Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Hertz & Silence, Pantera, Kristendom, Slayer, Xentrix, The Defaced , Skinlab, Lowdown
- Membre : Vio-lence, Medication
 

 Myspace Officiel Du Groupe (351)
 Site Officel Du Groupe (357)
 Chaîne Youtube (244)

MACHINE HEAD - Supercharger (2001)
Par JULIEN le 18 Novembre 2003          Consultée 6675 fois

Le très controversé "The Burning Red" avait déjà semé le trouble parmi les fans, coutumiers d'un MACHINE HEAD impérieux dans l'expression d'une violence Power Metal alourdie d'ambiances souvent glauques. Accordant une large place aux mélodies et au chant clair, s'autorisant quelques incartades en terrain plus Rap, l'album rubicond déclencha la polémique et récolta les foudres des fans les plus intégristes... "Supercharger", quatrième opus du quatuor de San Francisco, n'allait rien faire pour combler la brèche d'un débat houleux !

MACHINE HEAD aurait très bien pu, en effet, prendre acte de ces vitupérations et réagir au coup de bâton par l'amorçage d'un ou de deux pas en arrière, voire carrément par un retour au terrifiant et frontal "Burn My Eyes". Que nenni ! Lancé à toute vapeur sur l'autoroute de l'ouverture aux sonorités les plus en vogue du moment, MACHINE HEAD opte pour l'obstination, tend un majeur ostentatoire aux fans échaudés, et dégoupille quatorze nouvelles grenades narquoises. En clair, si le groupe a de nouveau ressorti la panoplie du méchant, balançant sans pitié quelques compositions débarrassées d'état d'âme mélodiques excessifs, tels les efficaces et excellents "Bulldozer" et "Supercharger" (tiens donc, l'ouverture et la conclusion de l'album, comme pour mieux caresser dans le sens du poil en entrée de jeu, et laisser les fans sur l'impression que le groupe n'a pas dit au revoir à la brutalité... petit futé), il n'a pas hésité à appuyer bien fortement sur l'ambition mélodique de son troisième opus. D'où ces "Crashing Around You" (le single de l'album), "All In Your Head", sans oublier le superbe "Deafening Silence", un peu à part tant l'émotion y est palpable.

Bon, on va pas jouer les intégristes limités, MACHINE HEAD s'en sort plutôt bien dans cette veine profonde, et les compositions font leur petit effet, même si l'on n'est pas toujours loin du racolage. Par contre, que penser de ces "White-Knuckle Blackout!", "Kick You When You're Down" ou "Blank Generation", dont les articulations et sonorités chassent sur le territoire du Néo-Metal si cher à KORN ? Bon, on est pas dans le mimétisme, Robb Flynn n'est pas Jonathan Davies, et le son de MACHINE HEAD est plus élaboré que celui des leaders du Néo (exception faite du très bon et profond "Intouchables", duquel justement plusieurs titres de "Supercharger" se rapprochent), mais il n'en reste pas moins manifeste que le groupe s'approche franchement du mouvement qui cartonne aux USA, à cet instant précis.

Opportuniste ? Oui, non, on s'en tape ! Laissons aux camés de la polémique le soin d'argumenter sur la question de l'intégrité, ce qui compte ici, c'est la qualité de la musique. Et que dire de ce "Supercharger", sauf qu'il me laisse, à moi, une impression mitigée. Oui, le groupe touche parfois à quelque chose de grand, mais quelques maladresses viennent à mon sens plomber intempestivement le propos. "Only The Names", par exemple, s'étire inconsidérément, alors que l'idée de base, ce riff aigu plein de désarroi et ce chant poignant, sont de parfaites réussites. Même constat pour "Blank Generation" : le morceau en lui-même est intelligemment pensé, mais souffre de longueurs qui finissent par gommer l'excellence de ses arrangements. Quant aux titres plus haut évoqués, louchant vers le Néo, ils ne sont pas toujours du meilleur tonneau, et s'arment de gimmick faciles qui nuisent à la qualité globale d'un groupe qui possède une personnalité trop affirmée pour se laisser aller à ces quelques menues facilités.

Je crois que le lecteur l'aura saisi, il n'est pas évident de discuter de ce disque. Très (trop)long, "Supercharger" n'est pas un disque facile et sur lequel on peut porter un jugement après une écoute superficielle, et on ne commence véritablement à l'apprécier qu'après s'être donné la peine de procéder à une écoute plusieurs fois renouvelée, qui aide à dégager les grenades mortelles (le bien costaud "Trephination", "Bulldozer, "Deafening Silence", "Supercharger", "American High") et celles qui se contentent d'une petite déflagration somme toute peu impressionnante. Bref, cet album aurait pu être bon... s'il n'avait eu à supporter la surcharge pondérale de compositions inutiles et peu mémorables. Dommage.

A lire aussi en THRASH METAL par JULIEN :


NAILBOMB
Point Blank (1994)
Chaos a.d. oublie les percus et invite la machine




KREATOR
Outcast (1997)
Groove metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Robb Flynn (chant, guitare)
- Ahrue Luster (guitare)
- Adam Duce (basse)
- Dave Mcclain (batterie)


1. Declaration
2. Bulldozer
3. White-knuckle Blackout !
4. Crashing Around You
5. Kick You When You're Down
6. Only The Names
7. All In Your Head
8. American High
9. Brown Acid
10. Nausea
11. Blank Generation
12. Trephination
13. Deafening Silence
14. Supercharger



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod