Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Aura Noir
- Membre : Hellfest Open Air Edition
- Style + Membre : Cronos
 

 Site Officiel Du Groupe (638)

VENOM - Cast In Stone (1997)
Par AAARGH le 22 Mars 2008          Consultée 4154 fois

VENOM, le premier groupe qui a associé le marketing à la production d’albums. Une imagerie, un discours étudié, une attitude. Rien n’est laissé au hasard! Retour sur la genèse d’albums chez VENOM.
/Flashback Brainstorming 1981
Cronos : « Une tête de bouc dans un pentagramme, ça le fait pour dire qu’on est des méchants ? ».
Mantas « Waouh ! Ouais, man ! C’est carrément trop occulte ! »
Chronos « Cool ! Euh, je veux dire : Hell yeah ! Tony, si on te le demande, t’es sataniste ! »
Abaddon : « Ok ! Pas de souci, tant que ça fait parler de nous ».
/Flashback off

C’est d’ailleurs dans cette démarche marketing que le titre et la pochette de cet album de 1997 sont trouvés.. Il fallait trouver un concept qui permette de tirer avantage de la confusion mentale dans laquelle les gens seraient plongés face au titre et à la pochette du nouvel album!
/Flashback Brainstorming 1997
Cronos : « Bon, il nous faut un nom porteur… Réfléchissons ! Si je dis "Hard rock", vous pensez à quoi ? ».
Mantas « In Rock de Deep Purple ! Hey, on a qu’à faire à peu près la même pochette, le mont Rushmore avec nos gueules»
Cronos « Cool ! Euh, je veux dire : Hell yeah ! Mais il faudra changer un peu le titre et la pochette pour éviter les procès pour plagiat… Tony, si on te le demande, le nouvel album s’appelle « Cast in stone » ! »
Abaddon : « Ok ! Pas de souci, tant que ça fait parler de nous ».
/Flashback off

Voilà, ami lecteur, l’horrible vérité vient de t’être révélée. Pourtant « Cast In Stone » est bourré de qualités ! Le line-up originel qui ne se met plus de coup de boules, un statut culte, un !
La prod qui fait sortir VENOM du son garage band avec le micro pour la prise de son qui n'est plus à l’extérieur du dit garage… Et… Et c’est déjà ça !
Pour le reste, VENOM reste VENOM, Cronos chante avec sa voix éraillée, les morceaux n’atteignent pas des summums de technique, pourtant il est indéniable qu’il y a quelque chose dans cet album. Tout du moins en partie…
Il y a un gros trou de la moitié jusqu’au trois quarts de l’album, qui ne vire pas dans le mauvais mais les compositions se complaisent dans l’insipide.

« Cast in stone » aurait-il gagné à être plus concis ? Assurément! Les ambiances sont variées, des tempos différents d’une chanson à l’autre.
Entre le mid-tempo d’ouverture « The evil one » avec son changement de mélodie vocale, « Raised In Hell » qui nous ramène à un « Witching Hour », « Swarm » avec son break aérien et planant ou encore « Domus Mundi » avec son ambiance lourde et cette voix (« I win ») qui ressemble à celle m'annonçant que je venais de prendre une volée à Chessmaster… Les idées sont là, pas de quoi crier au génie mais c’est un VENOM honnête et appliqué qui se présente à nous.

Et puis il y a des surprises, sur « All Devils Eve » avec la partie la plus technique de batterie de toute la carrière d’Abaddon :17 sec de roulement de caisse claire !
Mais la vraie surprise de l’album c’est la power ballade « Destroyed & Damned », Cronos chante, si si si ! C’est vrai ! Bon, ça dure moins de 2 minutes et le morceau, même s’il se « normalise », reste un instant de sensibilité qui dénote, surtout que Cronos remet ça à la fin.

Il y a avait-il trop de bonnes volontés ? L’album est à moitié convainquant. Les morceaux ne sont pas imparables. D’ailleurs il n’y en a franchement pas un qui s’apparente au titre qui tue. Un album de retour au line-up originel qui aurait pu être bon et relativement « surprenant » sur certains points pour du VENOM mais qui ne s’avère que quelconque. L’ironie étant que le 2ème CD, le bonus, peut paraitre meilleur, alors qu’il n’est qu’un réenregistrement de vieux titres. L’Enfer est pavé de bonnes intentions.



En résumé : Une reformation d’un groupe mythique. Une bonne prod. Des compos variés, des idées sympas, pas de grand moments forts, un grand creux. Un album de reformation avec un joli cadeau tout mignon des vieux titres de VENOM réenregistrés avec un son qui redonne un coup de jeune à ces morceaux (Warhead, Manitou, etc…)




Le morceau où Cronos tient les notes : « bleeding »
Le morceau avec sample du jeu vidéo chessmaster : « Domus Mundi »
Le morceau qui va vite : « Raised In Hell »
La power ballade : « Destroyed & Damned »

A lire aussi en HEAVY METAL par AAARGH :


MASTERPLAN
Masterplan (2003)
Une leçon de maître




HELLOWEEN
Perfect Gentleman (1994)
Un EP qui vaut le coup !?!


Marquez et partagez




 
   AAARGH

 
  N/A



- Cronos (bass/vocals)
- Mantas (guitar)
- Abaddon (drums)


1. The Evil One
2. Raised In Hell
3. All Devils Eve
4. Bleeding
5. Destroyed & Damned
6. Domus Mundi
7. Flight Of The Hydra
8. God's Forsaken
9. Mortals
10. Infectious
11. Kings Of Evil
12. You're All Gonna Die
13. Judgement Day
14. Swarm



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod