Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1972 Styx
1976 Crystal Ball
1977 The Grand Illusion
2005 Big Bang Theory
2017 The Mission
 

- Style : Rush, Queen, Journey, Camel, Kansas
- Membre : Ted Nugent, Coverdale - Page, Bad English, Spinal Tap, Damn Yankees
 

 Site Officiel (125)
 Chaîne Youtube (152)

STYX - Styx (1972)
Par DARK BEAGLE le 18 Juillet 2018          Consultée 848 fois

Si STYX se sera fait remarquer dans les années 70 bon an mal an quand KANSAS brillait littéralement, les origines du groupe remontent à plus loin et découlent d’une envie de faire de la musique qui s’était rapidement manifestée chez les frères Panozzo (John à la batterie et Chuck à la basse) et un de leur voisins, Dennis DeYoung, capable de chanter et de faire de jolies choses aux claviers, quand ils étaient pré-ados, dans les années 60. Petit à petit, la formation s’est étoffée, a évolué à mesure que l’environnement musical autour d’elle changeait, arrivait vers de nouvelles choses, passaient du psychédélisme à quelque chose de plus sec, plus aiguisé. Et c’est sous la forme d’un quintet que STYX va publier son premier album en 1972.

La pochette est d’un goût un peu douteux, mais bon, on ne va pas épiloguer mille ans dessus, disons simplement que RAMMSTEIN peut se sentir un peu moins seul. Publié par Wooden Nickel Recordings, l’album sera d’ailleurs réédité dans les années 80 avec un artwork différent. Sobrement éponyme, ce premier essai se veut assez déséquilibré dans ses attentions et dans le fond et ne ressemblera à aucun autre album de STYX produit dans les premières années sur ce label. Et pourtant, malgré de nombreuses maladresses et approximations, on peut déjà commencer à définir les grandes lignes d’un style qui se peaufinera avec les années.

Certains marqueurs sont déjà présents, comme le fait que le groupe évolue avec plusieurs chanteurs. Et si Dennis DeYoung s’en sort très bien même s’il n’ose pas s’imposer plus que cela, James Young, guitariste qui représente la facette la plus Hard Rock du groupe, y va avec bottes d’égoutier et semble complètement décalé par rapport à son collègue. Et cela se remarque dès le premier morceau, "Movement For The Common Man", une longue pièce, divisée en quatre parties liées, mais loin d’être éblouissante. La première partie, "Children Of The Land", est l’œuvre de Young et il s’agit d’un Hard Rock très sec, qui peine à trouver sa fin, se perdant quelques peu jusqu’au second mouvement. Mais c’est le dernier qui attire l’oreille, plus léger, mené par des claviers éblouissants à la EMERSON, LAKE & PALMER, avec la voix posée, presque timide de DeYoung.

"Movement For The Common Man" résume assez bien ce qu’est STYX à ce moment-là : un groupe qui se cherche et qui bricole, comme en témoigne l’ajout très approximatif du "Fanfare For The Common Man" de Aaron COPLAND au beau milieu, loin de ce qu’en fera plus tard ELP. En effet, on note une envie progressive, proche de ce qui se faisait en Angleterre à cette époque-là, comme le fera KANSAS un peu plus tard avec plus de réussite. Ici, les natifs de Chicago sont encore perdus dans leurs diverses influences, ils ne savent pas trop dans quelle direction aller, ils se cherchent un peu et se rassurent avec des reprises sur lesquelles ils apposent leur personnalité. En effet, STYX propose deux compositions de son cru pour quatre covers qu’ils s’accaparent avec une certaine réussite.

C’est ainsi qu’on appréciera particulièrement "What Has Come Between Us" et ses chœurs magnifiques, proches de ceux pratiqués chez URIAH HEEP ou de ceux qui se feront quelques temps plus tard chez QUEEN. Encore deux formations britanniques. D’ailleurs, même l’approche qu’en fait le groupe pourrait faire songer à ce qu’en ferait Ken Hensley. En comparaison, "Best Thing", la seconde composition 100% STYX semble plus terne malgré un élan Pop pas si désagréable, dévoilant déjà un peu ce que fera la formation par la suite. En revanche, les musiciens se montrent énergiques dans leurs interprétations, que ce soit sur les passages Rock ou plus Hard Rock, voire Prog’. On sent quand même une belle assurance technique derrière tout cela, mise un peu à mal par une propension à vouloir trop en faire.

Et à ce niveau, la palme revient très certainement à James Young. Si ses soli, partagés avec John Curulewski, sont plutôt agréables à l’oreille, son chant manque de subtilité, de rondeur, de charisme. Il a tendance à pousser par moments, mais sans arriver à avoir la prestance d’un Robert Plant ou d’un Ian Gillan et il finit tout simplement par se montrer plus envahissant. Heureusement qu’il semblera comprendre que son acolyte Dennis DeYoung se montre bien meilleur que lui à cet exercice difficile qui consiste à véhiculer ses émotions (comme le prouvera le magnifique "Lady" sur l'opus suivant).

Ce premier album éponyme s’avère au final assez décevant. On y découvre un groupe qui a déjà des acquis mais qui peine à se trouver sa propre voie et qui va aller d’approximation en approximation, comme en témoigne le traitement de sa pièce « Progressive » qui ne vaut que pour le dernier mouvement principalement. STYX se devait de mettre pied à l’étrier pour consolider les envies des musiciens et même si nous ne sommes clairement pas face à un chef d’œuvre, il pose les bases pour que le groupe construise dessus, jusqu’à devenir l’un des plus beaux fleurons de la scène Hard Prog américaine. Mais pour cela, il va leur falloir beaucoup de travail et une certaine abnégation.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


CAMEL
Music Inspired By The Snow Goose (1975)
Soudain j'ai vu passer les oies sauvaaaaaages




CAMEL
Mirage (1974)
Donne grave la patate


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Dennis Deyoung (chant, claviers)
- James Young (guitare, chant)
- John Curulewski (guitare, chant)
- Chuck Panazzo (basse)
- John Panazzo (batterie)


1. Movement For The Common Man
- children Of The Land
- street Collage
- fanfare For The Common Man
- mother's Nature Matinee
2. Right Away
3. What Has Come Between Us
4. Best Thing
5. Quick Is The Beat Of My Heart
6. After You Leave Me



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod