Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Illdisposed
- Membre : Hellfest Open Air Edition
 

 Site Officiel (595)
 Page Myspace Officielle (398)

OBITUARY - Xecutioner's Return (2007)
Par POSSOPO le 29 Septembre 2007          Consultée 7896 fois

Evidemment, cet album est mal noté. Evidemment, cet album, je ne l'ai pas aimé. Evidemment, je vais peiner à vous raconter grand-chose sur son contenu stricto sensu. Je pourrais toujours m'appuyer sur la chronique de "Frozen In Time", aussi parfaitement construite qu'incomprise par la moitié de son lectorat, piocher de ci de là quelques idées, trouver une accroche savante ou sociétale pour évoquer le phénomène OBITUARY. Mais je préfère, par manque d'inspiration, je vous l'accorde, l'option prosaïque.

OBITUARY effectue ici un deuxième come-back, c'est dit dans le titre. "Frozen In Time", c'était la volonté de montrer que l'artiste était resté égal à lui-même après quelques années de silence, que la formule qui lui colle à la peau depuis le référentiel "Slowly We Rot" n'a pas changé. Une sorte de gardien du temple, comme pourrait l'être DISMEMBER dans un style un soupçon plus étoffé. "Xecutioner's Return", c'est la deuxième couche censée réveiller un auditoire qui ne croit plus en ses anciens poulains. Alors changement de politique. Le monolithe tente de se bouger le cul. Et pouf, une pochette différente des précédentes. Le gore, les films d'horreur à bon marché, les paysages de ténèbres, c'est fini. En 2007, OBITUARY se met à l'heroic fantasy. Une heroic fantasy passablement violente et sinistre tout de même. Mais on sursauterait presque devant les couleurs vives du tableau signé Andreas Marschall (un habitué des pochettes metal ayant déjà travaillé avec les Floridiens). Et pouf (deuxième du nom), le line-up s'est fait bousculer. Alors là, c'est la révolution, on se croirait revenu au temps de "Cause Of Death" où James Murphy tricotait ses pulls en laine sur les rythmiques plombées du combo. Et pour cause, Allen West, le soliste attitré depuis les débuts croupit pour quelques temps en prison et laisse donc sa place à Ralph Santolla, un demi-James Murphy, qui a gratifié DEICIDE, DEATH et même ICED EARTH de ses prouesses digitales.

Et malin comme un singe, OBITUARY, qui sait bien que la nouveauté ne lui sied pas forcément si bien qu'à d'autres, nous fait passer en fin de compte un message très similaire à celui de "Frozen In Time". XECUTIONER n'est autre que le premier nom du groupe, celui des origines. Tout le monde aura compris où la famille Tardy aura voulu en venir. Tout le monde aura aussi saisi l'inanité d'un tel message, tant les évolutions du quintette n'ont jamais été perçues que par celui-ci.

Deux choix possibles pour appréhender le contenu du disque. Une attention particulière sur le travail du nouveau venu, avec décorticage des soli du guitar hero. Une prise de contact plus classique sans focus particulier. Comme il s'agit de raconter quelque chose, autant travailler du clavier sur les deux approches.
La première est passablement décevante. Ralph Santolla n'est guère prolixe. James Murphy avait déjà, en son temps, peiné à briller, noyé qu'il était sous les rythmiques de plomb de Trevor Peres, Frank Watkins et Donald Tardy. Le bon Ralph ne parvient pas non plus à s'extirper du magma sonore et poisseux délivré par les trois mêmes sauvageons. On trouverait bien ici de quoi pisser encore une ou deux lignes, l'homme n'étant pas non plus condamné au silence mais vraiment, ses interventions ne marqueront que les esprits les plus pointilleux et soucieux du détail. Un détail dont OBITUARY n'a jamais compris l'importance.
Reprenons l'écoute les oreilles relâchées et nous nous apercevrons que rien, décidément rien n'a changé ni ne changera jamais chez ce pionnier du death metal de Floride. Et les défauts depuis toujours présents chez l'artiste ressurgissent au bout de quelques minutes. BaazBaaz le disait si bien, les premières impressions groovy se muent rapidement en épuisement rythmique. Le même épuisement qui a fait tout le monde se désintéresser d'un animal qui ne fait plus peur à personne depuis très longtemps. Et une fois encore, BaazBaaz avait raison quand il affirmait qu'on ne devient pas une légende du death metal grâce à de simples gimmicks (une lourdeur affligeante, une densité rythmique rare, l'incontestable atout vocal et ce fameux déhanchement si personnel). Non mais voilà, "Xecutioner's Return", c'est comme avant mais en moins bien. Ajoutons la lassitude et le résultat devient rapidement (quelques courtes minutes, je vous dis) dormitif.

Voilà d'ailleurs que me vient à l'esprit la conclusion parfaite, OBITUARY, c'était toujours mieux avant. Comprenez, "Xecutioner's Return" est peut-être le pire album de l'histoire du quintette, loin derrière "The End Complete ", très loin derrière "Cause Of Death", si loin derrière "Slowly We Rot".

A lire aussi en DEATH METAL par POSSOPO :


SUPURATION
The Cube (1994)
Metal froid et novateur




SENTENCED
North From Here (1993)
Death metal


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- John Tardy (chant)
- Trevor Peres (guitare)
- Ralph Santolla (guitare)
- Frank Watkins (basse)
- Donald Tardy (batterie)


1. Face Your God
2. Lasting Presence
3. Evil Ways
4. Drop Dead
5. Bloodshot
6. Seal Your Fate
7. Feel The Pain
8. Contrast The Dead
9. Second Chance
10. Lies
11. In Your Head



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod