupe qui déclarait sans ciller des trucs comme :

"We believe in the power and the might"
"Other bands play - Manowar kill"
"Heavy metal or no metal at all wimps and posers leave the hall / go on get out"


Ça fait très mal au fion.

Résultat des courses : dix ans plus tard, MANOWAR est aussi puissant qu’une tisane à la camomille, ne tue plus rien du tout et fait partie des tapettes qui doivent quitter la salle de toute urgence. Triste et touchant. C’est tout ce qu’on peut leur concéder en 2012. J’aurais aimé via cet angle de la « conne sincérité » lâcher un 2/5 gorgé de respect, de contexte et tout le bordel. Car contrairement à un "Death Magnetic" pourri jusqu’à la moelle, MANOWAR n’a pas l’intelligence suffisante pour prendre ses fans pour des cons. Dès lors, si « Lord of ciment » est fondamentalement nul, il est au moins pathétiquement sincère.

Et j’ai envie de pleurer.


Note : 1/5.


Morceau préféré : pfff.
Morceaux ratés : tous.

A lire aussi en HEAVY METAL par CANARD WC :


ACCEPT
Restless And Wild (1982)
Du heavy metal comme on n'en fait plus (sigh)...

(+ 1 kro-express)



IRON MAIDEN
Maiden England '88 (2013)
Maiden, quand c'est bon, c'est très bon.


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   ERWIN
   GEGERS
   SHUB-NIGGURATH

 
   (4 chroniques)



- Eric Adams (braillements)
- Karl Logan (gratte moi le dos)
- Joey Demaio (basse bourdonnante)
- Donnie Hamzik (boum boum tchak thack)


1. The Lord Of Steel
2. Manowarriors
3. Born In A Grave
4. Righteous Glory
5. Touch The Sky
6. Black List
7. Expendable
8. El Gringo
9. Annihilation
10. Hail Kill And Die



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod