Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Endstille
- Membre : Aura Noir, SkuggsjÁ
- Style + Membre : God Seed, I, Ov Hell, Thorns, Trelldom, Abbath

GORGOROTH - Ad Majorem Sathanas Gloriam (2006)
Par POWERSYLV le 30 Juin 2006          Consultée 6703 fois

Nous sommes en 12 après la sortie du De Mysteriis Dom Sathanas de MAYHEM, toute la Norvège extrême est occupée par le black metal sophistiqué de DIMMU BORGIR ou SATYRICON. Toute ? Non ! Un petit trio résiste encore et toujours à l'envahisseur (toute ressemblance avec une quelconque œuvre littéraire serait purement fortuite). Son nom ? GORGOROTH. Sa quête ? La préservation d’un esprit “true” black metal qu’il estime corrompu depuis plusieurs années maintenant. Ah, c’est sûr que pour Gaahl, Infernus et King Ov Hell, elles sont loin les années où le monde regardait la contrée nordique comme l’héritière d’une musique sans compromis, brutale, sombre et blasphématoire, persuadé qu’un Armageddon sans nom allait arriver depuis ses sombres forêts norvégiennes pour mettre fin à la civilisation.

Et le groupe sait entretenir la polémique, et on se souvient de l’accusation portée au guitariste Infernus (le seul musicien du GORGOROTH d’origine finalement) par une jeune femme qui a déclaré que ce dernier l’avait agressé sexuellement. No comment, d'ailleurs Infernus et Gaahl sont encore à l'heure actuelle sous le coup de la justice. Il faut aussi noter à côté de l’activité GORGOROTH un fourmillement de projets, notamment du bassiste King Ov Hell : JOTUNSPOR avec Kvitrafn (ex- ... GORGOROTH), SAHG, AUDREY HORNE, groupe de ... post-grunge (!) du nom d’une des héroines de la série Twin Peaks de David Lynch. Ou encore le supergroupe I avec Abbath et Armagedda (IMMORTAL)et Arve Isdal (ENSLAVED). Tout un programme qui peut expliquer aussi ces 3 longues années sans nouvelle production. Et nous voici avec ce Ad Majorem Sathanas Gloriam au titre sans équivoque et à la pochette antique et animale.

Peu importe. GORGOROTH continue son combat avec un black old school qui sait se faire sombre, guerrier et accrocheur. La plupart des titres scotchent d’entrée et ne laisse pour seuls répits que quelques breaks savamment agencés (« Wound Upon Wound » qui ouvre les hostilités dans le feu et le sang, « God Seed ») et suivis de marches hostiles et cadencées (« Carving A Giant »). Félicitations à Frost (SATYRICON, 1349), batteur "non-officiel" du groupe qui assure ici les rythmiques des plus posées aux plus sauvages. GORGOROTH évolue effectivement sous forme de trio depuis le départ de Kvitrafn. Un des titres qui se fait remarquer assez vite dès les premières écoutes est « Sign Of An Open Eye », mid-tempo magnifique et plutôt lent pour le groupe, qui instaure une atmosphère pesante et malsaine. Surtout lorsque une voix venue des limbes commence à psalmodier en filigranes. Terrible.

Terrible également cet apocalypse sonore, véritable bouillie de plaisir et black metallique dans toute sa fureur : car violence et noirceur cohabitent sur un « White Seed » implacable qui fait froid dans le dos, mais qui évolue ensuite en un mid-tempo qui n’est pas sans rappeler les marches conquérantes et glaciaires d’un IMMORTAL ... avant un retour à un orgasme sans nom où des voix crient depuis les abysses. D’ailleurs, l’équilibre entre tempos rapides et plus lourds est bien respecté je trouve, on n’a pas ici affaire à un disque linéaire style Panzer Division Marduk et c’est tant mieux car on ne s’ennuie pas. La suite est une succession de black pur jus mais bien executé, avec « Exit » et surtout « Untames Forces » où encore une fois le batteur bât ses fûts à tout rompre (combien a-t-il de bras ce mec ?) malgré une accalmie au cours du morceau. « Prosperity And Beauty » (non, GORGOROTH n’a pas décidé de faire du NIGHTWISH) est un long morceau qui s’incrit dans un registre plus épique encore une fois proche d’IMMORTAL.

Puissant, véloce, précis avec ses atmosphères à couper au couteau et des riffs true black qui ne le sont pas moins, Ad Majorem Sathanas Gloriam contentera ceux qui désespéraient de ne plus avoir de nouvelles « musicales » de leurs peinturlurés préférés, et s’ajoute aux 6 autres oeuvres de GORGOROTH. Un disque terrible qui confirme (mais en était-il encore besoin) que le combo reste une valeur sûre d’un black old school redoutable, violent et conquérant. Et ce n’est pas demain que ça changera. Un très bon moment. Alors la prochaine fois, un live ?

A lire aussi en BLACK METAL par POWERSYLV :


MARDUK
Rom 5:12 (2007)
Entre ambiances funestes et guerre totale : un mus

(+ 1 kro-express)



DARK FUNERAL
De Profundis Clamavi Ad Te Domine (2004)
La puissance de feu de dark funeral en live


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Gaahl (chant)
- Infernus (guitare)
- King Ov Hell (basse)


1. Wound Upon Wound
2. Carving A Giant
3. God Seed (twilight Of The Idols)
4. Sign Of An Open Eye
5. White Seed
6. Exit
7. Untamed Forces
8. Prosperity And Beauty



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod