Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH/GROOVE/METALCORE  |  COMPILATION

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Voice Of Ruin
- Membre : Megadeth, Burn The Priest
 

 Site Officiel (351)
 Myspace (397)
 Facebook Officiel (66)

LAMB OF GOD - Hourglass Vol. 2 - The Epic Years (2010)
Par T-RAY le 5 Novembre 2018          Consultée 291 fois

Signer avec une Major, ou l’une de ses filiales. Le Graal pour bon nombre d’artistes musicaux rêvant de gros moyens, de confort de création et d’enregistrement, de promotion musclée et d’une distribution décuplée. Même dans le Metal, le rêve ou le fantasme de la Major donne des bouffées de chaleur à un sacré paquet d’artistes. À tort ou à raison, d’ailleurs, la mainmise desdites Majors sur le marché du disque étant l’objet de critiques solidement fondées. Chacun voyant midi à sa porte, les musiciens restent nombreux à espérer décrocher un deal avec l’un ou l’autre des labels d’Universal Music, de Warner Music ou de Sony Music Entertainment. Ce fut le cas pour LAMB OF GOD qui, après l'aventure Prosthetic Records – distributeur des deux premiers albums, "New American Gospel" et "As The Palaces Burn" – a su se faire courtiser par Epic Records, filiale de la dernière des trois Majors citées ci-dessus.

Bien lui en a pris car, auprès de ce célèbre label qu’est Epic, l’Agneau de Dieu a explosé sur la scène Metal américaine puis mondiale et vu – entre 2004 et 2009 – chacun de ses albums dépasser les 200 000 exemplaires vendus rien qu’aux États-Unis. Et alors qu’il s’agissait de changer de maison de disques en 2010 et de signer avec Warner, plus précisément, par le biais de son fameux label Roadrunner Records, LAMB OF GOD a tenu à rendre hommage à ces fructueuses années sous l’égide d’Epic et de Sony Music. Comment ? Avec la deuxième compilation du projet "Hourglass", sous-titrée "The Epic Years". "Hourglass Vol. 2" contenant donc du matériel issu de "Ashes Of The Wake", de "Sacrament" et de "Wrath", qui renferment notamment les singles qui ont le plus marqué la carrière du groupe, en l’occurrence "Now You’ve Got Something To Die For", "Redneck" et "Set To Fail", pour n’en citer qu’un issu de chaque album.

Sans surprise, on retrouve donc ces trois titres sur "Hourglass Vol. 2". Le contraire aurait été étonnant, d’ailleurs. On y retrouve également d’autres singles de poids, comme "Laid To Rest", "Walk With Me In Hell", "Blacken The Cursed Sun", "Contractor" et "In Your Words". L’ensemble des titres que je viens de citer correspond à plus de la moitié de la track-list de cette compil’ ! Pas besoin de chercher midi à quatorze heures pour la composer, cette tracklist, n’est-ce pas Messieurs de Richmond ? Sauf qu'il aurait peut-être fallu se creuser la tronche davantage et ne pas proposer systématiquement tous les singles issus de ces trois albums ! Surtout s’il s’agissait de composer un Best Of des années Epic, et pas un Best-Seen-On-MTV ou un Best-Heard-On-The-Radio. Parce que dans le genre “y a mieux”, "Contractor" se pose là…

Et il n’est pas le seul morceau issu de "Wrath" à être superflu sur cette compil’. Pourquoi avoir choisi d’ouvrir celle-ci avec l’inutile instrumental "The Passing", qui n’apporte absolument rien à une galette de ce genre ? Certes, il sert de rampe de lancement à "In Your Words" mais ce dernier peut très bien s'écouter sans, et être placé ailleurs qu’en ouverture de cette compilation. Sa présence sur le disque prive celui-ci d’une place qu’aurait pu occuper un vrai, grand morceau de LAMB OF GOD. Un titre comme "Omerta", véritable tuerie au tempo lent, pesant et menaçant, issu de "Ashes Of The Wake", aurait avantageusement pris sa place. Et un "Again We Rise", extrait de "Sacrament", aurait remplacé “Contractor” avec bien plus d’à-propos…

Ça n’est, bien sûr, pas le seul reproche que l’on peut faire à "Hourglass Vol. 2". En effet, il faut reconnaître que les morceaux de "Wrath", même les meilleurs, font relativement triste figure face aux hits que sont les extraits de "Ashes Of The Wake" et de "Sacrament". Un exemple ? Le pauvre "Set To Fail", pourtant dominateur sur son album d’origine, se retrouve coincé entre deux titres de "Sacrament", "Descending" et "Blacken The Cursed Sun", qui l'étouffent sévèrement, malgré son groove communicatif… Il n’a plus que cela pour se faire remarquer, car son riff principal est bien pâle comparé à ceux des deux morceaux qui le sandwichent. Clairement, le meilleur de "Wrath" ne tient pas la comparaison avec le meilleur de ses deux prédécesseurs. Et forcément, "Hourglass Vol. 2" en pâtit.

Sur sa fin, la compil’ faiblit également, car "Dead Seeds" et "Redneck", quoique ce dernier fusse LE Single emblématique de "Sacrament", sont deux des titres les plus faibles regroupés ici. Heureusement que "Laid To Rest" vient mettre un poing final clair et net à l’ouvrage. Élevée, la qualité des morceaux choisis pour représenter "The Epic Years" est inversement proportionnelle à l'intérêt de cette compilation. La musique de LAMB OF GOD défonce, mais ce disque est parfaitement inutile. Il n’apporte rien à ce que l’on connaît déjà, sinon la certitude que "Wrath" était une belle gamelle vis-à-vis de "Sacrament" et "Ashes Of The Wake". Pas l’ombre d’un inédit de l'époque Epic ne vient non plus piquer l'intérêt de l’auditeur qui connaît déjà l’Agneau de Dieu. Fort dommage…

Quant aux néophytes, je ne saurais que trop leur conseiller d'écouter les albums originaux ou, mieux encore, le Live "Killadelphia" s’ils veulent s’initier à LAMB OF GOD. Certes, aucun titre de "Sacrament" n’y figure, puisque le concert a été mis en boîte avant la sortie de celui-ci, mais l'intensité et la qualité de l'interprétation du quintette y valent largement tous les faux airs de Best Of qu’affiche "Hourglass Vol. 2". Le premier volume de "Hourglass" et surtout le troisième sont autrement plus pertinents et intéressants pour qui veut apprendre à mieux connaître les cinq de Richmond.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


LAMB OF GOD
Vii: Sturm Und Drang (2015)
Cathartique et introspectif




OVERKILL
Live In Overhausen (2018)
Parce que "Live In Overkampf" ça l'aurait pas fait


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- D. Randall 'randy' Blythe (vocaux)
- Chris Adler (batterie)
- John Campbell (basse)
- Mark Morton (guitares)
- Willie Adler (guitares)


1. The Passing
2. In Your Words
3. Hourglass
4. Walk With Me In Hell
5. Contractor
6. Now You've Got Something To Die For
7. Descending
8. Set To Fail
9. Blacken The Cursed Sun
10. The Faded Line
11. Dead Seeds
12. Redneck
13. Laid To Rest



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod