Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lizzy Borden, Traumatisme
- Membre : Quiet Riot
 

 Site Officiel Du Groupe (798)
 Myspace (407)

WASP - The Neon God Part 2 : The Demise (2004)
Par POULPI le 4 Janvier 2008          Consultée 5774 fois

Voila donc la suite du nouveau labeur made in WASP, THE NEON GOD. Alors que le premier opus se voulait grandiose, il pêchait malheureusement par une réalisation pas toujours à la hauteur, et un manque cruel de saveur. Et voila que déboule THE DEMISE, l’album bleu. Il a donc la lourde tâche de terminer l’histoire commencée durant ce premier volet et de remonter un peu le niveau musical du groupe.

Globalement, on pourrait dire que THE DEMISE est le penchant heavy de THE RISE. En effet, le groupe a mis la patate pour cette suite, et a accéléré le tempo sans arrière pensée. Les chansons sont donc beaucoup plus agressives, tout en restant dans le style WASP, si caractéristique. Seconde constatation, exit les interludes trop nombreux du premier opus, qui rendaient l’écoute de l’ouvrage parfois laborieuse. L’album en ressort bien plus homogène, et cela ne gêne cependant en rien le déroulement du concept.

On serait donc en droit de penser que le groupe à tiré des leçons des défauts de THE RISE, pour notre plus grand plaisir, mais pourtant, il faut se rendre à l’évidence : cet album souffre grosso modo des mêmes défauts que son grand frère. Pas la peine de s’éterniser là-dessus. Manque de nouveauté, impression de déjà vu (entendu, du moins...), tout y est. D’autant que certains thèmes musicaux sont directement repiqués sur THE RISE. Ainsi, on a droit en fin d’album au presque traditionnel medley, de quasiment un quart d’heure, reprenant les principales mélodies des deux opus. Trop long pour être marquant, c’est certain.

Pourtant, l’album contient lui aussi de très bonnes chansons, à l’image d’un « Come Back to Black », très entraînant, et au refrain très prenant. Le mid tempo « Clockwork Mary », avec son accélération finale et son solo, est lui aussi excellent. Pourtant, ces chansons sont noyées dans de la soupe, qui fait davantage figure de remplissage que de musique conceptuelle. Le son, volontairement vieillot, parait même parfois désuet, et rend encore plus monotone l’écoute de l’album. Voila comment un gage de qualité peut se transformer en épine dans le pied…

Difficile donc de ne pas s’ennuyer, au moins un peu, si ce n’est beaucoup, à l’écoute de cet album. Nul doute que la réalisation d’un double opus était trop orgueilleuse de la part de WASP après des années d’errance. Une seule production, rassemblant les meilleures chansons des deux, aurait été largement suffisant, et lui aurait donné une qualité tout à fait honorable.

Au final, on se trouve devant un album de heavy de qualité tout juste moyenne, où le vraiment bon côtoie le vraiment chiant. Cet opus, plus encore que le précedent, laisse un arrière gout très amer, et seuls les fans les plus acharnés pourront s’accrocher aux quelques bouées de sauvetage musicales contenues dans cet album, pour faire à nouveau vivre le mythe d’un WASP roi du heavy. Après cet échec, on est en droit de se demander si le groupe n’est pas tout simplement définitivement mort.
Heureusement, l’avenir nous prouvera que non….

En vrac :
- « Never Say Die » : titre d’ouverture, déjà très ennuyeux. Pourtant, on sent que le groupe fait son maximum… Et c’est bien ça qui est terrible…
- « Clockwork Mary » : première bonne surprise de l’album. Un mid tempo de bonne qualité, sans toutefois atteindre les sommets…
- « Come Back to Black » : LE hit de l’album. Bien qu’un peu seul au milieu du reste, difficile de ne pas tomber sous le charme de ce morceau très old school.
- « The Demise » : title-track lorgnant sur le premier opus, sans même en atteindre la qualité. Très représentatif du reste de l’album, malheureusement….

A lire aussi en HEAVY METAL par POULPI :


PRETTY MAIDS
Alive At Least (2003)
Un live pour tous publics




WASP
The Crimson Idol (1992)
Prosternez-vous...

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POULPI

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Blackie Lawless (guitare, chant)
- Darrell Roberts (guitare)
- Mike Duda (basse)
- Frankie Banali (batterie)


1. Never Say Die
2. Resurrector
3. The Demise
4. Clockwork Mary
5. Tear Down The Walls
6. Come Back To Black
7. All My Life
8. Destinies To Come (neon Dion)
9. The Last Redemption



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod