Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH/GROOVE/CORE  |  COMPILATION

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Voice Of Ruin
- Membre : Megadeth, Burn The Priest
 

 Site Officiel (351)
 Myspace (397)
 Facebook Officiel (66)

LAMB OF GOD - Hourglass Vol. 1 - The Underground Years (2010)
Par T-RAY le 3 Novembre 2018          Consultée 331 fois

Il y a un début à tout. Même lorsque l’on est devenu l’un des plus gros groupes de Metal américains encore en activité. On le saisit mal depuis notre bonne vieille Europe, mais LAMB OF GOD outre-Atlantique, c’est du lourd. Chaque nouvelle sortie du quintette est scrutée, chaque single est attendu, chaque tournée est un événement. Oh, vous pouvez relativiser : les États-Unis ne sont-ils pas un pays où le Post-Grunge remplit encore des salles du sol au plafond ? C'est un autre monde, pas toujours du meilleur goût, mais pas du pire non plus. Au moins, eux n’ont jamais eu l’Eurodance saturant leurs ondes radio en plein cœur des années 1990, décennie pas si faible qu’on voudrait le croire en matière de Rock et dérivés… 1 partout, balle au centre, donc.

Puisqu’au commencement, le succès n'est pas toujours au rendez-vous, la formation virginienne n'a pas été immédiatement un poids lourd. Son premier album n’a pas été propulsé vers les hauteurs des charts, comme d’autres formations de Metal venues au monde entre 1990 et 1999. Les 90s, c'est justement la décennie qui a vu naître LAMB OF GOD. Du moins, celle dans laquelle a vu le jour l’incarnation précédente de l’Agneau de Dieu, à savoir BURN THE PRIEST. Les mêmes membres, moins Willie Adler, la place de deuxième guitariste étant occupée par Abe Spear. Et au moment où le groupe de Richmond a pris son envol, cette version 1.0 de LOG, totalement underground à l'époque, a retrouvé de l'intérêt aux yeux du public nouvellement conquis.

Sauf que l’album éponyme de BURN THE PRIEST, sorti en 1999, n'était plus si facile à se procurer lorsque LAMB OF GOD a enfin acquis la renommée qu’il méritait. Raison pour laquelle l’opus fut réédité par le nouveau label du quintette, Epic Records. Sauf que le lien entre les deux incarnations de l’Agneau de Dieu n'était pas forcément visible ni sensible. Qu'à cela ne tienne : en 2010, le combo s’est donc dit qu’il fallait remédier à cette méconnaissance générale de BURN THE PRIEST… Et caser des morceaux d'époque sur un disque publié sous le nom de LAMB OF GOD. Ainsi naquit le projet "Hourglass", censé reprendre en musique les différentes étapes de la carrière du quintette. Et le premier volume de cette compilation en trois volets, "The Underground Years", fait la part belle aux deux premiers opus de la formation, ainsi qu’à celui de BURN THE PRIEST.

C'est d’ailleurs certainement le seul intérêt profond du disque chroniqué ici : permettre à une audience plus large – mondiale, même – de découvrir la musique pratiquée par LAMB OF GOD avant LAMB OF GOD. Et le groupe n'a pas été radin : sur les treize titres de "Hourglass Vol. 1", quatre sont issus de "Burn The Priest". À savoir "Bloodletting", "Resurrection #9", "Lies Of Autumn" et "Suffering Bastard", relativement bien choisis pour l’occasion. Et entendre ces quatre morceaux au milieu d'extraits de "New American Gospel" et "As The Palaces Burn", les deux albums de l’Agneau de Dieu précédant leur signature sur un gros label (d’où le sous-titre "The Underground Years"), permet de distinguer combien LAMB OF GOD doit à BURN THE PRIEST et aussi ce qu’il ne lui doit pas.

Notamment ces influences Death Metal mêlées de Hardcore, qui disparaîtront de la musique de LoG. Ou encore la façon de chanter mi-hurlée, mi-growlée de D. Randall Blythe. Le côté Groove Metal, lui, est déjà fort présent, en revanche, John Campbell et Chris Adler l’imprimant sacrément à la musique du combo sur des titres comme "Resurrection #9" et "Lies Of Autumn", par exemple, qui préfigurent déjà partiellement ce que proposera le quintette une fois devenu LAMB OF GOD. Bien sûr, les riffs au croisement du Thrash et du Sludge du duo Spear/Morton y sont aussi pour quelque chose. Je ne vais pas vous faire le détail intégral de la musique de BURN THE PRIEST ici – je vous invite pour cela à lire ma chronique de l’unique album du groupe sous ce nom – mais sachez que pour se faire une idée correcte de cette formation disparue, "Hourglass Vol. 1 - The Underground Years" est une compil’ plutôt pertinente.

Pour ce qui est du reste de son contenu, comment vous dire… La pertinence, là, n’est plus au rendez-vous. Certes, les morceaux choisis pour représenter "New American Gospel" et "As The Palaces Burn" sont les bons, mais sur une compilation de seulement treize titres, il valait mieux qu’ils le soient ! "Black Label", "Pariah", "The Subtle Arts…" et "Terror And Hubris…" sont évidemment les meilleurs titres du premier, mais ils méritent davantage d'être écoutés dans leur contexte original, c’est-à-dire sur l’album studio sur lesquels ils sont gravés, pour prendre la mesure de leur impact. Car à côté des titres du deuxième album, ils pâlissent quelque peu ! Rien que "Ruin" et "11th Hour" les démolissent. Là encore, passer à côté de ce qui constitue, à mon sens, le meilleur album de LAMB OF GOD, "As The Palaces Burn", facilement trouvable, pour perdre son temps sur cette compilation est une gageure.

Mon conseil, donc : si vous voulez découvrir BURN THE PRIEST facilement tout en restant en terrain partiellement connu et prendre la mesure de ce qu'était la précédente itération de l’Agneau de Dieu, procurez-vous cette compilation, désormais disponible à très peu de frais. Et je ne vous parle même pas de la trouver d’occasion, hein ? Parce que dans ces conditions, c’est encore plus simple et accessible. Sinon, rabattez-vous sur les deux premiers albums de LAMB OF GOD : eux aussi sont facilement trouvables et pas chers du tout, de nos jours. Et laissez "Hourglass Vol. 1" prendre la poussière dans le bac à CD de votre disquaire ou de votre multispécialiste. L’investissement n’en vaut pas la peine.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


KREATOR
Live Kreation (2003)
KREATOR plus vivant que jamais




CRISIX
From Blue To Black (2016)
Autrement Thrash


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- D. Randall 'randy' Blythe (vocaux)
- Chris Adler (batterie)
- John Campbell (basse)
- Mark Morton (guitares)
- Willie Adler (guitares sur 1, 2, 4, 6-9, 11, 13)
- Abe Spear (guitares sur 3, 5, 10, 12)


1. Black Label
2. Ruin
3. Bloodletting
4. Pariah
5. Resurrection #9
6. 11th Hour
7. The Subtle Arts Of Murder And Persuasion
8. As The Palaces Burn
9. Terror And Hubris In The House Of Frank Pollard
10. Lies Of Autumn
11. O.d.h.g.a.b.f.e.
12. Suffering Bastard
13. Vigil



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod