Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  COMPILATION

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Machine Head, Infernoise, Lowdown, Exhorder, Biomechanical, Hertz & Silence, Kristendom
- Membre : Jerry Cantrell , Philip H. Anselmo & The Illegals, Arson Anthem, Necrophagia, Crowbar, Down, Damageplan, Viking Crown, Hellyeah
 

 Site Officiel Du Groupe (555)
 Myspace Du Groupe (511)
 Chaîne Youtube (323)

PANTERA - Reinventing Hell (2003)
Par FENRYL le 2 Juillet 2008          Consultée 4612 fois

Du temps... Il m'en aura fallu... pour me relever...

Je n'ai jamais eu un tempérament bagarreur, comme diraient certains pour pudiquement avouer leur incapacité à se battre... et à ramasser une bonne branlée. Aussi suis-je incapable de vous décrire l'effet d'un direct en pleine tronche ou la douleur cinglante d'un poing vous comprimant violemment l'estomac.
PANTERA est un groupe qui m'a permis de connaître ses terribles sensations. A ce titre, « Vulgar Display of Power » est un album cultissime à mes yeux et son artwork n'a jamais été aussi évocateur du contenu d'un disque: un véritable skeud en pleine face, ravageant os et cartilages du visage et saccageant l'ensemble. Bénéfique et initiatique à titre personnel.
Deuxième temps: 8 décembre 2004. Le groupe, dissout depuis 2003, m'offre la terrible sensation de me plier en deux, terrassé par la douleur. « Dime » Darrel n'est plus. Assassiné par un pseudo fan lors d'un concert de DAMAGEPLAN... Je suis littéralement dévasté par la nouvelle.
Et seul le temps a pu faire son oeuvre pour tenter de faire cicatriser cette vilaine plaie...

Rideau...

Comme HELLYEAH ou la thérapie de Vinnie Paul, son batteur de frangin, en 2007, je décide petit à petit de retoucher à cette came qu'était jusque là PANTERA... Et le souci de mémoire m'assaille.
En effet, les plus jeunes autour de moi commencent à me demander qui est ce Dimebag, si PANTERA est un groupe référence, j'en passe et du pire... Y a pas à tergiverser, il faut rallumer la flamme. Et ce « Reinventing Hell » est un produit type Methadone, qui tombe à pique.
Il s'agit bien évidemment d'un best of regroupant les meilleurs titres du groupe tirés de leurs albums studio (attention, track list EU différente du pressage ricain).
Comme d'habitude, on pourra se féliciter de la présence des titres entrés au Panthéon des hymnes thrash du siècle passé: le titre éponyme du second album, « Cemetery Gates », « Mouth for war », « Walk », « Fucking Hostile » (putain, cette fin ! Eneuuurme !), « I'm broken », pour ne citer qu'eux. On regrettera quelques oublis surprenant, à mes yeux (mais pourquoi diable ne pas avoir placer « The Great Southern Trendkill » et l'énorme « Yesterday don't mean Shit » par exemple ?).
PANTERA, c'est un gratteux référence, novateur à sa manière, avec un style et un jeu caractéristique et reconnaissable entre mille: l'abus d'harmonies artificielles à outrance n'est pas mauvais pour la santé ! Dime a véritablement insufflé un « je ne sais quoi » dans la pratique de son instrument que tous les guitaristes dignes de ce nom se doit de reconnaître.
Ajouter à cela un frangin martelant comme un doux dingue ses fûts à coup de double et sa cowbell et un bassiste aussi discret qu'efficace face aux fortes personnalités et vous obtenez un fameux mélange... explosif quand on recouvre d'un chanteur charismatique, doté d'un égo conséquent et de quelques addictions... PANTERA, jusqu'à cette année 2003, c'est une dream team qui explose en plein vol (même si il faut bien reconnaître que depuis quelques temps, le mal couvait...). Des compositions sèches comme un coup de trique, un chant rageur, des notes sortant d'une DEAN dont les six cordes sont maltraitées à l'extrême... PANTERA, ça dévaste !

Histoire de rendre notre bonheur complet, on retrouve judicieusement placé dans le boitier un DVD regroupant les clips et deux prestations live du groupe. Rien à redire, j'aime ce genre de « p'tit plus », qui permet de retracer, images et sons à l'appui, le parcours d'un quartette sidérant (regardez la tronche de gamin de Phil sur « Cowboys » et savourez ses évolutions de look, avec entre autre, « Revolution is my name » version clodo grunge !)

Au final, vous ne connaissez pas PANTERA (putain, mais vous vivez dans quel monde ?!) et vous voulez désormais découvrir ce monument ? Ruez vous sur ce produit les yeux fermés. Vous ne serez assurément pas déçus.
Les trve fans ? Bah, tout pareil les mecs ! On savoure, on déguste et on a une immense pensée pour un mec parti bien trop tôt dont j'aurais voulu connaître les évolutions et ses opinions sur la musique actuelle et à venir. Une fois encore, R.I.P Dime...

« Believe the word.
I will unlock my door...
And pass the cemetery gates. »


Verdict: 4,5/5.

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


ONSLAUGHT
Live Damnation (2009)
Live burné et efficace !




DESTRUCTION
Infernal Overkill (1985)
Une œuvre référence dans l'Histoire d'une naissance


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Phil Anselmo (chant)
- Dimebag Darrell (guitare)
- Vinnie Paul (batterie)
- Rex (basse)


- Disque 1
1. Cowboys From Hell
2. Domination
3. Cemetery Gates
4. Mouth For War
5. Walk
6. This Love
7. Fucking Hostile
8. Becoming
9. I'm Broken
10. 5 Minutes Alone
11. Planet Caravan
12. Drag The Waters
13. Where You Come From
14. Revolution Is My Name
15. Immortally Insane
16. The Badge

- Disque 2 (bonus Dvd)
1. Cowboys From Hell
2. Psycho Holiday
3. Cemetery Gates
4. Mouth For War
5. This Love
6. Walk
7. 5 Minutes Alone
8. I'm Broken
9. Drag The Waters
10. Domination (live)
11. Primal Concrete Sledge (live)
12. Revolution Is My Name



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod