Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK SUDISTE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 (pronounced 'lĕh...
2012 Last Of A Dyin' Breed
2015 One More For The Fans
 

- Style : The Black Crowes, Ted Nugent, Molly Hatchet, Dewolff, The Georgia Thunderbolts, The Cadillac Three, Whiskey Myers
- Style + Membre : .38 Special
 

 Site Officiel (814)
 Myspace (736)
 Chaîne Youtube (1212)

LYNYRD SKYNYRD - 1991 (1991)
Par MYLES le 10 Juillet 2022          Consultée 515 fois

En 1987 quand SKYNYRD se lance dans une série de dates souvenirs (commémorant les dix ans du crash aérien), ils ne savent pas bien à quelle sauce ils vont être mangés. Certes ils sont toujours populaires en termes de ventes de disques et le groupe a toujours une grande aura mais les temps ont changé. La mode est au Glam, aux paillettes et c’est à Los Angeles que ça se joue. Pour une idée regardez comment était attifé ce pauvre Johnny Van Zant au sein de son groupe selon les conseils avisés de sa maison de disques !! Mais les chansons de LYNYRD sont indémodables et résonnent encore dans le cœur de milliers de fans. Les dates vont se succéder et se transformer en une tournée triomphale (un Live en sera tiré).

Mais après la tournée, où beaucoup de potes sont venus donner un coup de main, il faut concrétiser ce retour aux affaires sur disque.
1991 arrive à ce moment-là : SKYNYRD est requinqué, sa nouvelle mouture (Randall Hall à la guitare en remplacement d’Allen Collins décédé l’année précédente, les nouvelles choristes etc.) fait plus que le job.
Déjà on limite la prise de risques en prenant un producteur qu’on connaît bien : Tom Dowd l’homme, entre autres, du dernier album studio de la bande originale ("Street Survivors"). Le son est donc bon. Malgré la patine 90s, on est toujours dans un esprit 70s : un son certes plus grossi mais toujours aéré. La pochette qui les montre en mode gang assorti d’un côté western (ah le combo stetsons, lunettes noires, vestes en cuir et regards peu engageants !) donne l’idée d’un groupe soudé, uni, et nombreux : à l’instar des ALLMAN BROTHERS ou de .38 SPECIAL le groupe compte désormais deux batteurs. Au niveau des crédits c’est visible : tout le monde ou presque participe (même le petit nouveau Randall Hall) et les interventions extérieures étant plus que minimes.

D’entrée de jeu on entend la forte présence des chœurs : déjà on a dans les choristes la femme de Gary Rossington et, outre le côté people, on a la volonté de continuité par rapport à 1977. Dans "Street Survivors" les chœurs étaient bien présent alors on préservé l’idée quitte à l’augmenter fortement. On a donc de jolis chœurs Gospel : "Keeping The Faith"/"Somestack Lightning" voire passage "A Cappella" sur "Good Thing". "Somestack Lightning", fait office de très bon morceau d’entrée, armé d’un gros groove et d’une place importante donnée au piano de Powell. Ce titre sortira en single, agrémenté d’un clip typique où l’on voit les musiciens prenant du bon temps en répète ! La dernière image est le dos d’un t-shirt avec le message explicite : "We’Re Back… You Bastards!".

"I’ve Seen Enough" avec des paroles en fond type discussion radio et un groove très AEROSMITH (dans la bio des Bostoniens : "Walk This Way", Tyler raconte qu’ils ont refusé de monter dans l’avion du crash de SKYNYRD car ils le trouvaient trop dangereux !). "End Of The Road" qui au tout début rappelle vaguement "Estranged" des GUNS et se finit par un très bon duel de guitares ! En parlant guitare le retour du grand Ed King fait plaisir. Et il n’est pas venu coller du papier peint Ed ; grosses parties de slide ("Southern Woman"/"I’ve Seen Enough "etc. les ¾ des parties de slide c’est lui) ou soli lumineux, il rattrape son absence des deux précédents albums.

Niveau paroles si Johnny est plus bas du front que son défunt frère (les paroles très "blue collar" d"I’ve Seen Enough") il chante tout aussi bien et a l’art du refrain catchy. "It’s A Killer" chasse sur les terres plus FM chères à .38 SPECIAL et "Good Thing" quant à lui aurait pu être sur un album de Johnny, avant qu’il ne rejoigne SKYNYRD. "Mama (Afraid To Say Goodbye") est une superbe ballade tout comme "Pure And Simple" où l’on trouve aux chœurs Eric Martin de Mr. BIG ! Ces deux titres sont sanctionnés de magnifiques interventions pleines de feeling de Gary et surtout de King, le guitariste de l’album.
Le morceau incongru : "Money Man" il ressemble avec ses phrases parlées au milieu, par Randall Hall, au "Manic Mechanic" de ZZ TOP. Chez les Texans ça faisait déjà bizarre… Ici c’est la même chose !
La pochette : deux rangées de fil barbelé : la mort d’Allen Collins et le procès des femmes des ex membres (qui ont réclamé des ayant-droits pour leurs maris décédés ! Ronnie donc et Gaines). Le serpent au milieu semble, malgré tous ces évènements, aussi hargneux et plein de vie qu’avant. Une sorte de déclaration d’intention de ce nouveau SKYNYRD ?

En résumé un bon album mais il manque l’essentiel : les chansons ! Certes on sent le métier de chacun des musiciens ; Ed King est l’homme fort du disque tout comme Powell qui n’a jamais eu autant de place. Les chœurs sont très bien faits mais encombrent beaucoup le disque d’une patine FM pas mauvaise mais omniprésente ! Bon point Rossington est en bonne forme et ça fait plaisir (super solo sur "Smokestack Lightning") ! Il n’est pas le zombie qu’on voit depuis plusieurs années !

Autre point bizarre : les deux batteurs. Ed King lors de l’intronisation au "Rock'N'Roll Hall Of Fame" dira que Bob Burns est le seul à savoir faire groover correctement "Sweet Home Alabama" ; c’est vrai qu’ici la présence des 2 batteurs est totalement inutile et question groove y’a quand même du boulot !
En 1991 LYNYRD reprend sa place de grand groupe et encore plus de locomotive du Southern Rock : BLACKFOOT est devenu un projet solo de Medlocke, .38 SPECIAL s’est englué dans la FM, The OUTLAWS sont au point mort, POINT BLANK a rendu les armes depuis longtemps et MOLLY HATCHET fait les chaises musicales des musiciens.

Morceaux préférés : "Smokestack Lightning", "Southern Woman", "Pure And Simple" et "End Of The Road".

A lire aussi en ROCK SUDISTE par MYLES :


LYNYRD SKYNYRD
Street Survivors (1977)
Le Saint Graal du Southern Rock




LYNYRD SKYNYRD
Endangered Species (1994)
Une espèce encore bien vivace !


Marquez et partagez




 
   MYLES

 
  N/A



- Johnny Van Zant (chant)
- Gary Rossington (guitare)
- Ed King (guitare)
- Randall Hall (guitare)
- Leon Wilkeson (basse)
- Billy Powell (claviers, piano)
- Artimus Pyle (batterie, percussions)
- Kurt Custer (batterie)
- Dale Krantz Rossington (chœurs)
- Stephanie Bolton (chœurs)
- Susan Marshall (chœurs)


1. Smokestack Lightning
2. Keeping The Faith
3. Southern Women
4. Pure & Simple
5. I’ve Seen Enough
6. Good Thing
7. Money Man
8. Backstreet Crawler
9. It’s A Killer
10. Mama (afraid To Say Goodbye)
11. End Of The Road



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod