Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (4 / 13)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Crash Kelly
- Membre : Tygers Of Pan Tang, Wami
- Style + Membre : Gary Moore , Msg

THIN LIZZY - Johnny The Fox (1976)
Par THE BLUE OYSTER le 1er Décembre 2010          Consultée 4448 fois

Il en aura fallu des années et des albums pour que THIN LIZZY accède enfin à une certaine reconnaissance. Pas moins de cinq disques sans toucher les charts, il faut avoir du courage pour persévérer. Phil Lynott n'a pas baissé les bras, avec le recrutement de Brian Robertson et Scott Gorham à la guitare, le groupe a réellement progressé et en 1976 l'album "Jailbreak" s'avère être la consécration de ces cinq années sur la route. Avec "Fighting", le groupe avait à peine chatouillé les charts, avec "Jailbreak" le hard rock s'est trouvé un nouveau groupe phare de la deuxième vague des années 70. Aujourd'hui cet album est encore considéré comme un classique.

"Jailbreak" ouvre peut être enfin les portes du succès au groupe mais celui-ci n’est encore que relatif par rapport aux mastodontes émergeants comme BLUE ÖYSTER CULT, AEROSMITH ou encore KISS à cette époque. Pourtant THIN LIZZY avait toutes les cartes en main pour conquérir davantage le large public américain mais cruel destin, Phil Lynott tombera malade en pleine tournée US, l’annulation du reste de cette tournée empêchera les irlandais de promouvoir leur dernière création outre-Atlantique... C’est pendant sa convalescence que le groupe va commencer à composer ce "Johnny The Fox" qui sortira la même année.

L'album est sorti seulement sept mois après "Jailbreak", il lui ressemble donc beaucoup. Le groupe maitrise entièrement ses morceaux hard rock, déroulés avec une efficacité et un feeling toujours aussi incroyables. Par exemple "Johnny" et "Rocky" pourraient très bien figurer sur le disque précédent, leurs riffs sont excellents, millimétrés tout en restant accrocheurs. Le groupe fait encore preuve de prouesses mélodiques dans l'utilisation de ses deux guitares, parfaitement complémentaires, avec un feeling renvoyant au placard bon nombre de groupes de rock. Scott Gorham et Brian Robertson entremêlent leurs guitares avec inspiration et sans en faire trop, tout en conservant ses origines dans les vertes prairies irlandaises. La beauté de "Fools Gold" ou encore de "Old Flame" ne peut laisser indifférent. Ces compositions sont de parfaits exemples de la réussite mélodique des deux guitares jouées à la tierce. A noter niveau innovation le très bon "Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed" avec sa construction funky et son chant très rap comme l'avait fait AEROSMITH un an plus tôt avec "Walk This Way". Ce qui était novateur à l'époque.

Malgré les excellents titres cités plus haut, "Johnny The Fox" est généralement considéré comme moins bon que son prédécesseur parce qu'il contient moins de classiques. Toutefois il est impossible de considérer ce disque comme mineur dans la discographie du THIN LIZZY, ce serait oublier ses deux classiques : le magnifique "Don't Believe A Word" qui reste un des meilleurs titres du groupe (il est d'ailleurs le single de ce disque) et l'intense "Massacre" qui prend littéralement aux tripes. "Sweet Marie" et "Boogie Woogie Dance" sont des titres moins éclatants mais restent d'un niveau très correct tout de même. Sans doute la raison pour laquelle l'ensemble n'atteint pas la perfection.

Malgré ses grandes qualités, "Johnny The Fox" ne jouit pas d'une grande reconnaissance dans la discographie de THIN LIZZY. Coincé entre les deux monstres que sont "Jailbreak" et "Bad Reputation" il parait plus léger, moins flamboyant et peine donc beaucoup à respirer. Que son honneur soit lavé, il reste un album très attachant et pourvu de belles pépites même s'il s'avère moins ultime au final. Phil Lynott remis sur pied, le groupe va avoir une seconde chance sur le territoire américain avec une tournée en première partie de QUEEN à la clé. Ce pays que notre cher et regretté bassiste va tenter de conquérir tout au long de sa carrière.

A lire aussi en HARD ROCK par THE BLUE OYSTER :


Ted NUGENT
Free-for-all (1976)
Il fut un temps où ce con cassait la baraque !




CRASHDÏET
The Unattractive Revolution (2007)
Hard sleaze séverement burné


Marquez et partagez




 
   THE BLUE OYSTER

 
   THIERRY

 
   (2 chroniques)



- Brian Downey (batterie, percussions)
- Scott Gorham (guitares)
- Phil Lynott (basse, chant, guitare acoustique)
- Brian Robertson (guitares)


1. Johnny
2. Rocky
3. Borderline
4. Don't Believe A World
5. Fool's Gold
6. Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed
7. Old Flame
8. Massacre
9. Sweet Marie
10. Boogie Woogie Dance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod