Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY THRASHY  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1981 Welcome To Hell
1982 Black Metal
1984 At War With Satan
1985 Possessed
1987 Calm Before The Storm
1989 Prime Evil
1990 Tear Your Soul Apart
1991 Temples Of Ice
1992 The Waste Lands
1997 Cast In Stone
2000 Resurrection
2006 Metal Black
2008 Hell
2011 Fallen Angels
2015 From The Very Depths
 

- Style : Aura Noir
- Membre : Hellfest Open Air Edition
- Style + Membre : Cronos, Venom Inc.
 

 Site Officiel Du Groupe (791)

VENOM - Storm The Gates (2018)
Par T-RAY le 11 Février 2019          Consultée 1279 fois

“Prendre d'assaut les portes.” Celles de l'Enfer, faut-il comprendre. Allons bon. L'ambition est certainement galvaudée. Parce que c'est quoi, ça ? À part le onzième album studio de la carrière de VENOM, qui ne sonne absolument pas aussi diabolique qu'il le voudrait. Une tentative de rejouer les débuts du groupe ? Ou de reprendre le flambeau de MOTÖRHEAD ? Parce qu'il y en a, du simili-MOTÖRHEAD sur ce disque. Cronos nous fera-t-il croire que feu le leader du groupe auquel sa formation était la plus comparée au début des années 1980 s'est réincarné dans ses compositions ? Bref : on est en 2018 et VENOM se remet à sonner comme il y a plus de trente ans. Avec une production aussi approximative, sinon pire – voix et caisses/toms sous-mixés, cymbales trop en avant, guitares crado – et des morceaux qui sentent bon (ou mauvais, c’est selon) les chutes de studio de l'époque "Possessed" qui, lui-même, signait déjà une sérieuse baisse d'inspiration et de qualité sonore par rapport aux trois premiers albums studio du trio.

Ici, la baisse d'inspiration se mesure par rapport au regain affiché dans ce domaine par VENOM sur ses deux précédents opus : "Fallen Angels" et "From The Very Depths". Pour la première fois depuis de trop longues années, la formation menée par l'inénarrable Conrad “Cronos” Lant semblait enfin avoir retrouvé les clefs de la modernité. En termes de son comme de composition, même si sur ce second point, la notion de modernité s'avère très relative lorsqu'il s'agit de VENOM. Las : ces clefs-là, il les a encore paumées. Et l'on se retrouve donc avec des anachronismes du type "We The Loud", vraie-fausse suite de "Too Loud (For The Crowd)" beaucoup trop vintage VENOM, et MOTÖRHEAD-ienne par bien trop d'aspects pour être honnête. "100 Miles To Hell" lorgne lui aussi un peu trop du côté de l'ex-bande à Lemmy – à tort – côté vocaux. Et le riff Heavy Metal basique sur lequel est assis le morceau pourrait fonctionner s'il n'était pas aussi étiré et dilué.

Le pire, c'est que ces deux titres-là ne sont même pas nouveaux ! Avec "Beaten To A Pulp", ils sont issus de l'E.P. "100 Miles To Hell" sorti un an avant ce "Storm The Gates". Et autant ce côté VENOM à l'ancienne pouvait faire plaisir sur un gadget tel que l'E.P. en question, support idéal lorsque l'on veut se replonger dans le passé et donner à de vieux fans transis un petit goût de leur jeunesse, autant les reprendre sur un nouvel album tient de la fainéantise. Enfin, au moins ne dépareillent-t-ils pas sur un L.P. qui sent résolument les vieux tiroirs. Comment interpréter, sinon, une compo comme le morceau-titre, qui rejoue de manière un peu trop flagrante (et trop peu inspirée) la carte N.W.O.B.H.M. ? "Storm The Gates" apparaît comme une relique de 1981 tentant de pasticher ce dont les combos de Heavy de la scène british pouvaient être capables alors… Mais en moins bon, évidemment. Le staccato des guitares, l’up-tempo, la basse qui caracole… rien de tout cela ne sonne authentique. Ni sincère.

Mais même lorsqu'il calme le jeu et s'essaye au mid-tempo sombre, VENOM ne brille pas et, pire, se montre ennuyeux. "I Dark Lord", par exemple, emmerde son monde au bout de deux minutes alors qu'il en dure plus du double ! Et ne parlons même pas de la deuxième moitié de "Beaten To A Pulp", dont l'ambiance prétendument sinistre ne prend jamais... Dans ce registre lent et lugubre, seul "Destroyer", dont l'efficacité repose quasi intégralement sur la scansion de Cronos, parvient à tirer les marrons du feu. Ces vocaux : un gimmick parmi d'autres mais assurément l'un des plus efficaces dans la carrière de VENOM et ce sont souvent les titres où le gaillard est too much au micro que l'on s'amuse le plus. Ainsi en va-t-il du lourd, vicieux et revendicatif "Over My Dead Body" qui donne envie de hurler avec Cronos. Sans doute le morceau le plus “extrême” de l'album, mais aussi l'un des meilleurs.

De quoi donner à l'auditeur quelques élans de sympathie… Et l'amener à tolérer des morceaux qui paraîtraient banals sur les meilleurs opus du groupe mais qui, ici, font figure de points d'orgue. Comme le Heavy et thrashy "Notorious", doté d'un riff appréciable sur lequel on tape du pied sans déplaisir. Ou le brouillon mais délirant "The Mighty Have Fallen", où Cronos fait encore des siennes, vocalement parlant. Sans oublier le sérieusement Thrash "Immortal". Mais des riffs de qualité, en vérité, "Storm The Gates" en manque cruellement et comme il n'y a pas grand-chose pour donner le change en leur absence, hormis quelques refrains qui savent toujours être accrocheurs, le disque est médiocre. VENOM tape beaucoup trop dans son registre du début des 80s sans jamais en retrouver le soufre ni la vigueur. Or, aucun morceau ici, AUCUN, ne peut rivaliser avec ne serait-ce que les moins bons titres de "At War With Satan", dernier album de qualité de cet âge d’or.

Il est fort dommage d'ailleurs qu'accompagné des mêmes acolytes qui le secondaient sur les deux précédents albums studio, et qui étaient en grande partie responsables de leur solidité et de leur modernité, Cronos ait eu besoin de revenir à ce point dans le passé de VENOM. Danté et surtout Rage ne sont pourtant pas des manchots et ce dernier trouve tout de même l'occasion de nous gratifier de quelques soli bien sentis. Je pense notamment à ceux de "Immortal", encore, ou de "100 Miles To Hell", tout de même… Mais il aura fallu, avant de s'en rendre compte et de les apprécier, passer par un certain nombre de morceaux moyens, voire encore moins que ça ("Bring Out Your Dead", "Beaten To A Pulp", "Suffering Dictates"...), que la comparaison dessert. Ok, les über-fans du groupe britannique diront que ce onzième L.P. de la longue et cahoteuse carrière de VENOM n'est certainement pas aussi mauvais que ce que le groupe a produit de pire en quasiment quarante ans. Mais il est très nettement en-deçà de ce que le trio de Newcastle a proposé durant la décennie 2010.

A lire aussi en HEAVY METAL par T-RAY :


GATEKEEPER
Prophecy And Judgement (2013)
On est dans la Fantasy à l'ancienne, là !




GHOST
Ceremony And Devotion (2017)
Cérémonie œcuménique pour fans anciens et nouveaux


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Cronos (basse, chant)
- Rage (guitares)
- Danté (batterie)


1. Bring Out Your Dead
2. Notorious
3. I Dark Lord
4. 100 Miles To Hell
5. Dark Night (of The Soul)
6. Beaten To A Pulp
7. Destroyer
8. The Mighty Have Fallen
9. Over My Dead Body
10. Suffering Dictates
11. We The Loud
12. Immortal
13. Storm The Gates



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod