Recherche avancée       Liste groupes



      
... DU DEVIN !  |  STUDIO

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : 6:33
- Membre : Strapping Young Lad, Casualties Of Cool
- Style + Membre : Devin Townsend Project
 

 Site Officiel (234)

Devin TOWNSEND - Physicist (2000)
Par JULIEN le 27 Septembre 2003          Consultée 6596 fois

Ahlala, diable qu'il est difficile d'écrire cette chronique pour moi, qui apprécie énormément la création de Devin Townsend... Pourquoi difficile ? Ben, parce qu'à mon goût, ce "Physicist" n'est pas l'extraordinaire réussite que j'espérais après la sortie de deux disques aussi différents que magistraux ("Ocean Machine" et "Infinity"). Poursuivons et argumentons.

"Infinity" représentait un tel déluge d'expérimentations, une telle abondance de styles différents, que Devin ressortit diminué de l'expérience, vidé, comme s'il avait trop donné. Et il manifesta alors, ainsi qu'il l'expliqua à l'époque, le besoin de s'attacher à un certain minimalisme pour donner vie au successeur de ce disque éreintant. Minimalisme... En voilà un terme improbable en ces lignes ! Que l'on se rassure, dans la bouche de Devin, il se faisait le messager d'une simple volonté de simplifier au maximum les structures de ses nouvelles compositions. Parce que si, effectivement, les dix morceaux composant ce "Physicist" (plus un titre caché) affichent une architecture des plus basiques, l'emploi de cet adjectif s'arrête là ! Oh oui, question densité du son, Devin a même encore gagné en... intensité !

Voilà l'affaire : ce "Physicist" est une mallette irradiant d'une collection de morceaux courts, simples en réalité, mais pullulant de mille petites trouvailles sonores qui brodent une apparence luxuriante, emphatique, aérienne. En ces lieux, la violence des guitares et de la batterie (c'est le line-up de STRAPPING YOUNG LAD qui officie sur ce disque gris) se noie dans un drap de claviers et de synthés totalement atmosphériques qui arrondissent les angles et policent les aspérités. Jusqu'à vous hisser au beau milieu des nuages, où vous vous laissez planer.

Mais alors quoi ? Pourquoi est-ce si difficile ? Mais tout simplement parce qu'à vouloir émonder son propos d'un trop plein de structures complexes, "Physicist" nous embarque dans un voyage où les paysages affectent des différences, tandis que le climat et la chape du ciel ont tendance à décliner les mêmes teintes. D'où un goût de trop peu, qui se marie assez mal avec ce son gonflé qui donne l'impression de vouloir masquer une carence d'émotions. Et le manque d'aération de "Physicist" se traduit par une écoute parfois difficile, tant tout ça peut parfois faire penser à un SYL débarrassé de son univers de cynisme et d'ultra-violence.

Sur "Physicist", la colère comme la beauté, la tristesse comme la gaieté, tous les sentiments humains en fait, se rencontrent au carrefour bordélique d'un tourbillon ventru qui néglige d'accorder beaucoup de nuances aux différentes sensations, et finit par phagocyter les qualités propres à certains titres, tout en habillant merveilleusement les autres. Au final, c'est le regard d'ensemble sur l'oeuvre qui pâtit de cette volonté de Devin de revenir à un essentiel structurel, sans pour autant renoncer à l'extraordinaire épaisseur pompeuse d'un son qui n'interrompt jamais le mouvement de mains se refermant sur les poumons de l'auditeur. "Physicist" est un disque qui manque de souffle, tout simplement.

Voilà, mon jugement est sévère, et mon petit coeur se serre à la rédaction de ses mots, mais je ne voudrais pas mentir et gruger mon ressenti. "Physicist" n'est en aucun cas un disque raté. Du tout. Je pense tout bêtement qu'il tente de concilier deux éléments peu à même de se fréquenter sans danger, et qu'il ne triomphe pas totalement de la tâche. Ceux qui aiment Devin (j'en suis) se doivent de se procurer ce disque, traversé tout de même d'éclairs de génie et de moments de pure magie (comme toutes les oeuvres de ce musicien extraordinaire). Mais pour ceux qui chercheraient à découvrir l'oeuvre protéiforme de ce génie, mieux vaut jeter son dévolu sur "Ocean Machine", voire "Terria"... De toute façon, chaque disque étant un pan de l'histoire de Devin, toute personne cherchant à accompagner le chemin de bravoure de ce musicien se devra, un jour ou l'autre, d'acheter ce "Physicist"... car il est indispensable à la compréhension de l'évolution du personnage qui le composa ; Et à ce titre, se présente malgré tout comme une acquisition recommandable.

A lire aussi en DIVERS par JULIEN :


STRAPPING YOUNG LAD
Strapping Young Lad (2003)
Metal extrême




SAMAEL
Rebellion (1995)
Dark metal


Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Devin Townsend (chant,guitare,claviers)
- Jed Simon (guitare)
- Byron Stroud (basse)
- Gene Hoglan (batterie)


1. Namaste
2. Victim
3. Material
4. Kingdom
5. Death
6. Devoid
7. The Complex
8. Irish Maiden
9. Jupiter
10. Planet Rain
11. Forgotten (bonus Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod