Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paradise Lost, Madrigal, Anathema, Khemmis
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth

MY DYING BRIDE - As The Flower Withers (1992)
Par MOX le 5 Septembre 2003          Consultée 5536 fois

Nous voilà donc enfin en face du premier méfait de ces Anglais de MY DYING BRIDE et une des premières impressions qui saute aux yeux est l'expérience de leur musique et leur qualité d'interprétation. Car il y a pas à dire, le groupe s'y est appliqué.

La galette qu'ils nous livrent est un concentré pur Doom de tout ce que le groupe sait faire. Donc dès le premier album, on trouve en vrac: un morceau instrumental, un morceau-fleuve, des morceaux doom, des morceaux Death et d'autres Doom/Death. Peu importe si MDB se cherche encore un peu car tout ce qu'ils essaient est transformé. Je veux parler de leur façon à présenter une telle tristesse dans leurs compos, au moyen de riffs mélancoliques au possible, de quelques notes de violons ou de piano finement utilisées, ou tout simplement en distillant un pur Doom, lourd et totalement dépouillé.

Le son n'est pas en reste puisque, sans être d'une colossale intensité, il permet de distinguer le jeu bien
différent de chaque guitare, ou encore de se laisser surprendre par la voix death unilatérale d'Aaron, puissante et graisseuse à volonté. Un chant donc uniquement bourrin, ce qui convient parfaitement aux autres passages beaucoup plus abrasifs. En effet MDB fait aussi varier chaque morceau (si l'assistance avait tendance à s'emmerder) en plongeant brusquement dans le plus violent des Death et cela à plusieurs reprises. Quand ce n'est pas le morceau entier qui vous dérouille les tympans: pour certains morceaux c'est simple et terriblement efficace ("The Forever People") pour d'autres ça sent le bouche-trou sans réelle originalité ni émotion ("Erotic Litterature").

Leur musique est déjà difficile d'accès. On la voit ici hybride (hésitant entre Doom et Death), là on se morfond de l'entendre misérablement se ralentir, et puis il reste la pièce-maîtresse de l'album: "The Return Of The Beautiful", tailladé en de multiples parties, qui est pour votre gouverne, le morceau pour lequel j'ai eu le plus de difficulté d'assimilation. Ça n'a pourtant rien d'ultime face à la suite, mais j'ai mis beaucoup d'écoutes avant de tout suivre.

Donc pour ceux qui n'ont pas le courage de tout lire, le Doom 1ère version de MDB est d'une part violent, d'autre part déjà sombre, triste et donc, beau (Sear Me tout en latin en est l'exemple-même). Le groupe fait preuve d'une maîtrise de son style déjà indéniable, et évite la monotonie inhérente au genre. Un morceau dispensable, une voix pas tout le temps au point et le reste croustillant. Naissance d'un grand groupe...

A lire aussi en DOOM METAL par MOX :


MONOLITHE
I (2003)
Doom metal




AARNI
Tohcoth (2008)
Doom débile


Marquez et partagez




 
   MOX

 
   BIONIC2802

 
   (2 chroniques)



- Aaron Stainthorpe (chant)
- Andrew Craighan (guitares)
- Calvin Robertshaw (guitares)
- Adrian Jackson (basse)
- Rick Miah (batterie)
- Martin Powell (violon)


1. Silent Dance
2. Sear Me
3. The Forever People
4. The Bitterness And The Bereavement
5. Vast Choirs
6. The Return Of The Beautiful
7. Erotic Litterature



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod