Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Blizzen, Metallica, Megadeth
- Membre : Wishbone Ash
 

 Site Officiel (252)
 Chaine Youtube (299)

DIAMOND HEAD - Four Cuts (1982)
Par DARK SCHNEIDER le 15 Avril 2020          Consultée 636 fois

Peu avant la sortie de "Borrowed Time" en 1982, DIAMOND HEAD, qui venait fraîchement de signer avec MCA Records, publiait un EP 4 titres qui faisait, en quelque sorte, office de test avant la sortie de l'album. Cet EP est bien sûr épuisé depuis belle lurette et pour pouvoir l’écouter il vous faudra chercher du côté des rééditions de l’album "Borrowed Time".

Ce "Four Cuts" a donc des allures de gros single promotionnel de l'album à venir puisqu’il s’ouvre sur "Call Me", morceau (excellent) sur lequel on ne va pas s’étendre puisqu’il s’agit de la même version que sur l’album, et qui était le titre de "Borrowed Time" qui contenait un fort potentiel commercial. Il existe d’ailleurs aussi un 45-tours comprenant uniquement "Call Me" et "Dead Reckoning".

"Shoot Out The Lights" est lui un morceau déjà connu des fans de la première heure, joué depuis les tous débuts du groupe et qui fut l'objet de son premier single. Il s’agit cependant ici d’une nouvelle version, le groupe profitant d'avoir de meilleurs moyens pour redonner du lustre à ce titre. Cette version est sensiblement plus directe et puissante, plus courte en durée, et avec un meilleur son bien sûr, mais supprime au passage toutes les harmonies apportées par la guitare lead qui apparaissaient sur la déclinaison en single de 1980 (et qui n’existaient pas sur la démo). Ce n’était pas une mauvaise idée de la part du groupe de l’avoir ressorti des limbes, mais il n’est pas certain que tout le monde apprécie cette cure amaigrissante (personnellement, j'adhère, le morceau est plus efficace et plus conforme à ce que le groupe pouvait délivrer en live).

Passons aux véritables inédits.
"Trick Or Treat" est un titre qui met particulièrement en avant le jeu de batterie de Duncan Scott. Il y a ici la recherche d'un certain groove procuré par la section rythmique, la guitare de Tatler étant plutôt reléguée au second plan, se faisant bien moins héroïque que de coutume, il n'y a aucun solo. Le refrain est scandé, c'est pêchu et percutant. Mais ce titre aurait mérité d'être un peu plus développé, il a quelque chose d'un peu frustrant ce qui en fait peut-être le maillon faible de cette sympathique galette.
Tout le contraire de "Dead Reckoning" qui s'avère être le morceau essentiel de cet EP, celui qui justifie à lui seul son écoute. Accès sur l’énergie, avec son downpicking incisif, il doit sa petite renommée au fait qu’un certain METALLICA l’a totalement revisité pour accoucher du fameux "Seek And Destroy" ! Le riff d’intro et le couplet sont directement inspirés de "Dead Reckoning", de l’aveu même du groupe, et ça s’entend ! Même les paroles en sont en partie inspirées, "Dead Reckoning" évoquant un futur post attaque nucléaire où l'on doit se cacher pour survivre. On comprend pourquoi Messieurs Hetfield et Ulrich se sont accaparés ce morceau car il est effectivement d’une grande qualité. Brian Tatler confirme là sa science du riff que beaucoup peuvent lui envier et qui a eu un impact bien plus grand qu'on ne le pense sur toute la scène Metal.

Sean Harris est moins à la fête que son compère six-cordistes sur "Dead Reckoning" et "Trick Or Treat", car ces morceaux ne sont pas vraiment taillés pour mettre en avant toute sa grandiloquence héritée de Robert Plant. On remarquera aussi qu’aucun titre ne dépasse les quatre minutes, ce qui tranche avec les deux LP qui contenaient des pièces à tiroirs plus ambitieuses. C’est que sur les singles et EP, DIAMOND HEAD se voulait plus concis et adapté au format radio. C’est d’ailleurs pourquoi les LP ne sont pas suffisants pour bien appréhender le groupe et qu'il faut s'attarder sur leurs EPs si l'on veut vraiment saisir toute la dimension musicale des Anglais. Ce n’était pas pour rien que Lars Ulrich collectionnait les 45-tours. Mais ça aboutira au fait surprenant que si "Four Cuts" est rattaché à "Borrowed Time", il s'avèrera au final fort différent de ce dernier. Les fans qui en découvrant "Borrowed Time" pensait avoir un album aussi dynamique que l'EP qui l'avait précédé ont dû être fort surpris, décidément, DIAMOND HEAD était un groupe des plus déroutants.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


VISIGOTH
The Revenant King (2015)
Tribu germanique égarée dans la ville du lac salé

(+ 1 kro-express)



RIOT
Restless Breed (1982)
Il faut écouter RIOT !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Sean Harris (chant)
- Brian Tatler (guitares)
- Colin Kimberley (basse)
- Duncan Scott (batterie)


1. Call Me
2. Trick Or Treat
3. Dead Reckoning
4. Shoot Out The Lights



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod