Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Aerosmith, Def Leppard, Queen, The Answer , Van Halen, Hotcakes
 

 Site Officiel (272)
 Myspace (279)
 Chaîne Youtube (282)

The DARKNESS - One Way Ticket To Hell... And Back (2005)
Par THE MARGINAL le 28 Décembre 2005          Consultée 5141 fois

Cet album-là, on peut dire qu'il était attendu au tournant tant par les fans que par la presse. En effet, The DARKNESS avait énormément fait parler avec son premier album "Permission To Land" qui avait réussi, contre toute attente, à se vendre à plus de 3 millions d'exemplaires dans le monde (il a été disque d'or aux USA, 4 fois platine en Grande Bretagne où il s'est classé n°1). Autant dire que "One Way Ticket To Hell... And Back" a la lourde tâche de tenter de confirmer les espoirs que le précédent opus avait suscités.

Le quartette britannique vient déjà de subir un changement dans son line-up puisque le bassiste Frankie Poullain (celui qui arborait une moustache) a quitté le groupe et laissé son poste à un certain Richie Edwards (qui, lui, a la boule à zéro). Première impression positive de l'album : sa pochette est superbement réalisée et cadre parfaitement avec le titre. Et le contenant dans tout ça ? Est-il à la hauteur ?

C'est "One Way Ticket", le premier single de l'album, qui ouvre les hostilités. Et ce titre est une vraie tuerie, un hit en puissance. Après une longue intro (sur laquelle on entend de la flûte de pan), les grosses guitares déboulent et on retrouve le style propre à The DARKNESS avec, de surcroît, un refrain très accrocheur et une touche d'originalité par le biais de quelques mélodies orientales. La suite ? Avec "Knockers", le quartette britannique nous gratifie d'un mid-tempo Hard/Pop de bon ton, très axé sur la mélodie et le chanteur Justin Hawkins nous fait une démonstration de chant en falsetto sur le refrain. "Is It Just Me?" renoue avec le Hard Rock pur grâce aux guitares tranchantes et oscille entre DEF LEPPARD, AC/DC et BON JOVI.

Après avoir enchaîné 3 bons titres d'affilée, The DARKNESS paraît parti pour confirmer. Hélas, l'optimisme retombe nettement lorsqu'on arrive au 4ème titre "Dinner Lady Arms", très orienté Pop, puis ensuite un titre crétin tel que "Girlfriend" dans le style Jimmy SOMMERVILLE (!!), ainsi que les ballades "Seemed Like A Good Idea At The Time" et "Blind Man" qui, bien que superbement arrangées, manquent singulièrement de conviction et sont trop édulcorées (surtout la deuxième nommée).

La présence de ces titres sur l'album ne doit toutefois pas occulter le fait qu'il y a quand même de très bonnes trouvailles telles que "Hazel Eyes", sorte de fusion très réussie entre le gros Rock et le folklore écossais (ah, ces mélodies de cornemuse !) et s'avérant être une excellente surprise sur l'album, mais aussi "Bald", un Big Rock teinté d'ambiances sombres, mélancoliques et transcendé par un refrain MON-STRU-EUX, et le "QUEEN-esque" "English Country Garden" qui voit grosses guitares et piano déchaîné rivaliser avec brio.

Alors, que faut-il penser finalement de cet album ? Et bien, il laisse des sentiments mitigés. The DARKNESS a assurément du talent, mais a quelque peu levé le pied par rapport au précédent opus. La musique ici se veut plus consensuelle, plus accessible (auprès du plus grand nombre) et la ressemblance avec QUEEN est plus frappante (la production signée Roy Thomas Baker y est sans doute pour quelque chose). On ne retrouve pas un "Black Shuck" ou un "Get Your Hands Off My Woman", mais The DARKNESS a tout de même évité de se répéter en expérimentant. Autre paradoxe : la voix de Justin Hawkins, davantage modulée, est un peu plus supportable (il part moins dans les suraigus), tandis que les solos de guitare, eux, sont moins flamboyants. Même si j'apprécie les 2/3 de l'album, je considère quand même celui-ci comme une semi-déception car globalement moins percutant que son prédécesseur. Maintenant, la question est de savoir comment The DARKNESS va jouer ces titres en live car ils sont vraiment truffés d'arrangements...

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


TALISMAN
Five Men Live (2005)
Remarquables performances scéniques de talisman




TRIUMPH
Just A Game (1979)
Disque aux compos inspirées, riches


Marquez et partagez



Par THE MARGINAL




 
   THE MARGINAL

 
   JEFF KANJI
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- Justin Hawkins (chant, guitare, claviers)
- Dan Hawkins (guitare)
- Richie Edwards (basse)
- Ed Graham (batterie)


1. One Way Ticket
2. Knockers
3. Is It Just Me?
4. Dinner Lady Arms
5. Seemed Like A Good Idea At The Time
6. Hazel Eyes
7. Bald
8. Girlfriend
9. English Country Garden
10. Blind Man



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod