Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (8)
Metalhit
Lexique groove metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2018 Catharsis
2022 Of Kingdom And Crown
 

- Style : Malevolence, Dearly Beheaded, Meshiaak, Hertz & Silence, The Defaced , Lowdown, Skinlab, Xentrix, Slayer, Kristendom, Pantera
- Membre : Vio-lence, Bpmd, Medication
 

 Myspace Officiel Du Groupe (1004)
 Site Officel Du Groupe (1634)
 Chaîne Youtube (1284)

MACHINE HEAD - Øf Kingdøm And Crøwn (2022)
Par FENRYL le 26 Septembre 2022          Consultée 5530 fois

Agitée… C’est bien le terme qui résume à merveille la période écoulée entre "Catharsis" et ce dixième album de MACHINE HEAD.
Il faut bien reconnaître que les évènements n’ont pas manqué ! Exit Dave McClain (à mon très grand regret) et Phil Demmel dans d’obscures raisons sur lesquelles nous passerons et c’est donc la moitié du combo qu’il a fallu renouveler, et en deux temps : en 2019, c’est W. Kieltyka, guitariste polonais (DECAPITATED, LOX OCCULTA, VADER) puis récemment Matt Alson à la batterie. Ce dernier est d’ailleurs de manière surprenante crédité sur ce nouvel album alors qu’il n’a rien fait ! C’est Navene Koperweis (ANIMOSITY, HOODS, ANIMALS AS LEADERS, ENTHEOS) qui s’est chargé des sessions d’enregistrement, comme il l’a déjà fait chez JOB FOR A COWBOY.

Bien évidemment, inutile de vous rappeler que toute cette période a été marquée par la pandémie et il faut bien reconnaître que Robb m’a permis de passer ces trois années en nous offrant fréquemment de nombreux et qualitatifs livestream judicieusement nommé "Happy Hour" en compagnie de Jared (le seul rescapé de la bande, si vous avez tout suivi !). Lors de ces concerts maison, le duo s’est adonné à des sets aussi classieux que variés : des titres du groupe évidemment, des réorchestrations, des unplugged, des versions modernisées, des covers à gogo… Des excellents moments au cours desquels Robb a affiché une forme éblouissante et surtout des convictions fortes : en effet, il a assumé toute l’évolution de son groupe, de ses titres et de son chant. Je me souviens particulièrement son interprétation à fleur de peau, à plusieurs reprises, de "Darkness Within", titre dont je raffole mais parfois injustement décrié par une partie de la fanbase du groupe. Le frontman y délivre systématiquement une interprétation toute en émotion et en finesse au cours de laquelle il fait preuve d’une formidable voix et de capacité de modularité dont je raffole…

Pourquoi dois-je autant insister sur tous ces éléments ? Bien évidemment car ils sont logiquement de précieux indices sur ce "Øf Kingdøm And Crøw" qui nous intéresse en ce mois de août 2022.
Pour marquer le coup, MACHINE HEAD nous sert donc ici son premier concept album. Influencé par l’anime "L’attaque des Titans", Robb s’est mis à construire une histoire autour de deux protagonistes Aries et Arrow lancés dans une vengeance meurtrière à la suite de la perte d’êtres chers. Le premier a perdu sa bien-aimée Amethyst, assassinée et se lance dans une série d’assassinats des auteurs de ce crime. Le second venge sa mère à la suite de son overdose en plongeant dans une spirale de dépression et de meurtre durant laquelle il tue… Amethyst. C’est donc les chemins croisés de ces deux personnages que les treize titres nous proposent. Robb a ainsi composé les paroles de l’immense majorité des morceaux tout en laissant toutefois un peu de place à ses deux comparses déjà officiellement dans le line-up (Jared et Waclaw).

C’est donc ainsi que s’ouvre un album à l’artwork sublime mais au titre qui va me poser le plus de problème depuis mon arrivée sur NIME ! Chaque lettre "o" est en effet barrée comme le veut les alphabets danois, féroïen et norvégien notamment sur tous les titres ! Un détail mais terriblement chronophage au moment de vous parler de cet album ! Un détail certes mais visuellement, cela contribue à renforcer le côté "classieux" de l’écrin proposé...

Même si plusieurs stand-alone sont arrivés en ligne depuis quelques années (le très bon "Do Or Die", "Circle The Drain", "Civil Unrest"…), pas de trace ici donc.
C’est donc ainsi avec "Slaughter The Martyr", titre de plus de dix minutes, que s’ouvre l’histoire de Ares. Eros, lui, débarque avec le duo "Overdose"/My Hands Are Empty", avant de sombrer dans la folie ("Unhallowed").
Est-ce un pari risqué d’ouvrir un album par un morceau aussi long ? Non, certainement pas quand il s’agit d’une telle œuvre : en effet, c’est un Robb déjà à fleur de peau qui nous délivre donc une intro de plus de trois minutes sur quelques notes de guitares et avec une voix claire mélodieuse et criante d’émotion… rappelant "Darkness Within" ! La boucle est bouclée et le message est clair : c’est le retour du Groove Metal Mélodique de MACHINE HEAD en très grande forme ! Quand déferlent les décibels et les riffs dantesques puis la voix si unique de Flynn sur le titre, inutile de le nier : nous sommes en terrain connu mais surtout conquis ! Retour directement vers "The Blackening"/"Unto The Locust".
Robb hurle "Time won’t heal, this hate I feel… I lay paralized in homicidal rage… The anger drive me insane" … L’occasion une fois de plus de porter une attention toute particulière sur la qualité d’écriture chez MACHINE HEAD. Nous tenons là rien de moins qu’une nouvelle référence du groupe, qui pose le cadre tant attendu.
En effet, il ne s’agit pas de l’arbre qui masque la forêt : pas de tromperie sur la marchandise, MH est bien de retour et par la grande porte.

Au programme, ce son, cette rage, cette énergie libératrice ("Choke On The Ashes Of Your Hate" où les guitares semblent incontrôlables durant un solo dantesque) qui font le bonheur des fans depuis tant d’années. Harmoniques artificielles, rythmiques effrénées ("Become The Firestorm", "Rotten"), vous allez pouvoir savourer. La bestialité d’un "Bloodshot" dont le titre est éructé exactement comme le "Cut-Throat" de SEPULTURA en 1996 sur "Roots" (impossible d’ailleurs pour moi d’apprécier véritablement pour cette raison ce "Bloodshoot") viendra conforter les amateurs de gros son quand "Kill Thy Enemies" ne manquera pas de matraquer vos cervicales avec son côté heavy et presque mid-tempo !
Mais le grand monsieur ici, c’est bien Robb Flynn… Vous me direz qu’on le savait déjà, je vous l’accorde mais il affiche une telle santé que c’est vraiment à ne pas rater. Sa voix est tout simplement incroyable : son timbre puissant et féroce est toujours une réussite mais il a tellement progressé en chant clair qu’il faut absolument le noter. Il semble serein et en total maîtrise : "No Gods, No Masters" s’ouvre ainsi tellement facilement que la speederie qui déboule s’articule alors tout simplement et facilement. On résumera son aisance à sa capacité à désormais alterner les deux chants avec une facilité déconcertante ("Arrøws In Wørds Frøm The Sky", qui plaira aux mordus de TRIVIUM assurément).
Il met en valeur tout le travail accompli également en duo avec Jared MacEachern aux chœurs ("My Hands Are Empty") avec des "oh ah" envoûtants (de retour sur "No Gods, No Masters") et sur "Unhallowed" au refrain aérien et planant. Son duo de guitares avec Waclaw est également une réussite : les twin guitares sur "Become The Firestorm" ne pourront vous décevoir par exemple, tout comme chaque solo sur chaque morceau. Vous y retrouvez toute l’énergie, la furia qui font le bonheur de nos oreilles depuis tant de décennies : de mon côté, celui de "Røtten" me gifle à chaque fois !

Treize morceaux dont trois interludes soit dix véritables titres : en tout juste moins d’une heure, MACHINE HEAD corrige de façon extraordinaire la déception indéniable ressentie avec "Catharsis" en réduisant notamment la voilure côté temps. Calibré à merveille avec des titres de cinq minutes en moyenne désormais, mélodieux, technique sans oublier d’être furieux, "Øf Kingdøm And Crøw" est une formidable réussite car enthousiasmant du début à la fin. Vous ne pourrez qu’être frappés par l’immédiateté de cet opus : si vous connaissez le groupe, vous apprécierez forcément et dès la première écoute chaque morceau. C’est du pur MACHINE Fuckin HEAD, mais en rien répétitif ou redondant.
Tout simplement un des albums de l’année. Quel retour aux affaires ! Quel pied !

Note réelle : un très gros 4/5.

Top : "Slaughter The Martyr", "Becøming The Firestørm", "Unhalløwed", "Nø Gøds, Nø Masters", "My Hands Are Empty".

A lire aussi en GROOVE METAL par FENRYL :


SKINLAB
Revolting Room (2002)
Groove Metal en évolution... Franche réussite !




SKINLAB
Disembody: The New Flesh (1999)
Le groove Metal de la grande époque...


Marquez et partagez






 
   FENRYL

 
   JOHN DUFF
   KOL

 
   (3 chroniques)



- Robb Flynn (chant, guitare)
- Waclaw Kieltyka (guitare)
- Jared Maceachern (basse, chœurs)
- Matt Alson (crédité à la batterie mais sans jouer)


1. Slaughter The Martyr
2. Chøke Øn The Ashes Øf Yøur Hate
3. Becøme The Firestørm
4. Øverdøse
5. My Hands Are Empty
6. Unhalløwed
7. Assimilate
8. Kill Thy Enemies
9. Nø Gød, Nø Masters
10. Bløødshøt
11. Røtten
12. Terminus
13. Arrøws In Wørds Frøm The Sky



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod