Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (2 / 7)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



SUFFOCATION - Pierced From Within (1995)
Par MOX le 27 Août 2006          Consultée 6896 fois

L’erreur n’est pas répétée, le son de ce nouvel album est autrement plus satisfaisant que celui de « Breeding the Spawn ». Le chant, lui aussi, est plus satisfaisant. En fait, c’est l’album entier qui est satisfaisant. L’évolution suivie par le groupe tendait à incorporer dans leur musique davantage d’éléments techniques ; nécessairement on peut craindre d’y perdre un peu en violence, observant la formation se séparer des groupes extrémistes, brutaux de A à Z, linéaires. En vérité, cette crainte est infondée, le chemin que suit ici Suffocation ne communique à aucune occasion avec celui des confrères, pourtant il leur est parallèle.

Pendant qu’on prépare une tarte à la rhubarbe, le CD est inséré (pas dans la tarte). L’oreille habituée reconnaît le chant, toujours étouffé, quelques guitares grésillantes et véhémentes, un son lourd qui, pourtant…s’améliore certes mais tend à l’éclaircir, contrairement aux efforts précédents. On n’échappe parfois pas à une note stridente ou perçante, même. Bon…la batterie diffère un peu, le jeu est encore plus varié (plus tard on apprendra qu’il y a eu changement de batteur, tout bonnement), pas de quoi s’affoler, on malaxe sa pâte. Les breaks arrivent, les contre-breaks, puis par-dessus : un pont commandé par un riff un peu difficile… « Ah ouais, quand même »…L’assaut se répète, les accélérations profitent du son, les ralentissements suivis en font autant. Le blast-beat hypnotise autant que la double, ralentie peu après, pétrifie par son rendu aussi tout-puissant que la cloche du beffroi. Le festival technique débute, on expire, abasourdis, à chaque occasion.

Il n’y a pas vraiment de structure et comme déjà entamé sur « Effigy of the Forgotten », Suffocation renchérit sur ses propres coupures, incapable de résister à l’envie d’anéantir chaque riff pour le remplacer. Ce sera un break à la basse, parfaitement audible et au groove remarquable, un solo abusant du vibrato et parfois comparable à ceux dont sont friands les groupes de metal progressif sous toutes ses formes…Je le dis, oui, « Pierced From Within » a quelque chose de progressif tant il est enchevêtré. Tout se suit, mais dans une logique qui déroute obligatoirement au départ. De surcroît, Suffocation est, quasiment de bout en bout, génial. Les variations stimulent sans cesse la concentration, les repères simples et efficaces créent des havres de paix parmi l’hostilité omniprésente, but du chemin que suit la formation américaine, ce même but, finalement, que tous les autres brutaux de la planète.

Ce côté-ci n’a pas disparu. Quoiqu’entourée de passages plus « expérimentaux », la violence prend tout autant d’ampleur, et le son file son propre coup de paluche…Les écoutes aidant, on participe au bordel en accompagnant les rythmiques plus simples, demeurées terriblement entraînantes, menées par la basse groovy et la batterie. Impossible de ne pas dodeliner de la tête, ou de ne pas taper sur ses genoux. L’avancement est anthologique, je lâche les mots imposants, la succession de trouvailles est renversante (incroyables « Torn into Enthrallment » et « Pierced from Within »), le toucher de guitare précis, bourrin ou technique. En effet, il s’autorise par moments des riffs complexes et "mélodiques" rappelant DEATH. Mais encore une fois, tout est vraiment bien agencé, rien ne semble superflu, s’échappent seulement des bribes comme « Pfou…mais ils ont fait ça, les types ?? » pendant la lecture.

Et ce n’est pas sans âme, ou sans intérêt. Il y a du génie dans la composition, de l’intelligence dans les schémas et, au bout du compte, une musique toujours hargneuse et écrasante. Bien sûr on s’en prend plein la vue, mais le processus d’acclimatation n’est pas long, le plaisir in-tact à chaque nouvel essai. « Pierced from Within » est la création la plus aboutie de Suffocation, la plus réussie. C’est à mon goût une pierre angulaire du brutal death, et tout amateur de musique déstructurée et technique, extrémiste ou pas, devrait s’y pencher.

A lire aussi en DEATH METAL par MOX :


VADER
Litany (2000)
Death metal




OPETH
Blackwater Park (2001)
Death metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MOX

 
   POSSOPO

 
   (2 chroniques)



- Doug (guitares)
- Terrance (guitares)
- Frank (chant)
- Doug (batterie)
- Chris (basse)


1. Pierced From Within
2. Thrones Of Blood
3. Depths Of Depravity
4. Suspended In Tribulation
5. Torn Into Enthrallment
6. The Invoking
7. Synthetically Revived
8. Brood Of Hatred
9. Breeding The Spawn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod